Friday, October 12, 2018

Washington and tea (part 2)


This article continues to look at Washington's biography from a tea point of view. (See the first article here). This time, I'm illustrating it with a special Chaxi on an old American flag. I call it, 'Crossing the Delaware', which is how General Washington turned the tide against the British army at the end of 1776. The wooden trays are symbols for the barges that were used to cross the river. I'm using 13 cups, one for each State in the Union at that time. Washington is symbolized with an old Dehua white teapot, his preferred color for his horse. The tea is Lapsang Souchong, the first red tea in history and one that has gone through smoke, for Washington was the first president and went through fire in battle! The dark bowl is a symbol for the black slavery in the US, the major stain in Washington's legacy. (He freed his own slaves in his will and hoped to set an example.)
- Page 257: "I told my messmates that I could not carry our kettle any further. (...) Of what use was it? They had nothing to cook."
Hunger was another problem that plagued the American forces in their fight against the British.

- Page 331: "Tea and coffee replaced more potent beverages."
During periods of mourning the death of family members, alcohol wasn't consumed. 
- Page 451: "Suddenly an avid consumer again, he went shopping for teapots, coffee urns, and other silverware for entertaining guests at Mount Vernon."
Having won the war, Washington turned to teapots! He's my hero!

- Page 466: "Washington showed up in the room of a sick guest, proffering a hot cup of tea."
The retired general remained a kind and decent host.
- Page 467: "Drank tea there in a very large circle of ladies. (...) met Powel alone for teas, and corresponded with her."
Washington was married, but liked the company of ladies. Did he have more than tea with them?

- Page 534: "While the convention dragged on, Washington drank enormous quantities of tea at the City Tavern and the Indian Queen"
In those days one would drink tea and socialize!
- Page 578: "He and Martha (the first lady) decided that she would entertain female visitors every Friday evening from seven to ten, serving tea, coffee, ice cream and lemonade."
This is how guests were entertained by the first president of the United States.

- Page 579: "Another observer noted that Washington seemed less austere at his wife's teas."
Tea made him feel more relaxed.

- Page 583: "Far from shunting off decorating on his wife or subordinates, he trusted his detailed knowledge of the decorative arts. To create a tea service, he melted down some old silver and had the finished products engraved with his griffin crest. (...) Washington oversaw the purchase of many objets d'art, including porcelain figures, silver spoons, and a china set embellished with the eagle of the Society of the Cincinnati."
An interest in art and elegance is what makes Washington complete. He knew that what you have shows to others who you are.

- Page 617: "Eager to augment presidential dignity, he bought more than tree hundred pieces of gilt-edged porcelain for dinner parties."
In those days, porcelain was also known as "white gold" and a sign of affluence.
- Page 645: "She kept up her Friday-evening receptions, which came to be ridiculed as the Republican Court, even though Martha, the most unaffected of first ladies, frequently prepared tea and coffee for visitors herself."
Even the modest wife of the hero of the USA was criticized by some! This is the lot of the powerful in a democracy. No matter what you do, you'll always have critics. 
- Page 653: "In Georgetown, South Carolina, fifty ladies hosted him at a tea party."
Washington didn't like to attend official ceremonies in all the towns he visited, but he did enjoy such tea parties with many ladies! He would sometimes skip town early to avoid the ceremonial goodbyes. On the other hand, he would enter towns on his white horse, even though he traveled in a coach between towns, because he knew this is the image the people wanted to see.
- Page 684: "On December 13, 1792, Washington conversed with Jefferson about buying porcelain in Germany to dress the presidential table. He had inquired whether Samuel Shaw, the US consul at Canton, could acquire china there, but Shaw told him that it would take at least 2 years to arrive."
Thanks to modern progress, 2 weeks would be sufficient to order porcelain from China nowadays!
- Page 790: "While in Philadelphia, Washington delighted in joining Elizabeth Willing Powel for a number of teas and breakfasts that he conspicuously failed to enter into his diaries."
He was human after all...
- Page 807: "He (Dr. Craik) also had Washington inhale steam from a teapot filled with vinegar and hot water. When Washington tilted back his head to gargle sage tea mixed with vinegar, he nearly suffocated."
Neither sage tea nor teapot could save Washington who died on December 14, 1799 at age 67.
For this second Chaxi, I used a high mountain Oolong from a more recent tea mountain, Qilai. I chose it for its vigor and energy, characteristics that have become those of the United States.
My thanks Ron Chernow for this well documented biography. Looking at the past helps to understand the present. It's fascinating to see that human intrigues about power haven't changed that much since Washington!

Thursday, October 11, 2018

Die Oolong Vorbereitung Klasse

Heute war meine Studentin Deutsche. Deshalb werde ich versuchen auf Deutsch zu schreiben (obwohl wir die ganze Zeit nur auf Englisch gesprochen haben). Habt also ein bischen Verständnis wenn hier und da ein Paar Fehler vorkommen.
Wir haben alle Tees mit diesem Gaiwan vorbereitet. Es ist neutral im Geschmack und kann für alle Tees verwendet werden. Deshalb ist es ein gutes Werkzeug um Tee zu lernen. Das einzige was uns unterscheidet sind die Tassen (meine sind Celadon-grün, Ihre sind Elfenbein-weiß) und wie wir das Wasser im Gaiwan reinkippen (wie stark, wie lange...) Ansonsten sind unsere Parameter die selben. Auch die Temperatur des Wassers ist die selbe: kurz gekocht.
 Wir fangen mit diesem Wenshan Baozhong an. Man stellt fest, daß die Farbe in den Tassen ganz unterschiedlich aussieht. Rechts sie der Baozhong viel frischer aus!
 Nach 2 Aufgüsse sieht man, daß meine Blätter (rechts) sich voll entwickelt haben. Die Blätter links sind noch klein. Deshalb schmeckten meine Aufgüsse viel intensiver und hatten mehr Nachgeschmack. Außerdem, sieht man, daß meine Blätter den Volumen des Gaiwans gut füllen. Sie haben sich harmonisch entfalten.

 Unser nächster Tee ist dieser Qilai Hochberg Oolong aus dem Frühling 2017. Weil seine Blätter kuglformig sind braucht sein erster Aufguß mehr Kraft und Zeit damit sie sich entfalten und deren Aromas wiedergeben. Das heißt auch, daß das Aufwärmen des Gaiwans ganz wichtig ist. Sogar der Deckel muß sehr warm sein!
 Und wenn man direkt in den Tassen eingießt geht weniger Wärme weg, als wenn man ein Krug benuzt.
 Es sieht so leicht und transparent aus, hat aber viel Kraft und Länge im Genuß!
 Bei diesem Tee hat meine Studentin sich sehr verbessert! Ihre Blätter (links) sind fast so offen wie meine. (Beim Baozhong hatte sie angefangen. Diesmal hat sie meine Technik kopiert.)
 Unser letzter Oolong ist dieser Hung Shui Oolong aus Alishan. "Solche Tees schmecken mir nicht. Ich finde sie immer zu stark und intensiv.", sagte sie mir.
Solche Gedanken sollte man loslassen, ganz sanft, wie die Oolongblätter im Gaiwan... Unser erstes Kontakt mit dem Tee geschieht mit der Hand!
 Bei diesem Oolong, rate ich ganz sanft das kochendes Wasser einzugiessen.
 Dieser Duft bringt Freude!
Die Farbe des gerösteten Oolongs ist viel gelber und dunkler.
In Elfenbein Porzelan Tassen sieht es am schönsten aus! Es sieht fast wie Gold aus! Und es leuchtet fast auch so klar! "Humm. Das schmeckt doch sehr geschmeidig und süß! Das ist das erste Mal, daß dieser Tee mir so gefällt!" Das ist ein großartiger Kompliment, und ich habe mich sehr gefreut eine begeisterte und lernende Studentin aus Deutschland unterrichten zu können!
Es weihnachtet fast schon ein bischen hier!

Wednesday, October 10, 2018

Se trouver une théière à puerh

Un de mes lecteurs français a la chance de venir deux fois par an à Taiwan. Au printemps, je l'ai aidé à se procurer une théière zhuni d'Yixing pour ses Oolongs faiblement oxydés. Ravi de son choix et des progrès qu'il fit dans ses dégustations avec sa nouvelle théière (et après avoir lu mon blog et mon guide de l'infusion du Oolong), il prit un nouveau rendez-vous avec moi hier. Cette fois, il cherchait une théière à puerh. Comme cette famille de thé est très large, je lui suggère de se concentrer sur l'une de ces 3 sous-catégories de puerh: le cuit, le cru jeune ou le cru ancien. L'idéal est d'avoir au moins 3 théières afin de ne pas mélanger les arômes très différents de ces puerhs. La seconde solution est de commencer par en acheter une pour ceux qu'on boit le plus souvent. J'avais donc prévu plusieurs théières pour parer à différentes éventualités et pour lui donner le choix.
Après avoir déterminer que c'est le sheng âgé qui l'intéresse le plus, son choix s'arrêta sur 3 théières qui lui plaisaient le plus. Je lui suggérai que cette Xian Piao en zisha ferait le mieux l'affaire. Pour en être certain, nous fîmes un essai avec mon puerh 7542 de la firme Menghai de 1999.  L'an prochain, il aura 20 ans, mais l'on voit que son infusion a déjà une très belle couleur et transparence.
Dès la première infusion, nous étions enchanté par la présence et la longueur en bouche du thé. Le puerh cru est un thé tellement vivant! En même temps, grâce à la théière, son goût est moelleux et raffiné. Et pourtant, je n'ai que couvert le fond avec mes feuilles, deux ou trois grammes tout au plus! C'était tellement convaincant que mon lecteur a non seulement acheté la théière, mais aussi de ce puerh!
Après lui avoir montré comment infuser, je l'ai aussi laissé infuser lui-même. Cela me permit de corriger un petit défaut dans sa prise en main de la théière: l'index ne doit pas toucher le couvercle (trop chaud), mais le bouton sur le couvercle!
Heureux d'avoir rendu service tout en dégustant un très bon thé: la vie est belle!

Saturday, October 06, 2018

Faire le saut dans la communion du sublime

Plantation d'Oolong de la ferme Wuling près de Lishan
Hung Shui Oolong de Dong Ding
"La communion du sublime" est l'expression que j'ai retenue d'une interview du médecin Axel Kahn sur Europe1 la semaine dernière pour la sortie de son livre 'Chemins'. Le titre de son livre fait écho au fait qu'Axel Kahn est un grand marcheur. Aussi, je trouvai intéressant qu'il parle de "communion du sublime" pour parler d'une expérience dans un belle église de la Renaissance et non face à un beau paysage. Or, Axel Kahn n'est pas croyant, mais se dit agnostique.

J'ai peut-être tort, mais j'interprète cela ainsi: le sublime relève plus de l'art (humain) et moins de la nature. Certes, on communie aussi au contact de la nature, mais là on communie avec elle et non avec le genre humain.
La "communion du sublime" est plus une communion avec les autres hommes à travers ce qu'ils ont créé de plus beau, de plus sublime, les églises de la Renaissance, ces concentrés d'art et d'architecture au service d'un idéal transcendant, Dieu (ou l'idée de Dieu, selon qu'on est croyant ou pas). La nature peut être source d'inspiration et de vie, mais pour atteindre au sublime, il faut la patte de l'homme. L'homme aurait pu faire ses prières dans la nature, mais il a choisi de construire des églises, des lieux sanctuarisés, et d'y mettre toute son énergie et son art comme preuves de sa foi.
Quand on voyage à Taiwan pour voir des plantations de thé, elles ne sont pas plus ou moins belles que les plantations de pêche, de poire ou de choux environnantes! Ce qui leur donne plus de beauté, c'est la valeur particulière que nous attribuons à cette plante.
Une infusion de thé pourrait être un geste banal. L'élever au rang d'une petite cérémonie à travers un Chaxi créatif c'est lui donner une place spéciale dans notre vie. Créer un moment de sublime beauté qui s'étend jusqu'à nos papilles et crée une émotion communicative. On se sent tous frères (et soeurs) autour d'un thé partagé.
Mais derrière ce premier aspect formidablement romantique du thé, il y a un apprentissage, des règles, du savoir-faire... Réussir un Chaxi, c'est à la fois réussir l'aspect objectif de l'infusion (la qualité de l'eau, sa température, l'ouverture des feuilles, le degré de concentration, l'accord de la théière avec le thé...), mais aussi le côté subjectif (le choix du thé, l'esthétique de la présentation, l'ambiance que l'on crée par ses gestes, ses paroles...). C'est arriver à combiner la théorie et la pratique.
Au bout du chemin ou des chemins de thé on retrouve la même quête: la communion du sublime. Faire partager la beauté et les délices indicibles d'une très bonne coupe de thé.
Mon observation et mon conseil actuel: les Hung Shui Oolongs résonnent très bien avec la saison automnale. Vous pouvez les préparer à l'aide de nouveaux Chabu disponibles.
Faites le saut et créez des sublimes moments de thé!

Friday, September 28, 2018

A civilization based on tea


Wenshan Baozhong, Shuixian cultivar
This summer, I read "Lord of the Flies" with my son. This book shows how kids and teenagers turn into violent savages after they were stranded on a desert island. The values of  civilized society are fragile and disappear all too quickly if we don't nurture them... I was reminded of this book this week as my Twitter feed had echoes of 'Kill the beast! Kill the beast!'. And while it's fine to argue with passion, what I witnessed is less a discussion than the affirmation that it's "us against them".

The nice thing about living in society instead of alone on an island is that we all specialize in what we do well and/or like. This enables us to give services to each other via money, which is much more efficient than trying to do everything ourselves. The cops are in charge of our security, the doctors take care of our health problems, the teachers teach the kids, the farmers provide vegetables, big companies sell complex products (cars, phones...)... I see the role of politicians to argue our ideas on our behalf and implement them if they win their election. Let them take the heat and become hated by half the country! This is their role and they are (pretty well) compensated for that. We, the non politicians, should try to get along with all the good people around us.

During tea class, Teaparker has very few rules: no cosmetics, no perfumes and no talk about politics. When we drink tea together, we wish to achieve a peaceful and happy state of mind. We also wish to share a common experience and treat others with the same respect we expect from them. Discussing political topics would divide us and create a nasty atmosphere. Enjoying a good tea, on the other hand, always brings us closer together! We feel gratitude and love for the nature and the men and women who have produced these leaves. And with our Chaxi, we feel a certain fulfillment, because we were able to express our feelings in an aesthetic and harmonious way.
Is it sunset or dawn for our civilization? I think it's time for tea!

Thursday, September 27, 2018

Etude des Hung Shui Oolongs

Cet amateur de thé, originaire de Moldavie, a fait un tour de Taiwan en vélo et est revenu me voir pour une seconde leçon de thé. Cette fois, il voulait en savoir plus sur les Hong Shui Oolongs, ces thés torréfiés de Taiwan. Aussi, on commença par mon SiJiChun DongPian dans sa version torréfiée. Miel et noisettes sont les arômes de la torréfaction qu'il identifia. Ce thé de basse altitude est plutôt léger et simple, mais sympa à boire. J'ai recommandé d'en mettre un peu plus vu son bas prix (15 USD pour 150 gr).
Hung Shui Dong Pian (cultivar SiJiChun)
Ces feuilles furent récoltées en janvier quand le climat ressemble plus à celui de haute montagne, ce qui permet d'obtenir des notes plus fraiches et fines. C'est une des raisons pour laquelle la torréfaction de ces feuilles est plutôt légère, car il ne s'agit pas de trop assombrir les arômes, mais de préserver cette fraicheur en séchant bien les feuilles. Plus un Oolong est fin et peu oxydé, moins il convient de le torréfier fortement. Certes, il y a aussi une part de goût personnel, mais la règle veut que les feuilles infusées s'ouvrent bien et retrouvent leur couleur verte au bout de plusieurs infusions.

Notre second thé fut ce Hung Shui Jinxuan Oolong de Dong Ding. Cela permit de remarquer que le terme Hung Shui désigne un process de fabrication du Oolong et non un cultivar. Celui-ci avait plus d'épaisseur et de longueur en bouche. Sa torréfaction est aussi un peu plus forte, mais ses feuilles s'ouvrent bien également.  
Baozhong torréfié de 2016
En troisième, j'infusai ce Baozhong torréfié du printemps 2016. Son cultivar est le Qingxin Oolong, le même que pour les meilleurs Oolongs de compétition de Dong Ding. Mais sa forme torsadée ressemble plus aux Yan Cha de Wuyi, là où les Oolongs torréfiés furent inventés. Les arômes sont bien plus légers et différents à cause du terroir du nord de Taiwan et sa technique sans roulage.

On finit la leçon avec le plus classique de tous les Hung Shui taiwanais, celui de Dong Ding. On retrouva alors beaucoup de force et de concentration dans la liqueur. Celle-ci fait plus penser à un whisky de malt qu'à du thé! Et quel aftertaste! La première infusion fut réalisée en gaiwan en porcelaine comme toutes les précédentes, mais pour la seconde et la troisième j'utilisai une théière en zisha Dicaoqing d'Yixing. Le résultat fut plus de douceur, un petit décalage dans le moment où le goût envahit le palais et une longueur en bouche à la fois plus fine et plus puissante.

Ces thés et mes explications détaillées, dont je n'ai retranscris qu'une infime partie ici, ont du plaire à mon élève moldave: il m'a acheté trois de ces 4 thés en grand format!