Tuesday, June 19, 2018

L'esprit de la coupe du monde

D'habitude, le football c'est de la saine activité physique, l'esprit d'équipe, la beauté du geste technique, mais durant le mondial, tout cela est relégué au second plan. L'important, c'est de voir son équipe gagner!

Pour le thé, la plupart du temps on pense harmonie avec la nature, échange fraternel avec le fermier/maitre de thé, partage des connaissances entre experts et débutants, ambiance zen, peace and love durant la dégustation... Mais le thé a aussi son côté hyper compétitif. Dès la dynastie Song, on faisait des compétitions de thé vert en poudre fouetté au bambou. Le vainqueur était celui dont la mousse était la plus épaisse: on attendait de voir dans quel bol on verrait apparaitre le liquide en premier pour déterminer le perdant. De nos jours, il y a des compétitions chez les producteurs. Celle de Dong Ding est la plus célèbre, mais on en trouve dans toutes les régions de thé de Taiwan. Il y a aussi des compétitions de préparation de thé et de Chaxi organisées pour et par les dégustateurs.
Baozhong semi-sauvage TM vs Baozhong Tsui Yu (visiteur)
 Ainsi, la semaine dernière, quand un ami en thé pris rendez-vous avec moi pour déguster ses thés, j'ai eu envie de donner du sel à cette rencontre en organisant des matchs entre ses thés et les miens. On commença par du Wenshan Baozhong. Il apporta un Baozhong d'hiver 2017 fait avec du cultivar Tsui Yu, commandé sur un site concurrent anglophone. De mon côté, je sélectionnai mon Baozhong semi-sauvage de ce printemps, car c'est en prenant le meilleur qu'on a le plus de chances de gagner! Si j'avais su à l'avance que j'allais affronter un Baozhong Tsui Yu, j'aurais pris mon Baozhong 'forêt subtropicale'. Le match aurait été (un peu) moins déséquilibré. J'aurais encore eu l'avantage du cultivar supérieur (Qingxin Oolong) par rapport au Tsui Yu, mais plus l'avantage de la plantation organique.
Baozhong Tsui Yu (visiteur) vs Baozhong semi-sauvage TM
Mon Baozhong semi-sauvage a une oxydation un peu plus poussée, ses odeurs sont bien plus fines et persistantes, tandis que le goût est plus doux et harmonieux. Bref, c'était l'équipe de France contre le FC Meudon!

Je n'ai pas de photos de notre second match, mais il opposa mon Hung Shui Oolong de Shen Mu torréfié aux infrarouges à 2 thés d'un coup: un thé rouge torréfié de Lala shan fait avec du Qingxin Oolong et un Oolong à forte oxydation, non torréfié, fait avec du Qingxin Oolong également. Dans l'idéal, on essaie de faire jouer des thés les plus similaires possible afin de plus facilement comparer leurs qualités/défauts et trouver le meilleur. Ainsi, avec ces 3 thés, on a le même cultivar, on a un degré d'oxydation élevé ou complet et plus ou moins de torréfaction. Il y eut donc des notes similaires chez ces 3 thés, mais mon Hung Shui finit au-dessus du lot grâce, notamment, à sa bonne torréfaction qui lui donne plus de profondeur et de complexité que les 2 autres thés concurrents.

Le résultat de ce match est 2:0. La sélection TeaMasters est victorieuse. On a ga-gné, on a ga-gné! On a ga-gné, on a ga-gné! On a ga-gné, on a ga-gné! On a ga-gné, on a ga-gné! On a ga-gné, on a ga-gné! On a ga-gné, on a ga-gné! On a ga-gné, on a ga-gné! On a ga-gné, on a ga-gné!

No comments: