Friday, December 28, 2012

2 Hung Shui Oolong de Shan Lin Shi - Hiver 2012

Mes Hung Shui Oolong de haute montagne combinent le meilleur du savoir-faire du thé de Taiwan. En premier lieu, le matériau, les feuilles, est issu de plantations de haute altitude (+ 1000 mètres d'altitude), où on fait les Gao Shan Oolongs fins et puissants. Il ne s'agit pas de feuilles de basse altitude ou bien d'invendus de saisons précédentes que l'on mélange et qu'on torréfie pour cacher leurs imperfections. Deuxièmement, leur torréfaction est faite traditionnellement, au charbon, dans des paniers en osier, par de vieux maitres torréfacteurs qui connaissent bien leur métier. Ils s'inspirent des techniques inventées à Wu Yi (Fuijian) pour torréfier et conserver les Yan Cha. Tout leur art consiste à chauffer sans bruler, transformer sans trahir, affiner sans tuer les feuilles de thé et leur fraicheur.

La bonne nouvelle de cette fin 2012 est que j'ai sélectionné 2 Hung Shui Oolongs de Shan Lin Shi de cet hiver. L'un a une torréfaction 'forte' (mais pas trop) et l'autre une torréfaction moyenne. 
Torréfaction 'forte' (à gauche) et moyenne (à droite)
La différence de couleur est faible, mais visible. Le oolong plus torréfié est moins vert, plus brun/gris.

Cultivar: Luanze (qingxin) Oolong
Origine: Shan Lin Shi, Taiwan (1500 m)
Récolté à la main le 28 septembre 2012. (Cela correspond, cette année, en haute montagne, à la fin de l'automne et au début de l'hiver).
Torréfaction 'forte' au charbon de bois en décembre.

3 grammes de feuilles pour une dégustation de compétition: 6 minutes avec de l'eau bouillante.

A sec, on sent surtout des odeurs de pain blanc grillé qui aboutissent sur une odeur douce, sucrée.
Cultivar: Luanze (qingxin) Oolong
Origine: Shan Lin Shi, Taiwan (1500 m)
Récolté à la main le 28 septembre 2012.
Torréfaction moyenne au charbon de bois en décembre.

3 grammes de feuilles infusées 6 minutes.

Odeur similaire, mais avec des notes un peu plus fruitées et fraiches.
Torréfaction 'forte' à gauche et moyenne à droite
Ces images sont très parlantes. On voit bien l'impact sur l'infusion, plus orangée avec plus de torréfaction.
Les feuilles infusées sont aussi plus sombres, moins vertes, dans le cas de la torréfaction plus forte. Néanmoins, on voit qu'elles s'ouvrent entièrement et n'on pas été carbonisées. On voit des petits bourgeons et de très grandes feuilles.

Ce qui est étonnant, c'est qu'on retrouve une odeur d'agrume mûr similaire dans les deux infusions. Cet odeur est très particulière et c'est la première fois que je la sens dans un de mes Hung Shui Oolongs de Shan Lin Shi. Elle est plus profonde et grave avec l'infusion 'forte', et plus fraiche et claire avec l'infusion moyenne. Les deux Hung Shui sont très moelleux, presque sucrés. Surtout celui à torréfaction forte. Je ne remarque pas de goûts déplaisants, si bien que ces 2 Oolongs se boivent très facilement. La longueur en bouche est agréable, douce et fine. Naturellement, le moins torréfié a des arômes plus ouverts et directs.

Ces 2 Hung Shui brillent aussi par ce que l'on n'y trouve pas, mais que l'on trouve souvent dans d'autres Oolongs torréfiés: les odeurs de brulé et l'amertume. Le maitre torréfacteur a bien contrôlé son feu. D'ailleurs, si je n'ai reçu ces thés que si tardivement, c'est car il n'a pas voulu torréfier pendant qu'il pleuvait, mais a attendu le beau temps.
Torréfaction 'forte' à gauche et moyenne à droite
Atteindre une telle finesse en porcelaine, en mode test, est de très bonne augure pour des infusions en théière d'Yixing. Et puis, ces 2 Hung Shui Oolongs sont aussi d'excellents candidats à une longue conservation (en jarre en porcelaine). Il sera très intéressant de goûter l'évolution dans le temps de ces 2 niveaux de torréfaction.
Passez un bon réveillon!

Thursday, December 27, 2012

The year 2012 in 12 pictures

I hope you had a wonderful Christmas celebration. Mine went pretty well, except for the fact that I'm not used to drinking both red and white wines for dinner. The next morning, I felt a little bit hazy. Since it was Christmas Day, I turned to my strongest 'hangover tea', the 1960s loose raw puerh. And it worked great: I felt clear and high spirited after a couple of teapots!
Tea continues to inspire, nurture and even heal my body and soul! I want to share with you these 12 pictures marking some of my greatest tea moments in 2012:

December - Time for an old Hung Shui Oolong

September - Un thé fête la pleine lune d'automne

August - Jouer aux antiquités

July - RED - Red Extreme Delight

June - La vie en rose

May - Top Alishan Oolong - Spring 2012

April - David Louveau's qingbai cup makes a splash

March - The return of spring

February - Wu Yi Shui Xian

January - The sun changes everything

Click on these links for the pictures of 20112010, 2009 , 2008 and 2007.

Tuesday, December 25, 2012

Tea under the Christmas tree

I celebrated Christmas with this Cha Xi next to my Christmas tree. What tea would fit this special occasion? Christmas is a time where expensive gifts are given. It started 2000 years ago with the 3 kings (wise men) who brought gold, incense and myrrh. But the biggest gift of all is the one given to us by Jesus: the love of God! This love is both priceless and free, like the love of a mother. So, I decided to brew this 1960 red tea from Georgia (former USSR). Vladimir, a passionate tea drinker gave me this box of old red tea when he visited me this early December. Such an old tea is indeed a priceless gift, especially for someone who likes old tea like I do!

This metallic box contains tea as a sample and wasn't meant to be sold, but kept for quality control. The label mentions it was made in July 1960.

The dry leaves are in very good condition (thanks to Russia's dry climate). The fragrance has a spicy touch that reminds me of Glühwine (mulled wine)! It also has the wooden fragrances of old Baozhong, but smells more fruity. Compared to old Baozhong, it smells younger than its age, thanks to the good storage.

I should probably also explain why I choose my cheap 'ivory' white porcelain gaiwan and classic cups to brew this special tea. It has to do with the spirit and symbol of Christmas.

First, Jesus was born in a stable and the first informed of his birth were simple shepherds. This shows how humble and simple Jesus came into this world. The inexpensive porcelain accessories try to reflect this humility and simplicity.

On a second more symbolic level, I find it interesting to see the gaiwan like mother Mary giving birth to the brew. And here it makes sense to have the gaiwan made from a 'ivory' porcelain that is similar to Blanc de Chine, De Hua porcelain. Why? Because this reminds me of the popular Guanyin (Boddhisatva) figurines made with this porcelain. Even people in Europe, in the 17-18th century, collected these figurines. They were amazed, I think, by the similarity between Guanyin and Mary! This feminine goddess can be seen as a bridge between Eastern and Western spirituality!
On a more personal level, I use these 3 quilt Cha Tuo made by my mother in France! May this Cha Xi bridge the distance that separate us during these holidays... I like the fact that these Cha Tuo add a soft and delicate feeling. It represents the fabric that was used to wrap the baby Jesus before laying it on the manger!
For my crèche, under the tree, I am using traditional wooden figurines from the Erzgebirge (in Germany). To recreate the atmosphere of a stable, I'm using ... dried tea leaves!!
They do the trick pretty well, I think. Actually, I have been drying my spent Oolong leaves for several months. I intend to use them to make a pillow (for my wife). Tea pillows are quite common in Taiwan! It's another creative way to recycle the leaves we drink.

In this Cha Xi, the dry leaves become another way of connecting my tea with the Christmas festivity!

The red tea proved to be very sweet,warm and pure, with a very old feeling. Perfect for that day! And in this tea spirit, I wish you all a wonderful Christmas!
(With a special thank you to Vladimir for this tea gift!)

Friday, December 21, 2012

Comparing Yunnan Dian Hungs

Today, Neil, a visiting tea friend brought his favorite red tea, a Yunnan golden tip Dian Hung (left on both pictures). This gave us the idea to compare it side by side with the wild Dian Hung from my selection.

Visually, these 2 teas look quite different already. Neil's is much more golden and appears more tippy. However, a closer examination shows that my buds (right) are thinner, smaller and more concentrated. Also, my Dian Hung is full of 'hao', tea hair. Like for a Bi Luo Chun, this hair, fur is a sign that the tea was picked young. The difference in appearance makes it obvious that these 2 teas are not from the same tea tree (cultivar). In fact, my Dian Hung uses wild, old, high mountain puerh tree material.
We brewed both teas with 2 white porcelain competition sets for 6 minutes approximately. Neil's Dian Hung (left) had a slightly less clear, less bright tea brew. The leaves turned greenish. This was reflected in the scent of this tea. It still had a 'greenish' smell that shouldn't be there in a red tea. My wild Dian Hung (right) had a nice shine and the wet leaves were still red. The flavors of my Dian Hung were very clean and bright.

The taste difference was even more obvious. Neil's Dian Hung tasted sweet (good!), but flat. Nothing much else was happening in the mouth in terms of aftertaste. For my wild Dian Hung, Neil found it had a touch of astringency, but not a bad one, he added. But what it had was energy, power, life, you name it! It's a tea that continues to create many strong feelings in the mouth, after it's swallowed.

Neil asked me about what vocabulary to use to describe a good tea experience (when you are with tea friends). It's can be quite difficult to find the right words. Too detailed, they can sound like a medical exam (salivation glands are activated, blood rush to the heart...) and too poetic they will border the mystical and weird (the harmonious energies of nature transport me into another state of mind...) What I recommend is to let other drinkers talk first and try not to influence them with your own take. And be honest. 

Neil and I had tasted my wild Dian Hung last year. It's from spring 2011, but I find that the aromas are more concentrated and finer now. And with the quality of its material, it's a tea that will continue to evolve well (if properly stored). With winter starting today, this is a tea I will often brew in the coming cold months...

Thursday, December 20, 2012

La douceur de l'hiver ensoleillé

Cultivar: luanze (qingxin) Oolong
Origine: Alishan, Changshu Hu
Elévation: 1600 mètres
Récolté à la main le 2 octobre 2012.

C'est le Oolong 'fin' de cet hiver. Je profite d'une journée pleine de soleil pour le préparer en théière en zhuni d'Yixing pour le verser dans mes coupes 'dragon' de De Hua.
 L'infusion est particulièrement transparente et claire. La couleur jaune brille comme un soleil dans le ciel frais hivernal.

Les fragrances sont fines et fraiches. De l'herbe verte fraichement coupée, de la lavande, du vétyver... Au goût, on ressent d'abord le moelleux, le sucré avant la fraicheur. Il y a aussi un petit côté acidulé qui renvoie à des fruits d'hiver comme les oranges. Je remarque aussi que ces impressions en bouche sont pures et très agréables, mais il s'en dégage aussi un sentiment de puissance, de force. En effet, le goût est 'épais' et riche tout en êtant si frais et fleuri. C'est la particularité des Oolongs de haute montagne, leur dualité.

Cette impression paradoxale de force et de légerté vient de leurs feuilles. Certaines sont très grandes (car elles poussent doucement en montagne) et d'autres sont de petits bourgeons aux arômes si subtils. Et le terroir de Changshu Hu à Alishan accentue cette sensation, car les Oolongs qui y poussent sont particulièrement puissants. La particularité de l'hiver est plus de moelleux qu'au printemps.
L'arrière-goût est longtemps présent, gouleyant et doux. On ressent la douceur du soleil de montagne en hiver. Une clarté nous pénêtre et accompagne notre douce attente de Noël.

Wednesday, December 19, 2012

2012 Top 10 articles

As we approach the end of the year, here are the 10 articles of 2012 that registered the most views. They give us a glimpse of what interests you most.

10. Top Ali Shan Oolong - Spring 2012 - One of my best high moutain luanze Oolong in my selection this year. Tastes almost like Da Yu Ling!

9. Unleash the fierce dragon -  2 Cha Bu with flying dragon as symbols for the powerful creativity inside each one of us.

8. Minyao mini coupes qinghuaci - Petites et mignonnes, les vieilles coupes en porcelaine bleu sur blanc.

7. Home vs. warehouse raw puerh storage - Taiwanese storage of a 6 years old puerh from Lincang can vary greatly.

6. Old puerh, plain mini cups, new combination - Using old cups with my mid 1980s raw puerh makes a lot of sense!

5. Baozhong 'forêt subtropicale' et porcelaine 'orchidée' - Le Wenshan Baozong le plus classique de ma sélection et un set de porcelaine moderne qinghua.

4. How to appreciate a teapot from a tea drinker's perspective - Functional beauty illustrated by a 1980s top grade Yixing zhuni teapot!

3. How to appreciate a teapot. The basic and the potter perspectives -  Trying to explain beauty to the untrained eye.

2. Yixing modern zhuni Long Dan teapot - A dragon egg shaped teapot for high mountain Oolong. This teapot is sold out now. Next year, I will try my best to find more Yixing teapots from different makers.

1. A jam session: Earth and Fire cups by David Louveau - free and unconstrained works of art and nature. These cups work best with shu puerh.

Friday, December 14, 2012

Tsui Yu Baozhong (+ filtre à thé offert à tous mes lecteurs!)

Durant la période qui précède Noël, il y a mille et une choses à préparer, acheter, emballer, cuisiner... Le temps vient facilement à manquer pour préparer un bon thé ou de lire un article sur un blog à thé. Aussi, pour vous remercier de m'accorder votre attention pendant quelques lignes, je vais vous offrir mon filtre à thé 100% bio, durable et équitable, durant la lecture de cet article!

Mais commençons d'abord par ce thé:
- Cultivar: Tsui Yu (Jade Oolong)
- Récolté à la main le 1er octobre 2012.
- Origine: Wenshan, nord de Taiwan
- Process: Baozhong de style 'forêt subtropicale', c'est à dire avec une oxydation un peu plus poussée et un ample séchage.
Pour le préparer, j'utilise ma théière moyenne (17 cl) en porcelaine qingbai. Mais comme j'aime bien mêler le moderne et l'ancien, je la pose sur cette assiette creuse de la dynastie Qing. Elle fait office de bateau à thé aux motifs de fleurs qinghua:

La théière préchauffée, j'y mets ces 4 grammes de Baozhong, verse de l'eau juste bouillante et laisse infuser quelques (3-4) minutes. Comme il s'agit de le thé le moins cher de ma sélection actuellement, je veux le tester dans des conditions proches d'un 'thé de bureau', d'un thé qui accompagne la vie au lieu d'être central. C'est pourquoi j'utilise ici ma cruche qingbai (disponible à nouveau après une longue absence). La cruche permet de garder le thé chaud quelques minutes de plus que dans les coupes chantantes ; et on n'a pas besoin d'attendre d'avoir la coupe vide pour refaire une infusion.

Pour la première infusion, je garde l'habitude de verser dans les coupes et dans la cruche au lieu de tout déverser dans la cruche:  

Cela a pour conséquence de rendre petits bris de thé visibles au fond de la tasse. Personnellement, ils ne me gênent pas vraiment, car il ne s'agit pas de poussières de saleté. Après tout, on boit bien de la poudre de thé (matcha)!

Mais je conçois qu'on puisse préférer son infusion bien clean. Cependant, je n'aime pas utiliser les filtres qu'on trouve dans le commerce. D'une part, je n'aime pas mettre le thé en contact avec du métal, ou bien trouve que ces filtres sont difficiles à bien nettoyer.
Le filtre que j'utilise et que la nature nous offre est la gravité! Quand on utilise une cruche, les bris et poudres de thé descendent au fond de la cruche. Il suffit de verser doucement dans les coupes pour obtenir cette belle infusion jaune-verte.

Les odeurs de ce baozhong sont mêlées de jasmin et de forêt subtropicale. Elles me font aussi penser aux odeurs de magasins à thé taiwanais traditionnels où l'on torréfie du Oolong à l'arrière-boutique. La légère torréfaction de ce Baozhong est encore récente, et c'est pourquoi je l'ai entreposé quelques minutes dans ma jarre qinghua. Cela a permis d'arrondir les angles de ce Baozhong. Le goût est moelleux et simple. La différence principale avec les haut de gamme est qu'il a moins de finesse et laisse un arrière-goût un peu plus lourd.
Les feuilles sont assez petites et ont trouve des traces d'oxydation sur les bords. Les tiges ont été triées. J'en ai tiré 3 infusions très satisfaisantes sans grands efforts.