Monday, November 28, 2011

Yixing zisha Xishi Cha Ren Ya Xin

15 cl pour 117 grammes

Glaise zisha brune (sur les photos, elle apparait un peu plus rouge qu'en réalité).
Elle provient de mon potier habituel. Il réutilise la calligraphie 'Cha Ren Ya Xin', nom de l'association de Teaparker. Sa traduction est : 'Personne de thé, loisir élégant'. Sa signification est comme une devise. La 'personne de thé' ne se limite pas au fermier ou au maitre de thé, mais inclut tous les passionnés de ce breuvage. En effet, pour cette personne, le thé est plus qu'une boisson, c'est un loisir, une passion, élégante et raffinée.  

Cette théière aux formes rondes et féminines tire son nom de Xishi, l'une des 4 plus belles femmes de l'histoire chinoise. Xishi vécut au 5ème siècle avant JC et devint la courtisane d'un prince ennemi et usa de ses charmes pour le détourner des affaires de son pays. Cette forme permet une bonne expansion de la plupart des feuilles de thé et conviendra notamment aux Oolongs (et Baozhongs) torréfiés.

Update: Et dans son élément naturel:

La nature au service du thé

Sunday, November 27, 2011

Joyeux Premier dimanche de l'Avent

Un Hung Shui Oolong d'Ali Shan fête le début de la saison de Noël!
Le thé est une boisson universelle. Il y a des thés pour toutes les saisons et toutes les occasions.

Wishing you a great Advent season!
And I'm glad to give you a great link to a wonderful new tea blog, Tsiosophy,  by Steven D. Owyoung. To find out what is "tsiosophy" and much more, just click on the link!

Thursday, November 24, 2011

A Thanksgiving Cha Xi!

 A quilt, made by my loving mother, is the obligatory background for this American holiday tea set up!

I was 'shooting' for a turkey, but instead settled for  my 'dragon and phoenix' silver teapot!

A green tea would be a great match for the silver teapot, but during the fall season, a young, raw, wild puerh will bring more warmth. So, for this special day, I flake some leaves from my best young cake (the 2006 spring Lincang). 

 The cups are those inspired by the Yuan dynasty and made by David Louveau de la Guigneraye at my request.

And this brings me to (some) things I'm thankful for:
- having potter friends who share my passion for tea and create items for our use.
- the amazing teas that find their way to me and give me so much pleasure and energy,
- the many tea friends and contacts I have met or corresponded with.

In general, I'm very grateful that, thanks to my tea blog, I can live and share my passion with all of you. I thank you so much for all your support, orders, feedback... (7 years and counting!)
Wood fired bowl by David Louveau

 "Double Happiness" is a character used as auspicious symbol at weddings in China. Thus, with this qinghua jar, I also want to thank my wife for her inspiration, support and love. 9 years ago, she registered me to a class with Teaparker that changed my life! I'm truly blessed to have her by my side.

As a loving mother, she is the core of our family. Honoring her is thanking for the biggest gift of all, love.

In this spirit, I wish you all a great Thanksgiving with your families!
With all my love to my relatives in the USA.

Wednesday, November 23, 2011

Une lueur chaude dans la grisaille

 Pour combattre l'automne froid et nuageux, je prépare ce Cha Xi, intitulé 'rayon de lumière', avec mon Oolong concubine 'sauvage' de Feng Huang de l'hiver 2010. Les feuilles sur la gauche sont tout ce que je prends pour ma théière en zhuni au ton orangé d'Yixing. Sa peau est douce et compacte, mais devient brûlante lorsque remplie d'eau bouillante. La glaise zhuni, particulièrement riche en fer, conduit et retient très bien la chaleur. Cela lui permet d'extraire toutes les saveurs des feuilles de thé. Mais pour cela, il faut aussi que l'eau ait atteint l'ébullition. Avec le changement de saison et de température, je fais attention à ce que des petites bulles apparaissent dans l'eau de ma bouilloire. Je fais même rebouillir rapidement l'eau après le préchauffage (ce que je ne fais que rarement en été).
 L'eau de la première infusion est versée avec une certaine force et hauteur. Il s'agit d'ouvrir ces feuilles enroulées sur elles-mêmes. Les prochaines infusions sont plus basses (cf photo ci-dessus), plus lentes et dirigées vers la zone du bec. Pour plus de chaleur et d'extractions d'arômes en cette saison fraiche, je verse aussi un peu d'eau bouillante sur la théière après avoir fermé son couvercle. Et surtout, j'en verse un peu dans les coupes vides.  

 Une infusion dorée, suave et pleine d'énergie couronne mon Cha Xi.

Merveilleux Dong Ding Oolong (le village de Feng Huang fait parti de cette appelation)! 

Magnifique torréfaction. Elle donne tant de moelleux, mais sans ôter cette impression de fraicheur mentholée sur la langue.

La grisaille est vaincue.

Je savoure aussi bien le thé, que la beauté de l'agencement de mes accessoires et leur interaction réussie avec ces feuilles.

Tuesday, November 22, 2011

Spring 2011 Big Arbor Dian Hung from Mojiang

Cultivar: 100 years old big puerh tea tree
Leaves: Buds and young leafs
Harvested by hand in April 2011
Origin: Mojiang, Yunnan, China
Elevation: 1700-1800 meters
Process: fully oxidized = red tea (= hung cha) or black tea in the Western vocabulary.

Equipment used (from my selection):
- 12cl small qingbai porcelain teapot
- qingbai 'singing' cups
- antique grenade/jar
- small pink Cha Bu

Among the hard core of loose tea leaves drinkers, red tea is usually considered the least interesting. Oolong, puerh and green tea are held in much higher esteem. The reason for this is probably the fact that red tea has become synonym with cheap, mass market tea (bags)! Thanks to Robert Fortune, the English were able to break China's monopoly on red tea in the mid 19th century. They helped India produce red tea cheaper, but this also came at the expense of quality. However, from the mid 17th century until 1850, Lapsang Souchong and Qimen red, for example, were highly sought after by Europe's aristocracy. Huge sums of gold and silver were exchanged for this liquid delicacy. Fine red tea was a pleasure reserved for the most refined palates and its top quality had to match the price.

This old arbor Dian Hung brings us back to the roots of top quality red tea. It all starts with the leaves:
- small leaves and buds: they contain the highest, freshest notes, the least bitterness and the most concentration,
- spring harvest: the best season to harvest tender tea buds
- high altitude, semi wild old trees: a pristine, clean environment where trees grow naturally and slowly.

The oxidation process gives more body and heavier fragrances to the tea leaves. So, it's amazing how clean and light this tea feels when it enters the mouth and is swallowed. A fresh sweetness with ripe, brown sugar fragrances. And the lasting, powerful, round and sweet aftertaste is even more impressive!

It's a tea that is best brewed with few leaves and long brews of just boiled hot water.

This tea is a good fit for the holiday seasons (for reasons I will develop in a coming article). However, today, I wanted to brew it with a Chinese style Cha Xi, as I would with an Oolong or a puerh. The main difference is my choice of a small porcelain teapot, because porcelain is a good match with red tea: the fragrances are rendered clear and neutral. The qingbai porcelain contrasts with the red brew and emphasizes the freshness and natural fragrances of this sweet and deep Dian Hung.

Friday, November 18, 2011

2011 Winter Shan Lin Shi Oolong

 Cultivar: Luanze (qingxin) Oolong
Origin: Shan Lin Shi
Elevation: 1500 meters
Harvested by hand on November 3rd, 2011
Process: Lightly oxidized rolled Oolong

Test brew: 3 grams for 6 minutes.

The tightly rolled dry leaves have vivid green colors.
 The brew is light yellow with touch of green. It's very clear and transparent: its turbidity level is close to zero.

Very fresh, fine and flowery. Almost like a perfume!

Despite the long brew, there's no astringency or bitterness. True to its season, this winter harvest is very sweet, in a light way. And this feeling lingers on with a zesty freshness for several minutes.

The choice of a blue Cha Bu came as, after weeks of cloudy weather, this tea reminded me of a blue mountain sky! 
 The leaves are thick and very concentrated. But the finest notes come from the little buds growing between the leaves and the stem.

Shan Lin Shi's character is finesse and elegance. The winter season's light and long sweetness underlines these traits. The fresh taste almost feels like the fine bubbles of Champagne!...

The Qinghua decoration style on porcelain was popularized by the Mongols during the Yuan dynasty. The blue on white reminded the nomadic tribes of the big sky in the steppes of Asia. 
This qinghua jar has now become the fitting keeper of my blue sky, the winter Shan Lin Shi Oolong.

Tuesday, November 15, 2011

Yi Guang Shan Hung Shui Oolong

Nous sommes ici à mi chemin entre Shan Lin Shi et Zhu Shan. Ce versant de la montagne est moins touristique que l'autre versant, entre Lugu (Dong Ding, puis Shi Tou) et Shan Lin Shi. A 700 mètres d'altitude, on est même un peu plus haut que Dong Ding, mais pas encore en haute montagne (il faut plus de 1000 mètres pour cela). On y fait du Oolong de qualité, mais à des prix plus attractifs qu'en haute montagne. 

Cultivar: Luanze/qingxin Oolong
Origine: Yi Guan Shan
Récolté à la main le 30 avril 2011
Process: Hung Shui Oolong (torréfaction moyenne)

Testé en set de compétition en porcelaine. 3 grammes pour 6 minutes.

Les feuilles sont relativement grosses et d'un vert foncé du à la torréfaction.
L'infusion est d'une grande limpidité et d'un joli éclat jaune doré.

Les feuilles sèches sentent les marrons chauds et les noisettes. L'odeur est chaude et mielleuse. Les fragrances de la première infusion sont similaires. Dans la seconde, on décelle un peu plus de fleuri.

Beaucoup d'harmonie entre les côtés frais et torréfiés. On ressent beaucoup de douceur et de longueur en bouche. Très peu de défauts. Comparé à mes meilleurs Hung Shui Oolongs, il est un peu moins fin et n'est pas aussi concentré en saveurs. Par contre, cela rend celui-ci plus simple à bien infuser.

Ce Hung Shui Oolong remplace merveilleusement sa version de l'hiver 2010

Cet été, en France, on m'a demandé d'expliquer ce qui fait la qualité d'un thé. En effet, de nombreux débutants sont perplexes devant le thé naturel en vrac. Ils n'ont pas l'intensité en fragrances des thés aux additifs. Après, on leur dit de ne pas mettre de sucre, ni de lait dans l'infusion. Or, la plupart des 'thés' (en sachet) que les gens connaissent sont imbuvables sans.

Pour moi, le thé de qualité commence par la récolte à la main de feuilles entières. En préservant l'intégrité physique de la feuille, le producteur réduit l'amertume et l'astringence de l'infusion.
Puis, il faut un terroir qui permette au thé de grandir proprement et le plus naturellement possible. (Eviter les grandes plantations industrielles -souvent en plaine-).
Et finalement, on veut que les arômes du thé soient naturels, issus d'un process de fabrication sans ajouts de parfums (chimiques) ou d'huiles essentielles. On doit pouvoir sentir et ressentir la saison, l'ensoleillement de la plantation, le savoir-faire du producteur...
La qualité du thé ne provient donc pas de l'intensité des odeurs ou du goût: les huiles sont plus concentrées et le sucre donnera un goût plus puissant que celui de n'importe quelles feuilles. Pour des thés sans saveurs, ces ajouts se justifient, malheureusement. Mais ils ont des inconvénients: les arômes artificiels sont brefs, grossiers et n'évoluent pas avec le temps. Le plaisir ne dure pas en bouche. Et surtout, l'on ne ressent aucune connection avec la nature, aucune personalité. Et c'est sans parler des problèmes liés au sucre...

Le thé de qualité est donc celui dont apprécie la finesse, la douceur et le naturel du terroir.

Sunday, November 06, 2011

Automne 2011 Concubine Oolong de Lu Shan

 Cultivar: Luanze Oolong
Récolté à la main le 25 août
Origine: Lu Shan, Taiwan
Altitude: 1600 mètres
Patricularité: feuilles mordues par les Jacobiasca formosana Paoli
Process: semi-oxydation, roulage et torréfaction au charbon de bois.

Déustation test de 3 grammes en porcelaine.

Feuilles relativement grosses, épaisses du à leur origine de haute montagne. Couleur foncée et un peu rougeâtre, mais pas carbonisée: signes d'une oxydation plus haute que d'habitude et une torréfaction moyenne, de type Hung Shui.

L'infusion donne un orange éclatant d'une transparence quasi parfaite.

La première impression est 'Dong Ding' et la puissance enivrante des fragrances maltées dues à sa lente torréfaction. Le Hung Pei (torréfaction) est un processus inventé à Wu Yi. Il s'agit dans un premier temps d'accentuer et de transformer les odeurs contenues des feuilles de thé (Hung), puis avec beaucoup de patience, affiner ces odeurs.

La première longue infusion a des senteurs mûres et  concentrées de marrons et de noisette. La seconde infusion est plus fruitée et la troisième est presque fleurie! On remarque que le thé s'allège de sa couche de torréfaction au fur à mesure qu'on extraie ses arômes.

La note la plus présente est le sucré. Il y a aussi des petites traces d'amertume et de 'Wu Yi Suan', d'astringence 'Wu Yi', c'est à dire une note d'acidité fruitée, telle qu'on la rencontre dans les Oolongs de Wu Yi. (Ce terme technique provient de Wu Yi où l'on mit au point le vocabulaire de la dégustation.).
En même temps, le goût garde une certaine légerté et fraicheur typique des Oolongs de haute montagne. (Comparé au Concubine 'sauvage' de Feng Huang, cette version est plus fine et 'aérienne'. La couleur de l'infusion 'sauvage' est plus foncée.)

L'arrière goût persiste, sucré et vif. Son terroir rocailleux laisse aussi une impression sèche et minérale. La force naturelle de la montagne s'exprime à chaque gorgée.

Les feuilles deviennent de plus en plus vertes au fil des infusions. Elles retrouvent leur élasicité, preuve que la torréfaction ne les a pas abimées.

Conclusion: Cet Oolong de Taiwan puise son caractère à la source des Yan Cha de Wu Yi. Très concentré et doux, c'est un thé qui a beaucoup de potentiel pour évoluer. Conservé en jarre et/ou  infusé dans une bonne théière d'Yixing, on n'est pas loin de la perfection!

Friday, November 04, 2011

Wu Yi Tea Documentary

In late 2009, CCTV, China's State television has made a series of 5 documentaries on Wu Yi tea. And they even translated them into English! They show the wonderful landscapes in which the best rock teas grow. There is also quite a lot of historical and cultural information. The majority of the information is good, but some of is not. Also, at times it sounds more like propaganda (or advertising) than a documentary. There's a lot to criticize, but I did find it very interesting to watch, if only just for the beauty of these sacred mountains, the origin of both red tea and Oolong tea:

Part 1
Description of Wu Yi tea's characteristics
Part 2
Wu Yi's early tea history, trade with Russia.
Part 3
Lapsang Souchong. Wu Yi's red tea and its impact on the the Western world
Part 4
Royal Tea gift, Jian bowl, tea competition.
Part 5
All about Da Hung Pao

In Part 3, the documentary mentions Robert Fortune, the Scottish botanist who stole/acquired Chinese tea plants and seeds and introduced them in India in the middle of the 19th Century. If you want to study this story in more detail, I recommend his (free, online) book "A journey to the tea countries of China, including Song-Lo and the Bohea hills". His description of Woo-e-shan in Chapter XIII shows his amazement: " I had expected to see a wonderful sight when I reached this place, but I must confess the scene far surpassed any ideas I had formed respecting it."

Wednesday, November 02, 2011

Prendre de la hauteur avec un thé

Dans 'L'éloge de la fuite', Henri Laborit montre que la fuite est une solution parfois préférable (au combat ou à la résignation) lorsqu'on fait face à un gros problème. Les lettrés chinois, buveurs de thé, étaient souvent des mandarins au service de l'empereur, soumis à ses caprices et aux intrigues de la cour. Pour eux, la fuite n'était pas une option viable (dire non à l'empereur raccourcissait considérablement son espérance vitale).

Pour eux, le thé, contrairement à l'alcool, n'était pas un moyen de fuir la réalité, mais de prendre de la hauteur et de rester soi-même. Un esprit stressé pense mal. Le calme de la préparation et le thé lui-même clarifient les pensées. Et puis, c'est aussi l'occasion de goûter à des plaisirs d'une élégance, d'un raffinenement tout particulier. Etre maitre de thé et de son bonheur, c'est déjà beaucoup!