Sunday, October 11, 2020

Tea and Zen: the video classes


In case you missed it, here are the 2 tea classes about Tea and Zen I gave this weekend. Here in English: Zen (Buddhism) is the Japanese name of Chinese Chan (pronounce tsan) Buddhism. This Chinese branch of Mahayana Buddhism developed during the Tang dynasty (618-904). This is important, because it's also during the Tang that tea underwent a radical change. So, in this class, I try mainly to explore the early links between tea and zen Buddhism, how the tea helped then monks to meditate, how tea was about purification of heart and mind... And that's why my Chaxi uses a silver teapot (like imperial Tang tea ware was made silver!) And the tea I use is one that helps to be awake and that is so pure and full of energy, that its experience is similar to a sudden glimpse of nature!

Watch the video to find out which tea I brewed! However, if you wish to know more about mindfulness or meditation, I rather recommend that you don't ask tea experts, but meditation experts. The Plum village is a great place to start. In the US, you could also go to the Deer Park Monastry in California or the Blue Cliff Monastry in NY. 

Et voici le cours en français:
 

S'il fallait résumer le Bouddhisme chan en 4 caractères chinois, Anne Cheng (dans l'histoire de la pensée chinoise) propose Ming Xin Jian Xing. Cela signifie grossomodo: illumine et purifie ton coeur afin de voir la nature de Bouddha!

Cette nature de Bouddha est difficile à décrire par des mots. Le mieux est d'en faire l'expérience par une pratique méditative qui permet à l'esprit de ne penser à rien. Et comme il est dur de penser à rien, on peut se concentrer sur sa respiration! Il s'agit donc d'une spiritualité introspective très personnelle, mais aussi universelle. En effet, chaque personne peut la pratiquer, qu'elle soit croyante ou non. En fait, mon interprétation personnelle, c'est qu'on rejoint là l'injonction grecque classique: connais-toi toi-même, et sa continuation par Nietzsche: deviens qui tu es.

La pratique du thé peut donc se confondre avec celle d'une méditation si on se sert de ce moment de beauté, de célébration de la vie pour faire le vide et écouter son coeur!

Bien sûr, chacun boit son thé comme il l'entend. On n'est pas obligé d'en faire un séance de méditation. Et puis, il faut aussi se méfier des faux prophètes qui voudraient vous entrainer dans des dérives quasi sectaires (c'est arrivé à Taiwan). C'est pourquoi j'ai voulu faire cette classe vidéo pour vous parler des liens historiques entre le thé et le zen, et une manière moderne de l'aborder!

Merci pour vos visionnages, vos like et vos abonnements à ma chaine YouTube! Et merci aussi pour vos commandes!

Tuesday, October 06, 2020

From cool spring to cool autumn

It's almost 6 months since the spring Oolongs have come out! Soon, the winter harvests will start. (Actually, they should be called fall harvests, since they happen before December 21st. But it's not the case, because tea can be harvested every 55 days approximately, which means there's time for a harvest in June/July, summer, and another in August/September, fall, before the last harvest of the year in October/November, which is therefore called winter). 

So, my 2019 top Hung Shui Oolong from Shan Lin Xi is from the mirror season of October. It's at the same sweet spot between the 2 seasons Taiwan has: hot summers and cool winters. The in-between seasons of spring and autumn are actually quite short here. That's also what makes the teas of these 2 seasons so special and similar. They are made when it's just warm enough to grow and cool at night to preserve a maximum of freshness.
But the Hong Shui is the traditional roasting process that adds a deep touch of warmth without destroying the underlying freshness or 'greenness' of the Oolong. Here again it's a kind of in-between state: between fresh and full roast. The magic is to achieve a bold flavor that is harmonious and that combines the energy of the mountain with the fire of the roast. (See the deep color of brew!)
And since it comes from Shan Lin Xi, this roasted Oolong also has a special finesse and fragrance. And its aromas stay on the palate in a very satisfying manner. It's perfect for the season, because it's just at this balance between hot and cold, between summer and winter, between a need for cooling or warming. It's the time of extreme balance! A great tea is always a living paradox!
Reminder: join me on Facebook this Friday 10 PM for a new tea class about "Tea and Zen".

Monday, October 05, 2020

Yixing teapots, video Tea Masters class No 2

Thanks to your interest for my first class on Yixing teapot, I have done a second one. Find out by yourself what it's all about here:

This Friday tea class will have a different subject, a viewer request: "Tea and zen". I hope that you'll join me on Facebook Live or that you'll watch the replay on YouTube! 

Et comme j'ai eu un peu de mal à trouver les mots en anglais cette fois, j'ai aussi fait ce second cours sur les théières Yixing en français:

Le sujet est loin d'être épuisé, mais pour cette semaine je vais suivre la proposition d'un spectateur et donner un cours sur le thé et le zen. On verra si j'aurai la force et l'envie de le faire en français...

Wednesday, September 30, 2020

Puerh LuYin du début des années 1990

La meilleure saison de l'année à Taiwan a débuté par 1 semaine de pluie! Ce n'est pas grave, car après 3 mois de chaleur et d'humidité tropicales, c'est un vrai soulagement de pouvoir éteindre l'air conditionné. Même ce temps maussade ne saurait gâcher mon plaisir de ressentir de nouveau un peu de fraicheur naturelle! Et qui dit un changement de temps dit aussi de nouvelles envies de thé! Me voilà saisi par une fringale de puerh! Pour fêter cela, je décortique ces quelques feuilles de la galette LuYin du début des années 1990 de la firme Menghai. Cette galette est à peine entamée, et les feuilles du pourtour sont celles qui se détachent le plus facilement. Elles sont bien fermes, entières et j'y remarque de nombreux bourgeons aux couleurs claires. 
Pour infuser ces feuilles aux senteur de sous-bois d'automne, j'opte instinctivement pour ma grande théière zisha bariolée en forme de tronc d'arbre et datant de la fin de la dynastie Qing. 
Si c'est dans les vieux pots qu'on fait la meilleure popotte, c'est aussi dans les anciennes zisha qu'on infuse le mieux le puerh d'antans!
Le thé jaillit avec grande précision du bec de la théière et je remplis mes coupes Dehua et qinghua avec une petite excitation. En effet, je suis face à un grand thé de l'acabit d'un 8582 (en plus fin, un peu moins vieux et 10 fois moins cher, pour l'instant). 
La couleur de l'infusion me rassure et m'enchante. Le thé ne ment pas. Quand c'est aussi beau, aussi intense, brillant et transparent, c'est que l'infusion est de toute première qualité. Ses senteurs embaument l'espace autour de moi. Et la liqueur est un délice de profondeur, de moelleux et de nature. Cette coupe respire l'automne, le bois noble, les feuilles mortes. Mais les doux sanglots verlainiens se muent en larmes de joie. Quel équilibre de saveurs et d'énergie!
La saison commence bien avec ce thé aux arômes d'automne et à la douceur du nid familial! 
Demain, on fête la pleine lune d'automne à Taiwan et c'est donc un weekend de 4 jours qui commence. Je garde cependant mon rendez-vous hebdomadaire du samedi avec une nouvelle classe sur les théières d'Yixing! 

Saturday, September 26, 2020

Yixing teapots video class

 For this week's tea class, I did a twofer: first in English and then in French! 

My subject: an introduction to Yixing teapots. Their history, some Yixing vocabulary and how to use a teapot properly. Here is the English version:



Et voilà la vidéo en français. J'y parle des théières Yixing, leur histoire, le vocabulaire et la façon de les tenir quand on les utilise:

Bon visionnage!

Note: join me next Friday at 10 PM Eastern US time for the next Live tea masters class on Facebook! Or watch it in replay on the TeaMasters YouTube channel!

Saturday, September 19, 2020

Wenshan Baozhong video lesson

 

I wanted to do my live video on YouTube, but it turns out that it's only possible if one has 1000 followers. So, I had to revert back to Facebook live and you can see the WenShan Baozhong video here.

I'm almost at 400 subscribers on YouTube right now, so, if you wish my Live tea classes to be available on YouTube, the best solution is that you help me reach 1000 subscribers! Thanks a lot for your subscription. The main advantage of YouTube is that it's easier to find past videos and it doesn't scare those who are not on Facebook. 

Next week, same time, I'll do another live video class. This time I'll do it on Instagram! (There, I have more than 1600 followers!)

Wednesday, September 16, 2020

How to choose a tea for aging

Conventional wisdom holds that puerh is the best tea to age. However, if one doesn't like puerh and especially aged puerh, one simply shouldn't age puerh! The class I gave here in my now weekly live video stresses this point: if you age tea to drink it one day (and not as a financial investment), then age the teas you like! Teaparker, my tea master, has proven that even green tea can age beautifully!

The other preliminary point I made is about why we age tea. After all, life is short and its end can come unexpectedly, so why postpone the joy of tea? I see 2 good reasons: 

1. Kids. In France, we like to purchase some good bottles of wine when a child is born and age them until he/she is 18! It's a way of  transmitting a certain culture and 'art de vivre'. There's a similar custom in China called Nuer Hong (gift to the daughter). 

2. Improving tea. A tea is worth aging if time helps to make the leaves taste better, if your pleasure is greater.

Let's examine the advantages and disadvantages for each type of tea when it comes to aging. 

1. Green/yellow tea. Advantage: big change. Disadvantages: high moisture content makes it prone to turn astringent/sour. It looses its freshness, a key quality of green tea. Light flavors are difficult to age.

2. White tea. There's a saying in Chinese about white tea. 1 year tea, 3 years medicine, 7 years treasure. Since this type of tea is well dried it's easier to age. The disadvantage comes from its light aromas, because aging always means loosing strength and flavors. So the tea becomes even lighter. Also, white tea is rather bulky and not practical to store: that's why white tea makers have started to press their leaves into cakes or bricks (like puerh). 

3. Oolong. Advantages: partially oxidized leaves have a good potential for post oxidation and aging, especially if they are well dried (roasted). There are a lot of aged Oolongs to prove it! Hung Shui Oolong is one such tea that is very well suited and takes little space to store. Aged scents appear within 10 years already. Disadvantage: Dry and clean storage is essential. Actually, it is easier to age Oolong in a dry and cool climate than in Taiwan. 
4. Red, fully oxidized, tea. Advantage: high stability, such leaves don't fear further oxidation. Can be kept for a long time. Disadvantage: the tea is so stable that it hasn't much room for change and improvement. 

The same can be said of Oolong that is roasted to strongly or shu puerh.

Winter 2007 Lishan Hung Shui Oolong

5. Sheng puerh. Advantages. Puerh, and especially gushu puerh, is the most powerful and concentrated tea. Puerh has a lot of transformation potential. Puerh has a proven track record of aging well for over 100 years! Pressed, it doesn't take much space to store and doesn't require a jar. Disadvantages: puerh is slow to age, especially in a cool and dry climate: if you're a certain age, you may not have 30 years+ to wait for your puerh to improve! 

During this class, we tasted how a Hung Shui Oolong ages. We started with this top 2019 Shan Lin Xi Hung Shui Oolong and then compared it to 2007 Hung Shui Oolong from Lishan I have aged myself in a porcelain jar.
The result is that after just 13 years, the roast flavors are gone and the typical aged fragrances are present. And it still tastes very lively and sweeter than before.
We did a similar experiment with an Imperial grade Oriental Beauty Oolong from Hsin Chu from 2020 (not yet in the selection, because I prefer to age and improve it first!)
And then we compared it to my (sold out) 2000 top Oriental Beauty Oolong. 
Oriental Beauty is highly oxidized and therefore more stable than a Hong Shui Oolong. But since a high grade OB is mostly made of buds and small leaves, it's very concentrated and the aging does bring a lot of finesse and new perfume like fragrances to the brew. 
The other difference is that OB is a much more feminine tea. So, if it's intended for a gift for baby, it would suit a baby girl very well!
This Friday evening (10 PM Eastern US time), the subject of my next tea class will be Wenshan Baozhong (history, characteristics, brewing...). This time, I will broadcast it live on my YouTube channel. See you then!

 Note: It is again possible for me to send tea to Canada and New Zealand, but only via EMS.

Note 2: I couldn't broadcast live on YouTube. I apologize for those who couldn't follow my video because of that. I need 1000 followers on YouTube to be able to make live video on that platform. So, please subscribe to my channel, so that my videos can be stored on YouTube and easy to retrieve in the future. 

Wednesday, September 09, 2020

Oolong du printemps, dégustation d'automne

AliShan ChangShuHu, printemps 2020
Sur Instagram, Patrick, un follower et client, a fait une comparaison intéressante de 3 de mes Oolongs de ce printemps: Alishan ChangShuHu, ShanLinXi et Qilai Shan. Il les a tous aimés et les a trouvés très distincts. Il a trouvé le rapport qualité/prix du Alishan excellent avec un bon huigan. Le Shan Lin Xi est le plus concentré en arômes des 3 et celui aux senteurs les plus fraiches. Le Qilai Shan a le plus de nuances et de goût minéral. Par sa finesse, c'est celui qu'il faudrait déguster avec le plus d'attention.

J'en profite pour poster quelques photos des plantations d'Oolong prises lors des récoltes de ce printemps. On remarque le bleu éclatant du ciel et la fraicheur des feuilles vertes. Ces couleurs tranchent avec celles, plus jaunes et chaleureuses de mon infusion automnale.
Ce contraste me rappelle celui du roman 'Illusions perdues' de Balzac (que je viens de finir). L'histoire nous conte la candeur, l'idéalisme du protagoniste de l'histoire, Julien de Rubempré, qui monte à Paris et cela finit en banqueroute pour lui et les siens après avoir compromis ses principes. L'auteur nous montre rapidement les travers de Julien et on ne s'attache pas à lui, malgré son rôle central. Cela rend la lecture du roman difficile, car ce n'est pas une histoire où l'on veut s'identifier au héros, mais plus un avertissement de la méchanceté des hommes (et des femmes) de pouvoir, des intrigues, des séductions de l'argent... Un livre à conseiller pour tous les jeunes qui se lancent dans leur carrière afin de déjouer les pièges de leurs concurrents et de se méfier de leurs penchants. 
La passion du thé est probablement l'une des moins dangereuses à avoir de nos jours. Autrefois, ce fut un breuvage extrèmement onéreux. Du temps de Balzac, les boites à thé étaient munies d'une clé gardée par la seule maitresse de maison. Posséder un service en porcelaine pour le thé était l'apanage de la noblesse ou de la haute bourgeoisie. Maintenant, un gaiwan, quelques coupes en porcelaine et 150 gr d'Oolong d'Alishan coûtent moins de 75 Euros. Avec cela, on en a pour 1 mois de dégustations quotidiennes en comptant 5 grammes par session! 
Quand on est très passionné comme moi, au point d'en faire un blog, on peut aussi opter pour une théière zhuni d'Yixing, une coupe qinghua de la dynastie Qing (et une jarre Ming) pour infuser son Oolong de haute montagne! Mais si vous suivez mon blog, vous remarquerez que cela fait plus de 10 ans que j'ai ces accessoires. Tant qu'on utilise un objet régulièrement, c'est qu'il a non seulement de la valeur, mais aussi une vraie utilité. En fait, ce sont les accessoires dont on se sert pas, planqués au fond des tiroirs, qui sont les plus chers!

Et si Lucien n'inspire pas beaucoup de sympathie, sa soeur Marie est admirable dans son abnégation et la conduite simple et droite de sa vie! En cela, elle me rappelle ces cueilleuses infatigables qui ramassent nos feuilles d'Oolong une à une. On leur doit tant!

Friday, September 04, 2020

Teas that prolong the summer feeling

Da Pang Oolong, Hsin Chu county

Imperial grade OB
Imperial grade OB
Summer is almost over already! Kids are back in school, the sun rises later and sets earlier every day. How can we hold on a little bit longer to the pleasant summer feeling?

There's an alternative to turning up the heater in your apartment or booking a flight to the Seychelles: high oxidized teas!
Tea is fascinating, because it picks up the scents of its surroundings, which also means the scents of the season. Harvested in June or July, an Oriental Beauty from Hsin Chu county captures the essence of the warmth and sweetness of summer. And thanks to the cooperation of the Jacobiasa Formosana Paoli (small green tea jassids), tea farmers are able to extract the most perfume like fragrances of any natural tea. An imperial grade OB is so concentrated that a few broken leaves and buds are enough, especially in a silver teapot. 
Oriental Beauty has become so popular that it has led to several tea innovations. Concubine Oolongs, Zhuo Yan Oolong and these jassid bitten red teas have all been influenced by OB! All these teas help us prolong that summer feeling in our cups! Even the sun make a brief appearance after the tea is poured in the cups!

Note: I'll do my next Facebook Live video on Friday 4th, 10 PM (Eastern US time). That will be 10 AM on Saturday in Taipei. The subject will be these high oxidized Oolongs and reds!

Monday, August 31, 2020

Dernier hommage

Aimer le thé, ce n'est pas en disserter, mais c'est surtout le déguster régulièrement et en faire une part de sa vie. A chaque saison, à chaque ambiance, à chaque sentiment correspond un thé particulier (plutôt qu'un thé choisi au hasard) qui va nous mettre en harmonie avec nos sentiments les plus intimes. Voici comment le thé peut devenir ce compagnon du quotidien, ce breuvage qui exprime avec ses arômes ce que nos paroles ont parfois du mal à dire. 
C'est notamment le cas pour le décès d'un proche et son deuil. Ce proche dont il est question ici, vous le connaissez tous au travers de ses calligraphies. Elles sont présentes sur chaque étiquette que j'imprime pour mes sachets de thé. C'est aussi lui qui a réalisé les calligraphies devant lesquelles je prépare mes thés dans mon coin de véranda:
Il est mon beau-père et il s'est éteint il y a 2 semaines. Octogénaire, son départ de la vie fut rapide et sans douleurs. Telle est ma consolation d'avoir perdu celui qui m'offrit ce qu'il avait de plus innocent et de précieux, la main de son unique fille. 
La semaine dernière, j'avais fait un premier Chaxi de deuil et de recueillement en dégustant un Dong Ding Oolong fortement torréfié de 1979. Mais après la cérémonie de crémation et le transport des cendres dans un temple au sommet d'une jolie petite montagne, j'ai éprouvé le besoin de l'honorer une fois de plus. Cette fois, je choisis ce puerh cru des années 1950 et je pris ma théière lion d'Yixing du règne de Qianlong. C'est la même théière que j'avais utilisée pour faire du thé à mon grand-père maternel. D'ailleurs, je lui avais aussi fait du vieux puerh cru! Or, mon grand-père allemand et mon beau-père chinois s'entendaient très bien malgré la barrière linguistique. Mon beau-père avait appris la Lorelei de Heine dans sa jeunesse, et à chacune de leurs rencontres ils chantaient ce poème ensemble! D'ailleurs, je crois les entendre chanter quand l'eau crépite dans la bouilloire...
A moins que ce ne soit les arômes complexes du puerh qui fassent remonter ces souvenirs dans ma mémoire. Avec ses odeurs de vieux bois, de grimoire, le puerh ancien capture mieux que tout autre thé l'odeur du temps qui passe. Et après 70 ans, il est tellement affiné que son goût est d'une pureté incroyable.  
C'est la pureté à laquelle aspire l'âme au moment de quitter la vie. On la ressent dans le silence des cathédrales, face à l'immensité de la mer ou à l'écoute de l'Agnus Dei ou de Miserere. Cette même pureté retentit dans la cloche du moine bouddhiste lors de ses prières. Et si cette pureté de l'âme devait être un goût, ce serait le goût d'un tel puerh. Voilà pourquoi il fascine tant, surtout quand il s'harmonise si bien avec nos sentiments.

Dans ce Chaxi, le pin représente la vie éternelle. La jarre en étain est vieille et cabossée. Ce sont les coups qu'on prend durant notre vie. Les assiettes qinghua de la dynastie Qing ajoutent la dimension temporelle pour donner de la profondeur à une longue vie. Et les coupes de David Louveau, inspirées de la dynastie Yuan, concentrent 2 principes auxquels mon beau-père tenait beaucoup: l'importance des amitiés et la gratitude pour ce que nous avons reçu de nos ancêtres.


Son nom était 'pays en paix' car il était né en période de guerre. A Taiwan, il a pu oeuvrer pour cette paix et il a pris 'harmonie en paix' pour signer ses calligraphies. Que ce Chaxi et cet article lui rendent hommage, à ma façon. 
 
Merci.