Friday, December 31, 2010

Best of 2010

It's time again to look back at the old times past with 12 pictures for the 12 months of 2010. Again, it has been a wonderful year of tea study, discovery and appreciation! I thank all of you for your visits and support.

L'année 2010 touche à sa fin. Je vous souhaite un bon réveillon avec cette retrospective en 12 images des 12 derniers mois. Merci beaucoup de partager ma route du thé!

L'Amour du thé chinois est sans limite

Kaizen and feedback

The sun shines through it

Oolongs vieillis par un collectionneur

Impressions et infusions du Japon

San Hsia Bi Luo Chun Summer Dip

Le goût du thé change facilement

Teafriends Honeymoon in Taiwan

Spring Wenshan Baozhong

From Earth to clay with David Louveau

Montagnes de Taiwan en hiver

Wenshan Baozhong de 1976

For more memories, you can also see the 12 images of 2009 , 2008 and 2007.

Thursday, December 30, 2010

The warmth of Sung dynasty tea

When the weather turns cold in Taiwan, I turn to powdered green tea (mo cha in Chinese). This is the tea that warms me up the most effectively.

First, the dark colors of the Cha Xi create a warm atmosphere. I particularly like this Chinese scarf which I'm using as my Cha Bu.

Second, Sung dynasty tea is whisked with a bamboo tea whisk. To successfully mix the powder with the hot water, it takes several minutes of controlled, but quick movements with the whole arm. This small exercise always warms me up.

Third, I have now obtained a big bowl of hot tea (and not just a tiny cup). This tea is particularly strong and energetic, because it's not a brew of leaves, but the full leaves. With a brew, we get a partial extraction of the nutrients contained in the tea leaves. But with matcha (in Japanese), we get everything. And matcha is particularly concentrated, because it's made with fine tea buds instead of fully developed leaves. The result feels almost like a soup! Even my hands warm up as they hold the bowl.

This Cha Xi gave me the opportunity to use David Louveau's lotus bowl. Inspired by Sung dynasty celadon wares, this qingbai bowl looks at home in this setting. It brings an air of elegance and purity. It almost feels as if I had borrowed it from the National Palace Museum! Made by hand, the bowl even has these little imperfections and unevenness that add soul and harmony.

Today, I use this lotus bowl as a container for the hot water that warmed up my thick black glazed Jianyang bowl. Other Cha Xi sometimes prefer to hide the spent water, since it will contain tea residues. But with this Sung dynasty Cha Xi, the clear water in the lotus bowl adds light and shine to the scene. It's a good (fengshui) balance if I decide to light some fire in my Nilu, under my iron kettle! (Another possible use for this bowl would be to brew green tea directly in it.)

The light cracks on the bowl are similar to those on my antique (Yuan dynasty or older) small jar!

Wednesday, December 29, 2010

Les fonctions du beau thé

A quoi cela sert-il de faire un beau Cha Xi, d'utiliser de beaux accessoires, de fleurir sa table...? Est-ce simplement pour la 'beauté du geste' ou bien y a-t-il encore d'autres raisons?

Ci-contre, voici la meule à thé utilisée à la cour impériale de la dynastie Tang (618-907). Elle est en argent massif et ses dessins sont en or. Elle pèse plus d'1 kg, mais sa taille réduite fait d'elle un joyau ciselé avec finesse et magnificence. Les autres accessoires de ce set impérial (la boite, le plateau, le filtre, le récipient à sel...) sont du même accabit.

A ce niveau, la beauté ne sert pas simplement à plaire, mais envoie un message peu subtil: regardez-moi, j'appartiens à l'empereur. C'est un signe extérieur de richesse et de pouvoir. Seul le souverain peut se le payer. Et quand il s'agit de poterie, a priori moins chère, l'empereur aura la priorité sur les productions des Guan Yao (fours de la noblesse) tandis que le peuple se contentera des productions des Min Yao (fours du peuple). Et parfois, pour être certain que d'autres ne puissent se procurer les mêmes poteries, leur couleur et provenance resteront secrètes.

La beauté sert aussi à attirer et garder notre attention. Les plaisirs du thé sont polysensoriels, mais nécessitent une certaine concentration. L'ennemi est la distraction. Pour apprécier le thé sous toutes ses facettes, nous ne pouvons pas en plus regarder la télé ou conduire une voiture. La beauté visuelle des feuilles, de la présentation, des accessoires, des gestes... sont les prémices, les préliminaires aux plaisirs olfactifs et gustatifs. La beauté crée l'ambiance qui nous permet de déguster en calme et en éveil.

La beauté du thé stimule notre créativité. (Plusieurs artistes m'ont confié qu'ils boivent du thé avant d'écrire, peindre ou tourner des bols). Elle nous donne un sentiment d'harmonie et de paix. (Parfois, je mets fin à des petits maux de tête rien qu'en me préparant du thé!)

A un niveau plus symbolique, la beauté éphémère de fleurs sur une table à thé est un rappel à goûter aux joies de la vie. Les moments de beauté passent comme les jours, les saisons. La vie est trop courte pour être terne et triste. Rendre le thé beau, c'est rendre la vie plus belle, plus intense. Nous apprenons ainsi à faire des efforts pour embellir chaque instant!

Monday, December 27, 2010

Qingbai 'lotus' tea set by David Louveau de la Guigneraye

The idea of this tea set started in the summer 2009. During my visit in France, I stayed several days with David Louveau. He's a French potter who learned his craft with Japanese and Korean masters. What is remarkable is how natural his work is. He tries to use as little modern technique as possible. His philosophy is a good match with how my ideal teaware should be made. So, we discussed and exchanged ideas how to create teaware for specific teas. In early 2010, he sent me a first set in cracked white for shu puerh.

For the second set, I wanted a celadon color close to the Tang dynasty secret color. The Tang scholar Lu Yu favored such celadon, because it enhanced the color of the tea and had a color 'fine like jade'.

After using this set in an art gallery, I'm glad to show you his Qingbai (light celadon) 'lotus' tea set. It took David Louveau several months of tests to achieve this light turquoise color. I feel it already comes very close to Lu Yu's recommended ware. And the glaze only contains natural components: kaolin, feldspar, lime and talc.

For the clay David uses a mix of 90% rough Spanish kaolin and 10% purple clay from La Borne. These ingredients are naturally rich in iron and will retain the heat of boiling water well.

For the shape, we decided to find our inspiration in past Chinese teaware, when China was producing its finest potteries (Tang to Ming dynasties). These were golden time for tea, as it was one of the most appreciated entertainment at the imperial court.

The Bowl, inspired by a Northern Sung celadon.

Mouth: 14 cm in diameter
Height: 6 cm
Base: 6.5 cm
Weight: 330 grams

5 incisions with a sharp knife produce the shape of 5 lotus petals. The lotus petal pattern became very popular during the Yuan dynasy. Its simplicity and beauty brings a sense of calm and spirituality. This is why we chose this pattern for this tea set.

The cup on its stand (Yuan dynasty inspiration)

Mouth: 7 cm in diameter
Total Height: 6 cm
Normal Volume: 3 cl
Weight: 70 gr for cup, 140 gr for the Cha Tuo

For this set, David Louveau and I decided to glaze each piece twice. (In ancient times, the thick Longquan celadons ware glazed up to 5-6 times). This produces a thicker and therefore smoother surface. This involves more work and handling, because each item must be fired 3 times: once without glaze and twice with glaze.

The taste of the tea feels very different, calmer and more harmonious, compared to industrial porcelain. It best fits sheng puerh and then roasted Oolong.

The Tea Boat (Cha Chuan with teapot stand) with lotus petals pattern

Mouth: 18 cm diameter
Height: 4 cm
Weight: 485 grams

The set was fired in David Louveau's gas oven at a temperature of 1300 degrees Celcius (2372 degrees Farhrenheit). This way, the color remains even for all the items (and it helps to keep the cost down compared with a wood firing).

The tea jar, inspired by a Ming dynasty jar.

Height: 8 cm
Max diameter: 8 cm
Weight: 300 gr

The inside and the bottom of the jar are glazed. There is a slight porosity that helps reduce the edge of roasting. A few days of storage are enough to make a difference with Oolong. For long term use, it's best to use it with sheng puerh.

Conclusion: This Qingbai tea set is deeply rooted in China's tea history. Each handmade piece has some imperfections that add to their soul and beauty. So far in my tests, it works perfectly with my wild young sheng puerhs.

Monday, December 20, 2010

L'amour du thé chinois est sans limite

Hier fut le grand jour pour mon Cha Xi, à la gallerie Nou, intitulé "l'amour sans limite du thé chinois". Le grand changement par rapport à mes recherches et essais des semaines passées, est l'usage des toutes nouvelles céramiques de David Louveau de la Guigneraye. Ce set en céladon 'turquoise clair' m'est arrivé la semaine dernière juste à temps pour que je le teste et l'apprivoise.

Que le feu d'artifice (cf. le tableau) commence!

Mon Cha Xi cherche à montrer que l'amour du thé chinois est sans limite ou frontière:

- Le Cha Bu, un Fukuro Obi (une ceinture de kimono) et la tetsubin rappellent que le Japon fut le premier à succomber à cet amour du thé chinois. Mais c'est un Français qui prépare le thé, et il a appris cet art à la source, auprès de Chi Jung Sien, "Teaparker", l'écrivain Taiwanais.
L'amour du thé est international.

- La fleur de lys est le symbole des rois de France. En effet, lorsque le thé fit son apparition en Europe au début du 17è siècle, il fut d'abord l'apanage des rois et de leur cour. En effet, à l'époque, le thé était très cher. De nos jours, le thé est la seconde boisson au monde après l'eau.
L'amour du thé ne connait (presque) plus les classes sociales.

- les céramiques de David Louveau sont inspirées de pièces de musée des dynasties Sung (bol et bateau), Yuan (coupes) et Ming (jarre). Il s'agit d'un retour aux sources, aux traditions, un voyage à travers le temps.
L'amour du thé est intemporel.

- la beauté du Cha Xi est à la fois esthétique et fonctionnelle. Les accessoires se doivent d'être en adéquation avec le Hung Shui Oolong d'Ali Shan. L'eau est chauffée en tetsubin pour plus de moelleux et de corps. La théière d'Yixing en zhuni 'peau de poire' est très dense et retient bien la chaleur ; elle permet de tirer le maximum de ces feuilles tout en arrondissant les angles. Les coupes de David Louveau n'utilisent que des ingrédients naturels, non raffinés. Leur double émaillage donne beaucoup de douceur à ces pièces. Aussi, la liqueur de l'infusion a un goût très pur et aérien.
L'amour du thé nous amène vers la perfection.

- La liberté de l'agencement, du décor du Cha Xi permet d'y mettre beaucoup de sens, d'expression artistique. Le thé nous invite à devenir des créateurs de moments de bonheur et d'harmonie.
Or, il n'y a, par définition, aucune limite dans la création artistique!

- Tous nos sens sont en éveil, émerveillés. Des émotions peuvent nous toucher au plus profond de nous-même. "Je sens l'âme apaisée du thé" fut la réaction d'une dame en buvant sa coupe. Alors que la vie va de plus en plus vite, le thé permet de nous apaiser et de nous recentrer. On savoure un plaisir simple simple de la vie dans le moment présent.
L'amour du thé transcende les émotions.

Oui, l'amour du thé chinois est sans limite!

Thursday, December 16, 2010

Third Advent Cha Xi

The days fly during the busy Advent season. Today, I needed a full tea break to relax and realize that in just eight days it's Christmas!

So, I lit 3 candles and prepared this Cha Xi with a quilt made by my mother and wooden figurines from the Erzbebirge (where my grandmother came from). I brewed my Da Yeh Oolong red tea in an ivory gaiwan and poured it into 3 cups. The first two brews were a little strong with a hint of bitterness. (I should have brewed them shorter to better take into account the recent roasting.). But the following 4 or 5 brews were very smooth and sweet. The flavors kept on going very well during all these brews. The dark honey and fruit scents from these leaves pair well with the Christmas season.

I savor this tea time with the finely carved ornaments. They bring back memories of my childhood Christmas in Europe. Now, they will leave their mark on my children and show them the beauty of traditions and folk art.

After learning about Cha Xi, I rediscover these figurines again. Their function and appearance go hand in hand: they bring beauty and convey a sense of joy for this holiday. But they also give us the freedom to arrange them, to set them up with harmony, like we should do with teaware. I play again, like a child. This is happiness!

The Christmas spirit is in my tea cup, a simple joy as a prelude to a big celebration. Only 8 days to go...

Tuesday, December 14, 2010

Hiver 2010 Hung Shui Oolong de Feng Huang

Thé: Luanze Oolong

Origine: Feng Huang, village qui fait parti de l'appelation Dong Ding, dans le centre de Taiwan.

Elévation: 900 m à 1100 mètres. (Rappel: à 1000 m commence la culture des Oolongs de haute montagne. Celui-ci qualifie tout juste pour cette catégorie).

Récolté à la main le 5 novembre 2010.

Process: Oolong de faible à moyenne oxydation et torréfaction moyenne et lente au feu de charbon.

Dégustations libres en infusions longues avec un gaiwan en porcelaine qinghua.


Avec la torréfaction, on est passé d'un vert frais à un vert de jade un peu foncé. Les feuilles roulées sont grandes et épaisses. Elles ont gardé leur tige.

L'infusion dorée est d'une transparence et clarté éclatante. C'est le signe d'une production très réussie.

Le nez dans le paquet de feuilles sèches, l'odeur de la torréfaction me rappelle une autre odeur de four à bois. J'ai l'impression de sentir la pizza frutti di mare de mes vacances d'enfant sur la côte d'Azur! Etonnant!

Une fois infusé, le thé retrouve des odeurs plus familières: marrons chauds, miel, frangipane, noisettes... Une odeur plus végétale et fraiche apparait également en arrière-plan.


La première impression est de pure limpidité. Ce thé glisse en bouche. Puis vient une impression de moelleux, voire même de sucré. C'est Noël en bouche!
En troisième temps, la langue reçoit comme un frisson tandis que les glandes salivaires s'activent. Une fraicheur mentholée remonte de la bouche.
L'arrière-goût est la synthèse douce et suave de toutes les sensations de cet Oolong traditionnel.

On remarquera tout de même que la torréfaction est encore un peu récente. Le feu de charbon donne une impression de sécheresse, mais qui se transforme en moelleux.

Il y a plusieurs astuces pour pouvoir rapidement déguster un Hung Shui Oolong nouveau. Le premier consiste à ouvrir le paquet sous vide et de le refermer immédiatement de manière à ce qu'un peu d'air entre en contact avec les feuilles. Mieux encore, on peut entreposer ce thé dans une jarre en porcelaine ou en étain. A vous ensuite de faire un suivi de l'impact de la jarre sur le thé. Chaque jarre aura un impact différent, de même que chaque théière réagit différemment avec chaque thé.

Au niveau de l'infusion, je conseille d'utiliser juste une couche de feuilles, de l'eau juste bouillante et de verser l'eau très doucement dans le gaiwan (ou la théière) préchauffé(e). Si on verse l'eau trop fort, les odeurs de feu de la torréfaction auraient tendance à dominer.

C'est un thé qui aime l'eau très très chaude et les infusions longues. Il est alors riche et onctueux, puissant et enivrant comme un Cognac!