Thursday, May 06, 2021

Schopenhauer, Napoléon et le thé

En ce jour bicentenaire de la mort de Napoléon (NDLR: j'ai commencé à écrire hier), je crois qu'il est opportun que je vous parle un peu de ce livre d'introduction à Schopenhaueur. Rassurez-vous, même s'il s'agit de philosophie, je vais rester à un niveau concret et ne vais pas nous perdre dans des concepts trop théoriques. Je vous avoue, d'ailleurs, que j'ai du mal à suivre les discussions abstraites. Il me faut du concret pour que je suive!

Gràce au thé chinois, je sais qu'un grand nombre d'entre vous, mes lecteurs a des bonnes connaissances du Bouddhisme. Nombre d'entre vous êtes allés au village des Pruniers et quelques uns sont même devenus moines! Or, il se trouve que Schopenhauer est l'un des premiers philosophes Européens à être très proche du Bouddhisme. Pour lui, le Bouddhisme est la traduction religieuse de sa métaphysique!  
L'aspect le plus important de la philosophie de Schopenhauer, c'est l'importance de la volonté dans l'existence. Pour lui, c'est même plus important que l'intelligence. Cette dernière n'est que l'un des outils à notre disposition pour arriver à accomplir notre volonté! Et quand on voit beaucoup de jeunes (et moins jeunes) qui passent leur temps libre à surfer le web sur leur portable, je me dis que ce dont ils ont le plus besoin, c'est de volonté, de savoir ce qu'ils ont envie d'accomplir. Ainsi, ils deviendraient actifs au lieu de perdre leur temps avec des distractions interminables.

Et ce concept de volonté m'amène à Napoléon, car c'est l'un des personnages historiques qui a le plus voulu et le plus obtenu. Ce petit Corse venu des confins du royaume a réussi à devenir l'empereur des Français au moment le plus improbable de l'histoire de France, moins de 15 ans après la Révolution et la fin de la monarchie! Personnellement, sa biographie m'a inspiré à bien apprendre à l'école et de toujours viser l'excellence dans ce que je fais.

Napoléon est aussi un modèle de courage et quelqu'un qui arrive à motiver ses troupes pour mieux atteindre son but. C'était cela son génie: savoir transmettre sa volonté à ses soldats. Et il le faisait par l'exemple et par le verbe. Ci-dessous, une anecdote lors d'un de ses premiers faits d'armes, devant Toulon, permit de reprendre la ville aux Anglais. 
- Petite parenthèse. Dans mon Histoire de France en bandes dessinées, j'ai aussi remarqué cette case où Napoléon est à Dresde en 1812, cette ville allemande proche de Meissen, là où la première porcelaine Européenne fut réalisée. Et, justement, on voit Napoléon s'approchant d'une table dressée sur laquelle on trouve beaucoup de porcelaine. (J'en profite pour vous rappeler que mon dernier cours en vidéo eut justement la porcelaine de Meissen comme sujet!) -
Mais, si Schopenhauer nous dit que la volonté est la force fondamentale du monde, son idéal est un renoncement à la volonté. Un Bouddhiste dirait que c'est un renoncement aux désirs. Dans notre monde matérialiste, plein de tentations, renoncer aux désirs, à leur satisfaction, cela demande, paradoxalement, beaucoup de volonté! L'autre paradoxe de notre temps, c'est qu'en renonçant à certaines distractions, à des plaisirs superficiels, on peut se recentrer sur les choses essentielles et gagner en sens, en satisfaction profonde.

C'est un peu cela que j'ai appris avec ma pratique du thé. D'abord, ce n'est pas une recherche de quantité, mais de qualité. Il y plus de plaisir avec 5 grammes de bon thé qu'avec 500 grammes de mauvais thé! Et c'est autant un travail sur soi pour améliorer sa technique d'infusion, ses connaissances, son goût, que c'est un travail pour trouver de bonnes feuilles, de bons accessoires. Se concentrer pendant 30 à 60 minutes de pratique du thé dans le cadre d'un Chaxi, c'est un acte de volonté par rapport à un thé infusé vite fait sur le coin d'une table. Mais, c'est aussi un renoncement à la cadence du monde moderne. C'est transformer un acte quotidien, banal, boire, en quelque chose de profond, une célébration de la nature, de la vie.
Une vie de grandeur n'est pas forcément synonyme de conquêtes militaires, d'actes de bravoures sur le champ de bataille et de trésors dérobés. On peut aussi trouver la grandeur dans l'apprentissage, la maitrise et le renouvellement de l'art du thé! Aller toujours au plus raffiné, au plus précieux. Goûter à un puerh Song Pin des années 1920, aux meilleurs Yan Cha de Wuyi, au DYL 104K... Les infuser dans de une Yixing de la dynastie Qing et les déguster dans des coupes de porcelaine DeHua de la dynastie Ming... Ces moments d'éclat, de thés rares, inoubliables sont mes Austerlitz, mes Marengo. Et si j'ai entre-apperçu le paradis, je n'y ai envoyé personne de manière anticipée! 

Tuesday, May 04, 2021

Spring 2021 Alishan harvest

2021 is a year of record drought in Central Taiwan. If you are following me on YouTube, you will remember that the lack of rain was a concern I mentioned very early on. Some rain has finally arrived in late April, but it was too late to have a positive impact on the Oolongs in Alishan. On the contrary, this cloudy/rainy weather hit during parts of the harvests, at a time when it's better to have sunshine.
The consequence of the lack of water is that tea yields are below normal and the leaves are more concentrated with aromas. The positive consequence is that quality is generally better. However, since there's less supply and an increasing demand, the prices are going up a little. This reasonable when the quality is also improved, but not when the lot has been impacted by rain.

In this regard, I consider myself very fortunate. Being in Taiwan all year long, I can monitor when the harvests happen and I can be among the first to choose from different farmers and different harvest days. I always try my best to select Oolongs that come from a single day and are not a mix of several days or even different seasons. It's not that blending is a bad technique ; it has its uses and advantages. However, in a quest for excellence, purity and education, single batches are superior when it comes to high mountain Oolongs. Defects are more difficult to hide than in a blend, while qualities stand out more easily.
April 23rd, 2021 Qingxin Oolong
And this is what happened this year with this April 23rd batch of Qingxin Oolong from RuiFeng. It blew all other samples away! 

Boom!

What a scent! It's almost perfume! 

The taste is refined and sweet!

And it's still so affordable!

It's my 2021 flagship!

This first High Mountain Qingxin Oolong from spring 2021 is setting a high bar. I'm looking forward tasting the next harvests and bringing you top quality Oolongs from Taiwan's various peaks! This year should be great!

Thursday, April 29, 2021

Cours vidéo sur Jingdezhen

Les coupes de poulets. Dynastie Ming, règne Chenghua.
Le top des coupes de porcelaine. Prix: 36 millions d'USD.

Je crois que dimanche matin dernier, j'ai donné un très bon cours à partir du livre 'The White Road' d'Edmund de Waal. Son sujet est la porcelaine chinoise de Jingdezhen. Il est disponible sur ma chaine Youtube ci-dessous:
  

Vous avez été plusieurs à assister à ce cours en direct sur Facebook. C'est motivant pour moi de vous voir présents pour mes cours. Et cela vous donne l'occasion de me poser vos questions en direct! Je ne me suis jamais senti autant à l'aise et espère que cela rend le visionnage agréable et intéressant. Ces connaissances sur la porcelaine ont une application directe sur notre pratique du thé, car la plupart de nos accessoires sont réalisés dans cette matière.

Je vous donne rendez-vous ce dimanche pour un nouveau cours sur la seconde partie du livre d'Edmund de Waal. Cette fois, je vous raconterai les débuts de la porcelaine en Europe, et plus particulièrement en Saxe, à Meissen. 

Si vous voulez en savoir plus sur la porcelaine de Jingdezhen, je vous recommande aussi de vous procurer mes guides du British Museum et du National Palace Museum. Le premier est offert pour toute commande de plus de 100 USD et le second pour toute commande de plus de 200 USD sur ma boutique en ligne.

Coupe qinghua de la dynastie Qing, probablement Kangxi ou juste après.


Wednesday, April 28, 2021

1 of Taiwan's top 3 teas


2020 summer Imperial OB from Hsin Chu
Yunnan has Bing Dao gushu puerh. China's most famous green teas are Xi Shan BiLuoChun and Shi Feng Longjing. The best red is TongMu village Lapsang Souchong. And the very best Oolong is Da Hong Pao Yan Cha from WuYi in Fujian.

At a similar outstanding level, Taiwan has 3 Oolongs that can sustain the comparison with China's best teas. The most popular right now is high mountain Oolong from the highest plantations (DaYuLing and Tian Chi). The most famous and rare is well aged Dong Ding Oolong. And last, but not least, a pioneer of organic tea, we have Imperial Oriental Beauty (OB) from Hsin Chu county
What all these teas have in common is that they are so popular that similar teas are made in other locations, sometimes with the same trees, sometimes with different cultivars. But if you really want to experience the original taste of these great teas, at some point you'll have to source them from their historic location where the production volume is much lower than demand, and this explains why these teas can cost a lot of money. And since the number of billionaires in Beijing has just overtaken the number of billionaires in NYC in 2020, the most famous teas will continue to become more and more expensive. 
Oriental Beauty Oolong is one of the most complex teas in the world. It's not enough to come from the right cultivar (Qingxin Dapang), from a well managed plantation in its historic center (Hsin Chu county), from an expert maker, from its most suitable season, summer, and from the smallest leaves. These conditions would be sufficient for the other teas I've mentioned above. But the best quality of Oriental Beauty needs one thing that other teas don't need, and it's not something that farmers can't fully control. The best OB need the bites of tea jassids called Jacobiasa Formosana Paoli. These little insects will only come to tea gardens that don't use any pesticides and if the weather conditions are warm enough, but not too hot! Their bites trigger an internal defense mechanism in the plant that creates the special honey aromas of the best OBs. The tea has feminine fragrance and the taste is very sweet!
It tastes wonderful both warm and cold!
All teas are fragrant when warm, but only the very best are also fragrant cold...
This imperial OB comes from a tea plantation in Guanxi with red, sandy soil. It was harvested on May 30th, 2020 and it's a single batch. This also explains the purity and clarity of the aromas. It's a tea that can be tasted and enjoyed almost like a grand cru wine!

Tuesday, April 20, 2021

Encore plus de joie avec le BiLuoChun de SanHsia

Greg, de France, a aussi aimé le BiLuoChu de SanHsia de ce printemps. Il a même eu l'occasion de le partager avec ses amis amateurs de thé. Voilà le message qu'il m'a envoyé: 

"Je suis très content. Ça a été une séance magique, ils avait tous les yeux qui brillaient ! C. qui est un habitué des très bons thés à même dit : "ça fait longtemps que je n'avais pas été ému comme ça par un thé!" (...) On va t'en racheter 375 grammes."  

Merci pour ce commentaire enthousiaste. Ce thé vert est à l'image de ce Chaxi dans le jardin de la maison Lin. Il est tout en équilibre, en finesse, en simplicité et en fraicheur.
Ce weekend, mes cours en vidéo live reprennent. Il sera question de l'histoire de la porcelaine en Europe. L'une des étapes de cette histoire passe par Cornwall, le lieu où Michel François, le créateur de ce bol, est installé! Et je vais vous apprendre pourquoi!

Thursday, April 15, 2021

"The San Hsia BiLuoChun makes me happy"

Markus in Germany wrote today that his package arrived yesterday. And today he's trying my fresh BiLuoChun. It makes him really happy, he wrote.
Here's another nice feedback I received from Alvin in Indonesia: 

"I never like Shan Lin Xi because it is always roasted, but this is my first time trying Dong Pian. I like them both your unroasted winter shan lin xi and dong pian, as they suit my taste. 

I bought your tea for 6 months stocks haha.... Because tea is kinda weird, I have to try many tea variants and spend lots of money in search of suitable ones. Different batch/harvest will be different types/fragrance eventhough it come from same farmers. Thus, once I discover the suitable ones, I will buy more for stocks. 

It is hard to find good quality and real taiwan high mountain tea nowadays. Especially alishan/shanlinxi/Lishan. There are so many variants and fake one (maybe), and they just labelled it alishan. Even if they are real alishan, but I don't like its version. Well due to accustom of drinking only high quality teas, nowadays, if the tea is not so good or not suitable for me, somehow..... I can't drink it. I rather throw it away or give to my staff/others even though they are expensive. 
(...) 
Thank you for effort to go up the mountains, searching, and bringing good quality alishan/shanlinxi/DYL tea to all of us around the world to enjoy.. "
En parlant du Shan Lin Xi Dong Pian, Greg m'écrivit hier: "Trop bon ! Le goût semble Subtil à l'approche des feuilles et finalement la tasse et d'une intensité et d'une fraîcheur ! La bouche et moelleuse et sucré, les parfums tellement enivrant... Je suis fan". 

Thanks for your feedback. It's my job and my joy to send you teas that make you happy! (And that's why my Chinese stamp is Cha zhi Le, the Happiness of Tea. It's also a play on words, because my Chinese last name is Le, happiness!)

Saturday, April 10, 2021

Enivrez-vous!


Puerh LuYin du début des années 1990
Baudelaire est né le 9 avril 1821, il y a tout juste 200 ans. Ses poèmes ont fait parti de mon adolescence. Leur lecture fut un plaisir un peu pervers, car on y lit beaucoup de souffrances sublimées par la mélodie des mots, la beauté des images, l'exaltation des sentiments. 
Mon blog a déjà cité à deux reprises l'un de ses poèmes les plus célèbres, l'invitation au voyage: 
"Là, tout n'est qu'ordre et beauté
Luxe, calme et volupté"
Et on aimerait qu'il fasse rimer ces vers avec thé! 

Pour célébrer la mémoire de l'auteur des Fleurs du Mal, je voudrais rappeler cet autre poème archi connu: 'Enivrez-vous' (Le Spleen de Paris, XXXIII): 
"Il faut être toujours ivre. Tout est là : c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.

Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous. 

Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est ; et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront : « Il est l'heure de s'enivrer ! Pour n'être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous ; enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. »"
Comme vous pouvez vous en douter, je ne vous recommande pas de vous enivrer de vin, mais plutôt de thé et de poésie (et de vertu aussi, car les amoureux du thé ont bien des qualités et n'ont pas à en rougir). 
Mais c'est surtout la conjonction du thé et de la poésie que j'aimerais promouvoir. Cette année, j'ai pris l'habitude de lire un poème chinois de Dufu (un des plus grands poète de la dynastie Tang, contemporain de Li Bai). C'est un Baudelaire chinois avec 1100 ans d'avance! Poète de génie, mais maudit, incapable d'intégrer le corps des mandarins impériaux, il aime le vin, mais restera pauvre. Il en découle une fierté d'être libre, mais la souffrance de ne pas atteindre la reconnaissance et la richesse auxquelles son génie pourrait prétendre.
L'idée de combiner la poésie avec le thé, c'est de profiter de ce moment de plaisirs raffinés (senteurs, longueur en bouche, beauté du Chaxi...) pour ajouter une dimension qui ouvre notre âme à l'infiniment beau de la langue poétique. Il n'y a pas de moment plus propice à la poésie. Buvez les vers de Baudelaire comme vous buvez les verres de puerh! Par petites gorgées, en goûtant chaque allitération, chaque rime... Enivrez-vous! 
(Note: article écrit sous l'influence du thé...)

Wednesday, March 31, 2021

Tea cultivar TTES #22, Qin Yu

March 2020

Last year, I've shown this small new tea plantation next to the original one in San Hsia. One year later, we can see how the tea bushes have grown. A few days earlier, they would have looked even larger, because this picture was taken a week after their first harvest.
March 2021

We can see that the soil is still protected against erosion and that there's a good distance between each lane of trees. Besides, this also helps the farmer with the management: weed can't grow and thus it's easier to keep this place fully organic. We can also conclude that these trees are expected to grow much larger.
Something else is interesting about this new plantation. The farmer planted a new cultivar bred by the Taiwan Research and Extension Station. Its number is TTES #22 and it's called Qin Yu (penetrating or soaking jade). But the most interesting about it are the parents of this new cultivar: Qingxin Oolong (father) and Jinxuan (mother). These are the 2 most popular cultivars in Taiwan currently and it sounds like a very good idea to combine them into a new cultivar. This cultivar is now reality and I was able to taste and select the very first tea made from these trees on this new plantation! It's a Baozhong, because this cultivar (like its parents) is supposed to do best with a partial oxidation process. 
So, how does this new cultivar taste? It's not easy to say, because the aromas don't come just from the cultivar itself, but also from the process, the terroir, the season... That being said, I feel that the taste is on the soft side, more like Jinxuan. It's a tea that doesn't turn bitter easily, even when overbrewed and pushed to its limits. This one probably benefitted from the purity of the new plantation and the energy of the new trees. As for the fragrances, they are quite unlike Qingxin or Jinxuan. I wonder if they are linked to terroir, because they carry a lot of heavy flower fragrances that I could smell in this garden on the sunny and warm afternoon of my visit. Taiwan's most powerful flower fragrances seem to be concentrated in the brew of this Baozhong! It's very different from a high mountain Oolong and also different from a typical light oxidized Wenshan Baozhong. The flower fragrances are much more concentrated and bursting. 
This is a great start for this new cultivar. It adds variety to the possible scents and finesse to the taste. I hope I'll also be able to source some grown in the high mountains one day...
It's because of such innovations that it will never be possible to write a definitive book about Chinese teas! But here's a good attempt: M. Clifford Little has recently published 'A tribute to Chinese tea' and he liked my tea photography so much that I gave him permission to use one of them for his book cover:


Thursday, March 25, 2021

Avoir du bol à Taiwan

Voilà un an que la vie est chamboulée dans le monde entier par un virus venu de Chine. Le monde entier? Non! Une ile peuplée de Taiwanais et quelques expatriés résiste encore et toujours à la pandémie. Son secret? Seraient-ce les masques, la quatorzaine pour les voyageurs, les tests, l'isolement des personnes infectées et des cas contacts? Ou bien tirent-ils leur force d'une potion magique composée de deux mystérieux ingrédients: du monoxyde de dihydrogène et du Camellia Sinensis sec?
Quoi qu'il en soit, j'ai bien eu du bol de me retrouver à Taiwan, pays de production, de consommation et de culture du thé! Et c'est pour mieux partager cette chance que j'ai commencé à faire des cours de thé en vidéo. Vous pouvez les retrouver sur ma chaine YouTube. Mais le mieux, c'est de les suivre en direct sur ma page Facebook, car cela vous permet de me poser des questions dans le feu de l'action. 
Mes cours sont désormais hebdomadaires, le dimanche matin (9h30, heure française d'été). Ce cours en français est souvent le plus réussi. En effet, je donne maintenant chaque semaine le cours en anglais, en allemand, puis en français. Et comme le français est ma langue maternelle et que j'ai eu l'occasion de m'entrainer 2 fois auparavant, ce cours est d'habitude le plus complet et le plus fluide.
Dans le cours de cette semaine, je suis retourné au thé vert. Ce fut le sujet de ma première vidéo, il y a un an. Cette fois, je suis allé plus loin en montrant 3 techniques d'infusion pour la première infusion du thé vert. 
San Hsia BiLuoChun, spring 2020
Et aujourd'hui, j'ai utilisé la seconde méthode pour infuser mon BiLuoChun de San Hsia dans un bol de Michel François. C'était en fin de journée, dans les jardins de la maison Lin, à la faveur d'une belle éclaircie.
J'avais amené 2 Chabu (un vert et l'autre bleu), mais cette table de granit parsemée de fleurs de lilas qui tombent comme de la neige était trop naturellement belle! J'ai même du faire attention qu'aucune fleur ne tombe dans mon bol!
D'habitude, j'infuse mon thé dans une grande théière d'Yixing dans ce jardin, à la manière de la dynastie Ming. Mais pour cette escapade décidée à la dernière minute, j'ai voulu faire le plus simple possible. Avec l'infusion dans le bol, j'ai même l'option d'y déguster le thé directement. 
Mais je prends tout de même mes coupes chantantes en porcelaine céladon et une cuillère en porcelaine pour y transvaser le thé. 2 raisons à cela: faire refroidir plus rapidement l'infusion pour la boire, et avoir la possibilité de partager mon thé à plusieurs.

Contrairement à certaines rumeurs, le thé ne protège pas du Covid. Mieux vaut se faire vacciner! Mais sa consommation nous permet de goûter à la beauté, à la pureté, à une culture, des terroirs, la nature... Rien de tel pour rester sain d'esprit et y puiser une inspiration créatrice pour une journée que je vous souhaite heureuse!