Tuesday, April 16, 2024

Purple Da Yi 2003 vs loose Gushu from early 2000s

This is yet another comparison featuring the purple Da Yi. It's a useful tea, since it's quite a standard and most drinkers have tried it. This time, I'm comparing it to a no name loose gushu puerh from roughly the same time. Actually, according to the darker dry leaves and brew of the Da Yi, it seems that the Da Yi is a little bit older than the loose raw gushu.  
Both have aged dry scents, but storage smells are still more prevalent on the loose puerh, because it has spent less time in my own (relatively) dry Taiwanese storage. The Da Yi smells more woody, while the loose puerh smells more of camphor.

The taste also has lots of similarities, but I find the loose gushu a little bit thicker in taste and more harmonious. So, the Da Yi has some strong points, but the loose gushu still comes on top if your focus is purity and a thick gushu taste. And the price of the loose puerh also makes it a winner!


 

Monday, April 15, 2024

Another puerh comparison: Yiwu from 2003 vs. DaYi purple cake from 2003

Yiwu 2003 vs DaYi purple 2003
The vertical comparison of a 1999 Menhai vs a 2003 DaYi enabled us to observe the trend of quality over time for this factory. A horizontal comparison between 2 puerhs from 2003 is even more interesting, because it's comparing 2 puerhs that have been produced and that were available at the same time. And both cakes have been stored in Taiwan. It helps to answer the question, from a tea drinker's point of view, which tea was the best choice? 

This time, the lighter color of the dry leaves of the 2003 wild Yiwu sheng puerh cake (left) is consistent with the lighter color of the brew. This brew also has a higher transparency and better shine than the brew of the purple Da Yi (right).

The main differences between these two cakes is that the Yiwu is a single origin (100% gushu), while the Da Yi mixes leaves from various mountains and type (gushu and plantation). This difference is easy to taste. The Yiwu tastes pure, mellow while the Da Yi doesn't taste as harmonious and has an astringency that is absent in the Yiwu. Nevertheless, the Yiwu feels richer and thicker.

Conclusion: During the CNNP era, tea drinkers didn't have much choice. There were only few puerh factories and they produced almost exclusively cakes that were mixed leaves. A few years later, in 2003, more choice became available. Those who trusted my advice back then have been rewarded with a puerh that has remained superior in quality over the years and that still tastes more harmonious than the Purple Da Yi of 2003. 

Friday, April 12, 2024

Le Jinxuan 2024 annonce de bonnes récoltes de printemps

La fraicheur printanière est de retour à Alishan! L'an dernier, il fit tellement chaud au début du printemps que la plupart des plantations de Jinxuan virent leurs feuilles 'griller' et s'assécher sur place. Tout au plus, les fermiers en firent un peu de thé rouge, mais il n'y avait plus rien de frais à en tirer. J'ai dû attendre la seconde récolte de début juin pour pouvoir sélectionner un Jinxuan à faible oxydation.
 
Avec une récolte le 28 mars, ce Jinxuan d'Alishan est à la fois précoce et particulièrement frais, car peu oxydé!

La belle taille des feuilles du Jinxuan accentue l'impression de thé de haute montagne. Leur cueillette à la main est aussi ce qui explique la douceur de l'infusion. En effet, les Oolongs récoltés à la machine (en plaine) ont des saveurs plus astringentes du fait des coupures.
Les feuilles sont tendres et l'infusion ne devient pas amère, mais quand on la pousse plus fort que d'habitude.
Son prix est aussi particulièrement attractif. Non seulement, il n'augmente pas par rapport au Jinxuan de 2022, mais il est même un peu moins cher! Dans notre monde où l'inflation touche beaucoup les produits alimentaires, c'est important de le noter!
Faites le plein de fraicheur d'Alishan!

Wednesday, April 10, 2024

Puerh comparison: Purple Da Yi from 2003 vs '7542' Menghai from 1999

A customer suggested that I help him find some older Da Yi puerh cakes. This reminded me that I had several Da Yi cakes in my private collection. I had purchased them in order to have good examples of how puerh tea evolved when Menghai Tea Factory became the Da Yi brand in the early 2000s. So, I compared the purple Da Yi with my 1999 '7542' cake
What I found interesting is that the color of the cakes shows the 2003 Da Yi to be darker or redder than the 1999 cake. It's strange that a younger cake would look darker.

However, the colors of the brews is much more in line with what one would expect:

And now, surprise, the spent leaves of the Da Yi look greener! 

What about scents and taste?

The scent profile has similarities, which suggest a continuity in the 7542 recipe that has helped establish the fame of Menghai/Da Yi. But the tobacco/leather scent is absent from the 2003 brew. This is a scent that is typical of the traditional CNNP era. And while it's still present, and nicely balanced, in the 1999 brew, it has disappeared from the 2003.

The darker color of the 1999 also correctly suggests a more concentrated taste in the 1999 leaves. (I used exactly 2 grams from each cake). So, the 1999 is more intense, richer, deeper than the 2003. Both are satisfying and enjoyable. The 2003 is actually easier to enjoy now, as it is smoother and lighter. The 1999 has a better aging potential thanks to its more powerful and thicker aftertaste. 
Conclusion: The customer who inspired this comparison wrote to me that "there are many fake puerhs, especially Da Yi". So, buyers beware, especially with the high-end aged puerh. My recommendation is to get more experience by tasting samples and making similar comparisons! 

Tuesday, April 09, 2024

Les boissons et leur signification dans l'Iliade de Homère

Homère ne parle pas de thé dans l'Iliade. C'est normal, puisqu'on date son œuvre du huitième ou septième siècle avant JC, et que le thé n'a vraiment pris son essor en Chine que sous les Tang au huitième siècle après JC, et qu'il faudra encore près de mille ans pour qu'il arrive en Europe. Mais j'ai relevé 55 mentions d'un autre breuvage dans cet ouvrage. Or, dans la culture chinoise, le thé lui est souvent substitué, à tel point qu'on le servait dans les mêmes coupes chez les Tang. L'étude de cette boisson chez Homère peut probablement nous éclairé sur la fonction symbolique de cette boisson ou du thé dans une culture plus ancienne et archaïque. Il s'agit du 'vin', mentionné directement 37 fois. Homère en parle aussi indirectement avec les 'libations' (8 mentions), les coupes (9 mentions) et l'ambroisie (2 mentions).

Voici quelques passages représentatifs:

1. Chant I, Vers 470: "Lors donc qu'on a chassé la soif et l'appétit, les jeunes gens remplissent jusqu'au bord les cratères, puis à chacun, dans sa coupe, ils versent de quoi faire libation aux dieux. Et, tout le jour, en chœur, les fils des Achéens, pour apaiser le dieu, chantent le beau péan et célèbrent le Préservateur."

Commentaire: Le mot 'cratère' revient souvent dans le texte et il convient de définir ce qui est un objet chez les Grecs (et non la trace de l'impact d'un objet tombé sur le sol). Le cratère est large bol, souvent métallique, dans lequel on mélange le vin et l'eau. Il est plus qu'intéressant de noter que ce mélange a lieu dans un cadre religieux, après avoir chassé la soif et pour rendre hommage à Apollon (le Préservateur). Pourquoi mélangeait-on le vin à l'eau chez les Grecs? Mes recherches proposent plusieurs raisons: 

a. Ce serait pour désinfecter l'eau ou la rendre plus agréable à boire. Dans ce contexte religieux, cette explication ne tient pas debout. Les jeunes gens ne boivent pas par soif, mais pour exécuter un rite.

b. Une autre explication dit simplement que boire du vin non dilué serait 'barbare', c'est-à-dire non civilisé. Cette explication va dans le sens de Nietzsche qui fait une distinction entre Dionysos, le dieu du vin et de l'ivresse et Apollon qui représente l'ordre et la raison. Faire un mélange des deux, c'est essayer de concilier ces deux pôles antagonistes. Mais l'éclairage de René Girard est probablement encore plus parlant. En effet, dans mes derniers articles, j'ai montré comment, selon Girard, la violence et le sacré sont liés. Le fait religieux est la tentative archaïque de l'homme de canaliser la violence qui nait lors des crises de désir mimétique. Or, il est très facile de comprendre que des fortes doses de vin ont souvent provoqué des bagarres parmi les hommes ivres dans l'antiquité. En désinhibant les désirs, le vin peut servir de catalyseur aux crises. Le vin est donc dangereux, 'barbare' et la solution est que la religion s'en empare pour mieux réguler son emploi (de préférence quand on n'a plus soif) et d'abaisser son degré d'alcoolémie en le mélangeant avec de l'eau! 

2.et 3. Chant I, Vers 584 et 593: "il (Héphaestos) met la coupe à deux anses aux mains de sa mère (Héré)" (...) "elle reçoit la coupe que lui offre son fils. Lui, cependant, à tous les autres dieux, va sur sa droite versant le doux nectar, qu'il puise dans le cratère."

Commentaire: Dans ce passage, les dieux agissent comme les hommes avec le vin. Eux aussi mélangent leur nectar et le boivent en fin de banquet. Il y a à la fois "brusquement un rire inextinguible (qui) jaillit parmi les Bienheureux" qui fait penser à l'ivresse dionysiaque, mais aussi un bonheur raffiné, civilisé où 'leur cœur n'a pas à se plaindre du repas (...) ni de la cithare, superbe, que tiennent les mains d'Apollon, ni des Muses, dont les belles voix résonnent en chants alternés." 

La grille de lecture girardienne nous permet de remarquer une imitation mimétique entre hommes et dieux. Pour donner envie aux hommes de se comporter de manière civilisée, le récit leur montre une telle scène chez les dieux afin de stimuler leur désir d'imitation.


4. Chant II, vers 342 "Au feu alors tous les desseins, tous les projets des hommes, et le vin pur des libations, et les mains qui se sont serrées, tout ce en quoi nous avions foi!"

Commentaire: Le vin est clairement sacralisé dans ce passage. Son importance ne provient pas du plaisir qu'on en tire, mais de sa fonction lors des cérémonies d'offrandes aux dieux. En théorie, la libation consiste à répandre un liquide (huile ou vin) à l'intention d'une divinité. Dans des temps plus reculés, le liquide de la discorde, le vin, était certainement répandu par terre afin d'empêcher l'ivresse des hommes. D'ailleurs, certaines religions ont effectivement décrété le vin et tout alcool comme interdits. Le mélange avec de l'eau par les Grecs fut une approche plus pragmatique pour relâcher la pression sur l'interdit.

On remarquera aussi le lien entre le symbole de non-violence que sont des mains serrées et le sacré des libations. Le vin sacré est lié à la paix. 


5. Chant III, vers 246: "Les hérauts cependant portent par la ville ce qui doit servir au pacte royal, deux agneaux, et, dans une outre de peau de chèvre, le vin joyeux, fruit de la terre. Le héraut Idée porte, lui, un brillant cratère, ainsi que des coupes d'or."

Commentaire: L'adjectif 'joyeux' rappelle la face dionysiaque du vin. Ici, ce pacte doit permettre de trouver une solution au conflit entre les Grecs et les Troyens. De causeur de troubles, le vin devient faiseur de paix par l'intermédiaire du religieux. Quant aux agneaux, ils remplacent les sacrifices humains. Leur chair étant particulièrement succulente, elle devait être l'objet de convoitise et de rivalités. C'est probablement pourquoi l'agneau peut remplir cette fonction sacrificielle, comme le vin, à mon avis, en appliquant une analyse girardienne.


6. Chant III, vers 270: "Ils (les hérauts) font dans le cratère le mélange du vin, et ils versent l'eau sur les mains des rois."

Commentaire: La suite du texte nous décrit en détail la cérémonie qui scelle ce pacte lors duquel les agneaux sont tués. Toute cette cérémonie a pour but de faire respecter la parole donnée en y associant les dieux. "Châtiez les parjures à un pacte" est l'injonction aux dieux. C'est encore plus explicite dans la prochaine citation.

7. Chant III, vers 298: ""Ô Zeus, très glorieux, très grand! et vous tous, dieux immortels ! quel que soit celui des deux peuples qui le premier viole ce pacte, tout comme je répands ce vin, que soit répandue à terre la cervelle de tous les siens, pères et enfants, tandis que leurs femmes subiront un maître étranger!""

Commentaire: Pour cette cérémonie solennelle, la libation consiste bien à répandre le vin par terre et non à le consommer. Mais l'histoire de l'Iliade montrera que ce pacte sera rompu, mais par la faute d'une déesse, Aphrodite. Or, les dieux ne sont pas tenus par les pactes des hommes...


8. Chant IV, vers 48: "Jamais mon autel n'y manque d'un repas où tous ont leur part, des libations ni du fumet de graisse qui sont notre apanage à tous."

Commentaire: Zeus explique à Héré qu'il n'a pas de raison d'en vouloir aux Troyens, car ils l'honorent comme il se doit avec repas, vin et graisse. Ce récit incitait les Grecs à la piété et aux respect des rites envers les dieux afin d'obtenir leurs faveurs. 


9. Chant IV, vers 158: "Non, le pacte juré n'est pas encore réduit à rien, pas plus que le sang des agneaux, le vin pur des libations, les mains qui se sont serrées, tout ce en quoi nous avions foi!"

Commentaire:  Cette phrase fait référence au pacte royal du chant III. Pour Agamemnon, les Troyens sont les bénéficiaires actuels du pacte rompu, mais ils devront en payer le prix ultime et leur défaite est quasi certaine, même si la guerre durera encore longtemps!

10. Chant IV, vers 257: "Idoménée, il n'est personne que je prise autant que toi, parmi les Danaens aux prompts coursiers, que ce soit à la guerre ou à toute autre tâche - ou même au festin, quand les chefs argiens mélangent dans les cratères un vin d'honneur aux sombres feux. Alors, si tous les autres Achéens chevelus boivent la part qui leur est faite, ta coupe à toi, comme ma propre coupe, est toujours tenue pleine, de façon que tu puisses boire aussi souvent que ton cœur t'y invite."

Commentaire: Dans ce passage, il n'est pas question de libations, mais de vin consommé lors d'un festin. Il est intéressant de noter que ce sont les chefs qui officient au mélange du vin et de l'eau dans les cratères. Le vin n'est donc pas une boisson comme une autre, même quand elle est simplement bue lors d'un festin. De plus, les chefs distribuent à chaque homme la part qui lui revient, mais les plus méritants ont droit à plus. C'est au chef qu'incombe la responsabilité du partage au mérite. 

 

11. Chant IV, vers 347: ""Vous avez plaisir à manger des viandes rôties et à vider des coupes de vin délicieux, tout autant que vous en voulez: et maintenant vous verriez volontiers dix colonnes achéennes passer devant vous, pour aller se battre, le bronze implacable à la main!""

Commentaire: Agamemnon utilise l'adjectif 'délicieux' de manière ironique. Il accuse Ménesthée et Ulysse de s'adonner aux plaisirs de la table et d'en négliger leurs devoirs guerriers. En insistant sur le fait qu'eux peuvent boire autant qu'ils le veulent, ce qui n'est pas le cas des soldats ordinaires (cf. note précédente), Agamemnon veut mettre le peuple de son côté en suscitant la jalousie, puisque les soldats ont le désir mimétique de pouvoir boire autant que les héros. 

12. Chant V, vers 342: "c'est l''ichôr', tel qu'il coule aux veines des divinités bienheureuses, ne mangeant pas le pain, ne buvant pas le vin aux sombres feux, elles n'ont point de sang et sont appelées immortelles.

Commentaire: Ce passage semble en contradiction avec les mentions 2 et 3 où les dieux boivent également une boisson puisée dans un cratère et dont les effets sont les mêmes que le vin pour les hommes. Or, une relecture attentive nous permet de comprendre la subtilité lexicale des Grecs. En effet, si les dieux ne boivent pas de vin (comme les mortels), ils boivent un 'nectar' qu'on appelle aussi 'ambroisie'. C'est cela qui permet à Homère de dire que les Grâces ne boivent pas de vin.


13. Chant V, vers 772: "Autant d'espace brumeux se laisse embrasser du regard par l'homme assis sur une guette qui surveille une mer aux teintes de lie de vin".

Analyse: Nous avions déjà vu Au Bord de l'Eau que le thé pouvait aider à définir une couleur. Homère utilise ce même procédé pour décrire la couleur inhabituelle de la mer.


14. Chant VIII, vers 185: "Xanthe, Podarge, Ethon, et toi, divin Lampos, voici l'heure venue de me revaloir ces soins qu'à maintes reprises vous a prodigués Andromaque, la fille du magnanime Eétion, en vous servant le doux froment, en mélangeant pour vous le vin, quand votre cœur vous invitait à boire, cela avant de me servir moi-même, moi qui me flatte d'être son jeune et bel époux."

Commentaire: Même entre amis, le vin tient une place importante dans ces attentions qu'on peut prodiguer. De plus, l'aspect cérémonial ne disparait pas. Non seulement c'est Andromaque qui mélange le vin, mais Hector, son mari lui demande de servir ses amis avant lui, ce qui est une grande marque de politesse venant de la part du fils du roi Priam. 

15. Chant VIII, vers 229: "Où sont donc allées vos vantardises? Nous étions preux, à nous croire, quand, à Lemnos, vous nous décerniez de vaines louanges, tout en mangeant force filets de bœufs aux cornes droites, en vidant des cratères remplis de vin à pleins bords."

Commentaire:  Agamemnon s'emploie à motiver ses troupes pour le combat. Il commence par piquer leur amour propre en leur rappelant qu'ils s'étaient tous vanter de ne faire qu'une bouchée des Troyens lors des dîners avant leur départ. On pourrait y voir une critique du vin, bu à profusion, qui vous fait dire des choses qu'on ne pense pas vraiment. Mais pour Agamemnon, au contraire, ces paroles publiques engageaient chaque convive. In vino veritas diront les Romains. Le vin n'est pas une excuse pour mentir, mais doit être un moyen de sceller un engagement, selon Agamemnon.


16 et 17. Chant VIII, vers 506 et vers 538: "Et munissez-vous aussi de doux vin, et de pains pris dans vos maisons.(...) Ils amènent de la ville des bœufs et de gros moutons - vite ; ils se munissent de doux vin et de pain pris dans leurs maisons"

Commentaire: Pour passer la nuit et garder la plaine après une journée de combats, Hector demande à ses soldats de préparer le repas du soir. Le vin est une récompense et un réconfort incontournable pour les combattants Troyens.


17. Chant IX, vers 175: "Sans tarder, les hérauts versent l'eau sur les mains ; les jeunes gens remplissent jusqu'aux bords les cratères ; puis à chacun dans sa coupe, ils versent de quoi faire libation aux dieux. Les libations finies et la soif satisfaite, les envoyés sortent de la baraque d'Agamemnon, le fils d'Atrée."

Commentaire: On retrouve ici le même rite qu'à la mention #6. On apprend cette fois-ci que lors de cette libation, le vin est bu au lieu d'être répandu par terre (contrairement à la mention #7 qui semble donc être une version plus ancienne ou plus formelle qu'ici.)

18. Chant IX, vers 202: (Achille dit:) "Dispose un plus grand cratère, fils de Ménœtios, et fais un mélange plus fort ; prépare ensuite des coupes pour chacun : ce sont des amis très chers qui aujourd'hui sont sous mon toit."

Commentaire: Achille est le plus fort guerrier dans cette guerre. Il n'est pas étonnant qu'il tienne particulièrement bien l'alcool. Ce passage confirme que le mélange du vin avec de l'eau n'était pas fait selon un ratio constant, mais qu'il était adapté aux circonstances et aux personnes invitées.

 

19. Chant IX, vers 470 et 490:"force vin se buvait, pris aux caves du vieux (....) il fallait alors que je te prisse sur mes genoux, pour te couper la viande, t'en gaver, t'approcher le vin des lèvres. Et que de fois tu as trempé le devant de ma tunique, en le recrachant, ce vin!"

Commentaire: Le tuteur d'Achille nous révèle cette anecdote sur l'enfance du héros. Elle explique, peut-être, pourquoi Achille tient si bien l'alcool: car il en buvait déjà, enfant!


20. Chant IX, vers 656: "Il dit ; eux, tour à tour, prennent la coupe à deux anses, pour offrir leurs libations, puis s'en vont le long des nefs."

Commentaire: Tout comme à la mention #2, la coupe a deux anses. Or, la première coupe à 2 anses était celle des dieux. Dans ce passage, c'est la coupe qu'Achille passe aux autres héros, Ajax et Ulysse. Cela peut suggérer que ces héros sont presque des dieux, mais les deux passages sont trop éloignés l'un de l'autre pour que l'auditeur moyen fasse le rapprochement. L'explication plus logique était que les coupes à deux anses étaient le style le plus fréquent. Or, si l'on considère les cérémonies religieuses comme des moyens pour canaliser et réduire la violence (selon Girard), alors 2 anses sont logiques. En effet, ces deux anses obligent de tenir la coupe avec les deux mains. Cela empêche de garder une arme cachée dans une main (placée derrière le dos, par exemple). Faire les gestes de cérémonie avec deux mains visibles est une manière de se montrer inoffensif et paisible.


21. Chant IX, vers 705: "Pour l'heure, allez dormir ; vos cœurs ont pu se satisfaire de pain, de vin ; là sont la fougue et la vaillance."

Commentaire: La complémentarité du pain et du vin remonte est bien plus ancienne que la Cène de Jésus et des apôtres la veille de sa crucifixion. 


22. Chant X, vers 579: "Après quoi, bien baignés, largement oints d'huile, ils s'assoient pour dîner, et puisant au cratère plein, ils offrent à Athéné des libations de doux vin.

Commentaire: Ici, la libation fait partie du repas. Elle nous fait penser au 'loyal toast', cette tradition britannique toujours en vogue qui consiste à offrir le premier toast des repas officiels, avant le dessert, à la santé du monarque.

Note: le premier Oolong de haute montagne (Alishan) du printemps 2024 est disponible ici!

Tuesday, April 02, 2024

The link between violence and the sacred


This link is at the core of the above tea class. I explored the thoughts of René Girard. He's a French philosopher who did most of his career in the US (at the University of Stanford). The central idea is that culture, rituals, ceremonies and religion are the consequence of violence. They are the tools that man uses in order to pacify and reduce violence in society. Girard has read the accounts from anthropologists from all around the world and has recognized similar patterns in archaic religions.
First, he explains that we humans are very good at imitating others. A young baby will already imitate his parents' facial expressions. We can also see this in the ease at which children learn the language that surrounds them. Most learning happens through mimesis, imitation. This is good, because learning language, skills, culture is about growth and progress. However, our desires are also mimetic. We want what others want. This is captured in the phrase 'keep up with the Joneses' and it's interesting to note that Jones is a very generic name. It shows that people want what others have. 

With education, you can share thoughts endlessly with your students! Knowledge can be multiplied infinitely. However, physical objects like fields, cattle, food or a spouse either belong to you or to somebody else. So, when it comes to physical objects, the mimetic desire will lead to conflict, especially among people who have very similar tastes and strength. That's why brothers and especially twins are the most at risk developing such mimetic rivalry. Myths all around the world contain stories of brother rivalries. Here are a few: Romulus and Remus, Cain and Abel, Thor and Loki, emperor Yang Guang of Sui and Yang Xiu (in year 602). These examples show how universal the phenomenon is, because it's a human characteristic.

When these mimetic rivalries turn into a large frenzy, a crisis happens. Girard calls it the mimetic crisis, of course! In Homer's Iliad, we can find such a crisis: Pâris has taken Menelas' wife Helen to Troy. This results not in a war between Greek cities and Troy and its allies. But the story also mentions Zeus, Hera, Poseidon, Athena, Apollo... all the Greek gods as the real powers behind the fate of the fights. Is Hector successful, it's because Zeus wants it so. When Achilles finally defeats Hector, he received the help of Athena and weapons built by Hephaestus and Zeus gave a green light for the kill. This clearly shows that Homer and Greek mythology used the (sacred) gods to justify human violence. Many of these heroes are semi gods themselves, born by a woman impregnated by a god.

Bronze dagger with gold grip, Spring and Autumn period (Henan Province)

Hector dead, his body is protected by the gods whom he made plenty of sacrifices to. This shows that Greeks  could gain some favors and protection from the gods by worshipping them and making sacrifices. So, in archaic religion, the sacred mythology is closely linked to violence and helps to explain it and to avoid future problems. Its function is to use sacrifices and ceremonies to gain the favors of the gods and their protection. Religion and rules about what is sacred, what is forbidden... are created after a mimetic crisis in order to find a less violent way to deal with mimetic rivalries. The mechanism is the same, but the details will vary from one culture to another depending on the events that took place.

Another important scheme in this mimetic violence is the scapegoat. The concept is well-known, because this, again, is a universal concept. It helps to channel the violence on a single party instead of a war of all against all. In almost all religions, the scapegoat is guilty. That's what makes the Judaic and Christian religions more self-aware of this phenomenon, because the Bible shows scapegoats who are innocent. In Genesis (37-42) we have the story of Joseph and his brothers. And the Passion in the New Testament is about Jesus, completely pure and innocent, killed on the cross to satisfy the anger of the crowd.
What does it all have to do with tea ceremonies? 

This link between violence and the sacred explains why ceremonies are all about maintaining and promoting peace and reducing violence. The ceremonious aspect of some tea serves indeed to instill a peaceful atmosphere. But we should also be aware that there can be mimetic rivalries underneath it and that the ceremony serves to overcome the rivalry. For instance, there's a potential rivalry between the brewer and the other drinkers. The first is the owner of the teapot and the accessories. There's a risk of envy. Besides, in the context of tea in a religious community (or in a family), making the tea sacred means that it can only be brewed during ceremonies. This way, the members of the community won't fear that one or some of them would drink the (expensive and rare) tea on their own. This could lead to anger and violence. When the tea is considered sacred, there's hope that the potential thief will be deterred by the divine wrath his sacrilegious act would unleash. Before people believed in the rule of law, this was a good strategy!

Fear of mimetic rivalry and envy also explains why many brewers love simple teapots and cups. Something too special or beautiful might inspire envy. Choosing common accessories and staying away from fancy teas are also signs of fear of violence. 
Spring Da Yu Ling Oolong