Friday, August 31, 2012

Reflecting on ancient China with a Cha Xi


The hotel we stayed at in Kending had a great view on the sea. But it also had a modern black & white, simple zen design. I thought the hallway in front of our room would be a great place for a morning red tea Cha Xi. The flowery Cha Bu (fabric) and the tea add color and life to this cool space.

A Cha Xi is a mandala. It represents a united world, but it's made up of diverse elements that interact to fit harmoniously with each other. In this Cha Xi, for instance, the black Jianyang bowl and the white tea cups miror their surroundings. The white porcelain gaiwan doesn't just match the cups, but it is a fitting teaware to brew red tea without loosing any of its flavors. The ancient Anping jar protects and enhances the dry leaves...

In many ways, a Cha Xi is like a symbol of ancient, classic China and how it prospered.

In the West, the Christian faith has been central to its history. In China, though, many different concepts have appeared and coexisted:
- rites or ceremonies based on the seasons, the stars. They should ensure the harmony between Heaven and Earth.
- Confucius' respect for the classics and the elders,
- Taoism, with its action through non-action,
- Chan (zen), the Chinese version of Buddhism.
Syncretism, the coexistence of these different religions is obvious in most temples in China. So, while the power was centralized by an emperor and a bureaucracy of scholars selected through exams, there was no rigid ideology. The emperors would favor different schools of thought depending on the situation and the skills of the persons. One idea held everything together: Harmony. But harmony doesn't mean that everything is peaceful and that there are no rivalries or frictions. Harmony is finding an equilibrium that takes into account the conflicting energies and channels them into a single purpose (the Emperor, a united China).

This search for balance and harmony is also found in the importance of Feng Shui in Chinese architecture. There's also calligraphy, the art of writing (traditional) Chinese characters in an harmonious, lively way. Chinese medicine, the Yin and Yang or the 5 elements... all center on harmony.

China thrived economically, culturally and technologically in the Tang and Sung eras. Potters innovated to make celadon wares similar to jade, or black bowls with amazing glazing variations. Different kilns competed to fulfill the wishes of the emperor and his highly educated mandarins. Tributes to the emperor were selected for their perfection.

Confident in the strong foundations of their Chinese culture, this elite was open to new ideas and techniques from the outside. Like a Cha Xi, they mixed the old and the new, the Chinese and the foreign. But they did this always considering balance and efficiency.

In a Cha Xi, we select not just the best tea and tea ware. We consider which tea would be the best fit for the particular moment. And then, which combination of water/kettle/teapot/teacup would bring out the qualities of these leaves in an harmonious way. And only then do we think about the aesthetic details that will carry a symbolic message. Art always had a (political) purpose for the Chinese emperor. The art of the Cha Xi aims at uniting men and women around the many joys of a cup of tea. And bring harmony to the world!


Monday, August 27, 2012

Jarre Anping


Durant mes vacances dans le sud de Taiwan, j'ai eu l'occasion de visiter la ville de Tainan. Sur la presqu'ile de cette ville, face à la mer, les Hollandais construisirent leur premier fort, 'Zeelandia', en briques rouges, en 1624. Ce fut le début de l'occupation de Taiwan par les 'barbes rouges' (les Hollandais).

Or, en 1661, Koxinga, un général du Fujian encore fidèle à la dynastie Ming (officiellement renversée en 1644) décide de se replier à Taiwan. Il regroupe une flotte et 25,000 soldats, et se lance à l'assaut du fort Zeelandia. Malgré un armement techniquement inférieur à celui des 1200 Hollandais, Koxinga obtient leur rédition le 1er février 1662. Cet endroit est alors renommé Anping, en référence au lieu originaire de la famille de Koxinga dans le Fujian. (Il est intéressant de noter que 3 siècles plus tard, l'histoire se répéta avec le général Chang Kai-Shek!...)

Ce héros chinois (il est même moitié Japonais par sa mère) avait pour intention de reprendre la Chine aux Mandchous. C'est pour cela qu'il avait amené son armée et son arsenal à Taiwan. Or, c'est à Anping que des fouilles archéologiques ont pour la première fois découvert des jarres émaillées hautes très particulières.

C'est pourquoi on les appelle "jarres Anping", même s'il est établi qu'elles furent faites dans les fours de Fujian (ou de Guangzhou). Le musée du fort a d'ailleurs une section sur cette céramique. Et, il s'agit en fait de cette grenade dont je me sert comme jarre à thé!

Le musée nous apprend que ces jarres datent de la fin du 16è au 18è siècle environ. Leurs fonctions étaient multiples. On s'en servait pour conserver le sel, les épices et de la poudre à feu. C'est une jarre à usages multiples depuis bien longtemps, semble-t-il. A moins que son usage comme grenage fut sa première fonction, et qu'on la reconvertit dans des usages civiles une fois la reconquête de la Chine abandonnée?   

Le pied est concave afin que le bas touche à peine le sol. (Comme il n'est pas émaillé, cela le protège de l'humidité). Le corps est formé en plusieurs parties, souvent très épaisses. On voit les marques du tournage et des jointures sur l'extérieur (et on les sent à l'intérieur). Le haut de la bouche est souvent, mais pas toujours, sans émaille: la cuisson s'est faite les jarres empilées les unes sur les autres. Seules celles tout en haut (dans le four) ont leur bouche complètement émaillées.
Les jarres Anping ont une place de choix dans ce musée de Tainan. Moi, j'en ai déjà adopté plusieurs pour conserver mes Oolongs ou thés rouges. Leurs épaisses parois émaillées isolent bien le thé des odeurs externes. Et les changements de tempéprature s'y font plus doucement. Ci-dessous, cette jarre m'accompagna durant mes vacances. Je l'utilisai pour impressionner le producteur du Gankou Oolong: il fut surpris de sentir comment son Oolong sent plus fin et rond une fois mis dans cette jarre!
Ces 'grenades d'Anping' repoussent les attaques du temps et de l'air!
Mais le thé y perd son odeur de sachet 'plastique' et retrouve une odeur naturelle en l'espace de quelques secondes. C'est l'effet 'magique' des bonnes jarres, un peu similaire à l'effet de la décantation sur un vin.

Ci-dessous, voici les jarres Anping disponibles dans ma sélection. Je les fournis avec une coupe (moderne) adaptée qui sert de couvercle. (Mise à jour le 6 juin 2013)

Ces jarres sont de petite taille (9 cm de haut environ) et conviennent particulièrement bien à l'utilisation sur un Cha Xi:


Les suivantes sont plus hautes (13 à 15 cm) et ont une contenance bien plus importante. Elles permettent donc de conserver plus de thé, mais peuvent apparaitre un peu grande sur un Cha Xi:
Par exemple, voici un exemple de proportion pour une petite jarre Anping:

Thursday, August 23, 2012

Gankou Oolong - Fresh


Cultivars: various Wuyi mountain cultivars that were brought from Fujian over 100 years ago
Place: Gankou village, south of Taiwan
Harvest: Spring 2012
Process: Semi-oxidized Oolong, rolled, lightly roasted.
Competition brewing: 3 grams for 6 minutes in a white porcelain set with boiling water.

Appearance of the dry leaves:

Greyish green. This color is explained by the salt from the ocean that is brought by strong winds. Indeed, we can see below how close the plantation is to the Pacific.


The conditions down here are very different from anywhere else in Taiwan. The elevation is very low (less than 100 meters above sea level). The temperatures remain hot almost all year long. And this means that the sun shines especially strong on these tea trees.

How do they survive? The researchers at the Taiwan Research and Extension Station found out that the roots of the old trees extend much deeper than elsewhere in Taiwan. The various and unidentified Wuyi tea bushes that were brought here 4/5 (tea farmer) generations ago have proved to be very adaptable.

But human effort and ingenuity also explains the resistance of this plantation. The farmers made sure that there would be high and strong trees around the tea plantation. These big trees act like a protecting barrier. And instead of using herbicides or fertilizers, we can see that the farmer puts dead wood between the rows of tea bushes. This prevents other plants from growing and provides food for the trees as they decompose.
The plantation hosts many different kinds of tea trees. This one, above, for instance, with its very large leaves really resembles more a bush in Wuyi than in Nantou!

The brew has a dark yellow color. This reflects a concentration of flavors.

The dry fragrance smells particularly sundried. There is no hint of freshness here! However, once brewed, the tea releases very fruity and sunny aromas. The notes are rather low and deep, though, and very different from a high mountain Oolong.

The taste is almost full body. What surprises most is a slight salty/soury taste that feels a little bit like the aftertaste of salty sea water in the mouth. Overall, there are no displeasing aromas and the brew feels natural and powerful.
The open leaves show their diverse tree origins and a medium oxidation level. 
Such oxidation level makes them good candidates for a more thorough roasting. And that's why I also brought some medium roasted leaves.
This view of the Pacific shows the ocean that faces the Gankou Oolong tea plantation. Sun and sea characterize pretty well this very unique Oolong tea!

Tuesday, August 21, 2012

Back home, the vacation summary

This is what my planned vacation to Alishan looked like!!!

A typhoon with heavy rains blocked mountain roads and caused a slight change of plans...  So, instead of mountains, we headed south to the beach resort of Kenting and later visited Tainan.

From southern Taiwan, I have brought back 2 new Gankou Oolongs, one lightly roasted and the other one medium roasted (similar to this one).

And in Tainan, I learned a great deal about a tea accessory I had carried along this trip...

---

Je reviens de mes vacances à la montagne mer, comme vous pouvez le voir. Un typhon nous a obligé de changer nos plans. Heureusement, Taiwan est riche en diverses destinations touristiques, et il a été facile de nous adapter. Aussi, pour le plus grand plaisir des enfants, nous sommes allés aux plages de Kenting. Mais j'en ai aussi profité pour rechercher du Gankou Oolong, cet Oolong qui pousse face au Pacifique!

Et dans la vieille ville de Tainan, j'ai découvert plus d'informations sur une de mes jarres à thé...  

Sunday, August 05, 2012

Vacation time

2 weeks of traveling and relaxed vacationing around Taiwan await me! I'm sure some great tea moments await me, as I will bring some of my teas and equipment along the way!

Je m'en vais pour 2 semaines de vacances à travers Taiwan. Je me réjouis d'avance de  bientôt vous faire partager de nouvelles dégustations en extérieur.

Thursday, August 02, 2012

Jouer aux antiquités

Pour bien comprendre n'importe quel art ancien, on se tourne en premier vers les musées (prestigieux) aux meilleures collections. Pour l'art chinois, le Musée du Palais National de Taipei est d'habitude la référence, car il contient les trésors de la Cité Interdite. Or, si l'on y trouve très peu de théières Yixing, c'est car elles étaient entreposées dans les cuisines et n'étaient pas considérées comme des oeuvres d'art, mais des accessoires quotidiens. C'est pourquoi, l'armée nationaliste n'a pas jugé important de les protéger des armées nippones, puis communistes. Aussi, on les trouve dans la collection de Pékin et non dans le musée de Taiwan. Ainsi, le livre ci-dessus est consacré à cette collection et nous montre 80 théières (dont 3 paires) de la dynastie Qing. C'est un peu comme la bible de tout amateur de théière Yixing. Leur étude permet de discerner la différence entre l'ancien et le neuf, par exemple.

Pour ce qui est des prix de vieilles théières, on fait comme pour le marché de l'art. On consulte les prix des salles d'enchères comme celle-ci, par exemple. Mais on se doit d'exercer beaucoup de prudence, car les imitations sont particulièrement nombreuses dans le marché des théières. (Note: cela atteint un tel point que de nombreux acheteurs préfèrent payer très cher pour des pièces modernes -et laides!- de maitres encore en vie, car ceux-ci donnent un certificat d'origine!)

Mais revenons plutôt aux théières impériales! Je me suis amusé à compter celles en duanni, glaise jaunâtre. On en trouve 16 (sur 80). -Les plus nombreuses sont les zisha pourpres (leur comptage est plus difficile, car la couleur de certaines est parfois incertaines avec l'âge.)

On trouve aussi 9 théières Yixing avec une anse au-dessus de la théière, dont 4 duanni avec une telle anse (voir la photo ci-contre). Ce genre d'anse s'appelle 'Ti Liang' en chinois. De nos jours, on en fait très peu, car elles sont plus difficiles à réaliser et cuire. Sur les photos, on pourrait penser que ce sont des grandes théières, mais si fait attention aux dimensions, on remarque qu'elles sont aussi petites que nos théières actuelles!

Pour mon anniversaire qui approche et pour mieux comprendre l'attrait des vieilles théières, je me suis laissé tenter par cette théière ci-dessous. Je lui trouve un charme classique évident.

Sur sa face gauche, on voit représenter 3 formes de sapèques (monnaies anciennes chinoises). On reconnaitra facilement la pièce ronde avec le trou carré au milieu, symbole de l'union du ciel et de la terre. 
Il est très probable que cette théière fut commandée par un client fortuné, et que celui-ci demanda la gravure de ces pièces comme symbole de sa richesse. Mais on peut aussi y voir le symbole plus subtil de la valeur, fondée dans l'ancien, donc la culture. Ou bien que toutes les richesses valent le bonheur d'une bonne coupe de thé. Quoiqu'il en soit, j'y trouve une connexion avec ma formation financière et mon intérêt pour la théorie économique. Cette passion est encore plus ancienne que celle du thé! Et avec la crise de l'Euro (et de la plupart des monnaies 'papier'), cette question de la valeur monétaire/financière reste bien présente dans notre vie actuelle.
La seconde face comporte un petit poème de 8 caractères. Ce genre de composition est aussi courant dans la collection du musée de Pékin. Cette face est plus claire, et l'examen du bas de la théière montre que le dégradé de couleur est progressif. Il s'agit donc de  l'impact du feu de la cuisson. Cette théière a subi une très haute température et c'est presque un miracle qu'elle ne soit pas cassé. Cela lui donne une personnalité en plus (et la haute température est une bonne chose pour l'infusion du thé).  
La marque Wu De Sheng est celle d'une firme qui exista de 1916 à 1939. Elle avait même une filiale au Japon! Son modus operandi était notamment de faire des théières individuelles, à la commande. La calligraphie et le dessin étaient alors réalisés par des artisans différents de celui qui fait la théière. A chacun son savoir-faire! 
"Le printemps retourne
Dans notre petit massif montagneux
Le destin nous sourit
Dans un bonheur radieux"

(Ma traduction très libre de ce petit poème.) On y trouve les thèmes chinois et universels du printemps et de la nature. Ressentir ces deux sensations -avec une coupe de thé-, et se représenter ce bonheur, c'est jouir de la vie totalement et infiniment.

La possession ne confère aucune jouissance des sens. Le plaisir vient de son utilisation. Je joue donc aux antiquités (c'est le titre de ce célèbre tableau Ming) avec cette théière duanni. Je l'utilise avec différents Oolongs et les résultats me surprennent parfois. La différence avec d'autres théières modernes est faible et grande à la fois. Tout dépend de la sensibilité de chacun aux variations du thé. Et cela dépend aussi de la réussite de l'infusion. Une bonne vieille théière n'est pas une garantie.

Mais pour moi, cette théière, digne d'un musée, ajoute autant un plaisir esthétique, culturel que gustatif à mes Cha Xi.