Monday, August 25, 2014

Test : 2 ans de stockage

J'arrive à la fin de mon stock de (mon excellente) Beauté Orientale de 2012. En haut, à droite, on voit mon dernier paquet de 150 grammes. Je viens de l'ouvrir après l'avoir reçu ainsi il y a 2 ans. Cela me donne l'envie de comparer ces feuilles avec ce même thé conservé dans une grande jarre qinghua (en haut à gauche). Je l'avais remplie de ce même Oolong il y a 2 ans. Cette jarre est maintenant pratiquement vide. Ce sont donc les feuilles du bas que j'utilise à gauche pour cette comparaison (et cela explique pourquoi elles sont un peu plus petites). A part la taille, il n'y pas de différences visuelles fondamentales:
Feuilles issues de la jarre (gauche) et du sachet plastique (droite)
Après 2 ans de stockage, l'impact du contenant sur les arômes est clairement perceptible. Au nez, la Beauté Orientale conservée en jarre a des odeurs plus sombres, boisées et anciennes. Les feuilles sèches du sachet plastique ont moins changé et ont des odeurs plus fraiches. C'est logique, car elles ont eu moins de post oxydation, vu que la présence d'oxygène dans le sachet était bien plus faible que dans la jarre (qui fut ouverte de nombreuses fois durant ces 2 années).

Pour l'instant, on voit que le style du thé évolue le plus avec le stockage en jarre. Est-ce positif? Cela dépend aussi du potentiel de bonification du thé. Tous ne sont pas faits pour être conservés longtemps et parfois le sachet hermétiquement fermé est la meilleure solution. En théorie, cette Beauté Orientale est faite de manière traditionnelle, avec une bonne torréfaction, ce qui devrait bien la disposer au vieillissement en jarre. Qu'en est-il donc de l'infusion?
La couleur du thé est très proche, ce qui semble indiquer que la post oxydation des feuilles en jarre n'est pas si importante que cela. Mais la dégustation en parallèle démontre clairement la supériorité de la jarre sur le plastique pour ce thé. Les fragrances sont plus intenses, concentrées, profondes et raffinées grâce au stockage en jarre. Le goût est aussi un peu plus rond et moelleux. L'amélioration du goût n'est pas aussi dramatique que pour les odeurs, mais l'on sent une bonne tendance.  

Cette comparaison confirme donc l'intérêt des jarres en porcelaine pour la bonification des Oolongs torréfiés.

Saturday, August 23, 2014

Honoring life with a great tea


These leaves are a Bai Ji Guan Yan Cha from spring 2012. This type of cultivar produces one of the lightest and finest tea in Wuyi. Its roasting level is lower than that of Shuixian or Rouguei. And it's so pure and good that I feel comfortable not using an Yixing teapot, but a gold plated silver teapot.

Another reason for using this small teapot is its great 'fuel efficiency'! Real Yan Cha is much more expensive than Taiwan's high mountain Oolong. The high heat conductivity of silver translates into a greater flavor extraction capability. This means that fewer leaves suffice for a good brew.
Wuyi Yan Cha is a tea for special moments. It's not because the accessories are special that the tea is. It's because the leaves are great that they call for special accessories like on this Chaxi. Getting the most out of them. Making the most out of time. Pushing the limits of what's possible.
We can't always have what's best. Often, what's simply good is already a wonderful blessing. But special occasions call for the extraordinary.
Wuyi YanCha questions preconceived truths and experience about what tea brewing. That's one of the reasons that makes it fascinating. Normally, when we brew tea leaves, we first obtain scents and, as we prolong the brew, we then obtain a taste that grows stronger. Finding the right moment to stop the brew before the taste gets too concentrated is the goal of our brewing technique. Stop too early and you can smell the tea, but you can't feel it's taste. Stop too late and everything is too saturated, like the noise of music pushed beyond what the speakers can handle.
But with Yan Cha like this Bai Ji Guan, there's something incomprehensible that can happen if the tea is brewed well: the scent is there, but the taste seems absent at first before it hits you in the chest and then gives you a wonderfully relaxing feeling in your whole body. The mouth is clean and light. All you feel is a sweet salivation as if a spring fountain had been unlocked!
A vibrant fragrance, a pure taste, a comfortable feeling, fresh and bright colors: this Chaxi appeals to all senses! A gift of life on a special occasion...

Monday, August 18, 2014

Thés en été à Taiwan

Le thé en extérieur donne une saveur, une dimension gustative fleurie et douce à mes sorties estivales. Ici, lors d'un barbecue familial, sur les hauteurs de SanHsia, je conjugue un Oolong de Shan Lin Xi aux plaisirs des grillades.
La légerté de ce Gao Shan Oolong se marie bien avec les crevettes et fruits de mers grillés. Il a quelque chose de marin, ce Shan Lin Xi printanier...Très fleuri aussi.
La journée précédente, je l'avais passée à la plage! C'est un des avantages de Taiwan: mers et montagnes sont toutes proches. Chacun de ces endroits est à moins d'une heure de voiture!
La beauté du bol Jian ressort bien sur fond de sable fin clair... L'émaille laisse son pied nu, et l'on mesure bien son épaisseur. On dirait presque de la lave arrêtée dans sa coulée!
Pour la mer, je me décide d'emporter de mon puerh cru sauvage de Lincang, préparé en bouteille Thermos. Pratique. L'infusion est puissante. Une petite coupe me désaltère et m'ôte l'eau salée de la bouche.

La glaise nue laisse apparaitre un pied net et assez petit. La finesse de ce pied donne élégance à la forme de ce bol.
En été, à Taiwan, la mer et la montagne ne sont jamais loin, et le thé encore moins!

Thursday, August 14, 2014

A 19th century tradition for the 21st century tea business

I received a call for help from a fellow tea lover and tea seller who has been re-selling my teas for several years in Europe:

"(...)The problem is I am still struggling to sell Taiwan teas in solid amounts, because there is too much cheap competition on market and people prefer cheap over good here... I simply do not know how to break the wall of this low-price focus on my customers side and how to beat the competition which is really big here (about 10 wholesalers selling Taiwan teas here, maybe more, that's simply too too much for such a small market...)

I would like to sell your teas and put the time and effort into it, because honestly I love your teas and what I tasted, they are the best I can have. And I like to sell the best. And I like to work with you so much. So if you would have any idea, about what to do or maybe any kind of support you could give me... Every idea or every advice would be great help :-).

Thank you so much."
Well, thank you for your frank question and positive feedback about my teas. I don't think there is a simple solution to make people more sensitive to quality than to price. (If my readers have ideas, we'd be glad to read yours!) 
Quality becomes the focus when tea becomes a pleasure on its own rather than just another beverage. Low quality can be forgiven if it's a simple drink that offers a variation to water or coffee. However, low quality becomes unbearable once tea takes the center stage, especially if you have experienced better tea. That's why it's so important to educate, almost evangelize, people's taste with superior teas. So, continue to teach your customers.
In 'The Count of Monte Cristo' by Alexandre Dumas, I was recently reminded of an early 19th century tradition meant to defend your honor: the duel. For obvious reasons, I'm not suggesting that you kill your competitors! However, you can kill their teas by offering a duel between their teas and ours. This is the weapon that you'll use:
2 white porcelain competition sets. One for each tea. 3 grams of leaves. And 6 minutes of brewing with boiling water. This is the standard for tea competitions in Taiwan. This single brew aims at extracting most flavors from the leaves. It's by far not the best way to brew tea, but it's one of the fastest and easiest way to get to know a tea and evaluate its quality.

During tea classes with your customers, you should systematically make such duels between our tea and similar teas from the competition. People quickly tire if they hear the vendor say that his tea is the best. It's better to let them experience the difference for themselves. For a minimum cost/fee, you can make such duels happen. Think of some incentive for these side by side comparisons. And inform your customers about the possibility of making these duels.
My other advice is that you continue to help teach your customers how to brew tea the best way possible. Show them that they can be inspired and creative with their Chaxi. Tea appeals to all our senses and we naturally strive for quality when we pursue the pleasures of real tea!

Wednesday, August 13, 2014

Un thé inspiré par une visite au Met de NYC

Ce printemps, j'ai eu l'occasion de visiter le Metropolitan Museum de New York et d'y voir ces bols Jian émaillés de couleur noir 'poil de lièvre'. Ces 3 bols datent de la dynastie Song (960-1279) et proviennent de la province du Fujian. C'était l'époque où l'on buvait le thé vert en poudre, fouetté avec un fouet en bambou.

D'un point de vue culturel, le raffinement des Song constitue un âge d'or de la civilisation chinoise. Le pouvoir s'entoure plus que jamais de lettrés et s'intéresse lui-même à la culture et au thé! En effet, Song Hui Zhong (1082-1135) est le seul empereur à avoir créé son propre style de calligraphie (瘦金體), très fine, et il a aussi écrit un traité sur le thé! "Les choix culturels des Song sont faits de retenue, de simplicité revendiquée, de sérieux et d'engagement dans l'action." (Danielle Elisseeff, la Chine des Song (960) à la fin de l'Empire (1912)).
La dynastie vit des périodes mouvementées et est constamment menacée d'invasions barbares. La pratique du thé dans un simple bol est effectivement un signe de sérieux et de retenue. En effet, on ne réussit ce genre de thé que si l'on maitre de soi et qu'on le pratique avec assiduité. On est loin du faste du set à thé en or et argent de la dynastie Tang (618-907). La beauté du bol provient de chacun de ses détails: sa forme de bouton de fleur, sa couleur changeante et irisée, sa taille faite pour être prise en main, sa bonne retenue de la chaleur...

Ces bols Jian Song sont vénérés comme des trésors au Japon. C'est par là qu'ils ont passé avant d'arriver au Met. On le voit à la protection faite à la bouche des bols ci-dessus et ci-dessous. Ce prochain bol a même fait l'objet d'une réparation comme on peut le voir distinctement:
Voici un bel exemple d'aiguière en céladon qu'on utilisait pour verser l'eau bouillante dans le bol Jian rempli d'une cuillérée de poudre de thé vert:
Verseuse en céladon Yue des temps des 5 dynasties (907-960), Met
Je compose d'abord mon Chaxi de la manière suivante.
Le bol de gauche me sert à recueillir l'eau du préchauffage du bol.

La bouilloire en argent me sert à chauffer mon eau. Cependant, au lieu d'utiliser mon aiguière pour alimenter cette bouilloire, je décide de la préchauffer, puis d'y verser l'eau bouillante de la bouilloire. Ainsi, je peux simplifier mon Chaxi et utiliser cet accessoire comme verseuse lors de la préparation du thé!

J'inverse donc la disposition de mes accessoires afin de verser de la main gauche tout en fouettant de la main droite.


Le Chaxi a maintenant un aspect plus sobre et harmonieux. Et surtout, il a l'air bien plus vivant avec cette mousse de thé vert très clair! Le fond noir du Chabu est un peu semblable à la glaise du bol.
J'obtiens une mousse assez fine, mais elle pourrait être plus épaisse et régulière. L'aspect méditatif de ce thé influence mes réflexions. Je constate une certaine insatisfaction, mais je l'accepte car je reconnais mon manque de pratique. Savoir comment réussir le thé n'est pas la même chose que de le réussir. Je me considère déjà heureux et privilégié d'avoir pu acquérir ces connaissances et d'avoir pu faire l'expérience de thés Song excellents.

Ces souvenirs sont mes guides comme le sont les pièces de musée pour les potiers et les amoureux de thé. Ainsi, le musée ne contient pas simplement les trésors du passé, mais l'inspiration du monde présent et à venir. En plus d'un bon thé, on a la satisfaction d'inscrire ses gestes dans une tradition millénaire!

Tuesday, August 05, 2014

From jasmine flowers to jasmine tea

In Changhua county, near Huatan, there's a old and declining industry linked to tea: flower growers! In summer, they provide the flowers with which common tea leaves and stems are enhanced naturally with the scents of freshly harvested flowers. This tea is often called '香片'Xiāngpiàn, fragrant petals, in Taiwan. For many old Chinese who don't drink Oolong, this is what they drink every day.
There are many grades and quality levels for scented tea.

* The quality of the leaves varies. By definition, the best leaves taste best on their own, so it's never the highest grade, the best leaves that are taken to make scented leaves. With scented tea, it's not so much about the tea than it is about the scent (of the flowers). Nevertheless, there are big differences if the material used is stems or spring green tea buds.
 * The quality varies with the flower used. The finest is made with jasmine flowers.They are smaller than the gardenia (aka cape-jasmine) and their fragrance is more refined. Since they are smaller, it takes more time to harvest them, which increases their cost.
The cheapest way to make scented tea, though, is with the addition of artificial flavors and this has caused the decline of the jasmine flower plantations.
Small jasmine bud on the left vs. gardenia (cape-jasmine) on the right

 * The quality also greatly depends on how often the leaves are scented with flowers. The more often they are scented, the more flower fragrances they absorb. Tea scented 3 times will require 3 times more flowers than a tea just scented once. The weight won't change, because the flowers are sorted away after each scenting.
The scenting happens when the flowers are mixed with the leaves. This usually takes place at the night, when the buds harvested during the day open up and release their fragrances. In order to help the scents penetrate the leaves, they are often cut small (unless they are small buds). This increases the surface of the leaves that can absorb the scents. After each scenting, the flowers are separated from the leaves. This machine makes this operation and also sorts the leaves according to their size (that's why you can see 2 baskets):



'Imperial' Jasmine tea
This is the 'imperial' version of a jasmine tea I selected for my boutique.

The leaves are green tea buds and small leaves harvested this spring (2014) in SanHsia (Taiwan). You may notice that the color of the leaves and the brew isn't very green, but almost golden/orange.

Why? This is a jasmine tea that was scented 10 times! And it looks less green than the 'premium' version that was scented 6 times! The harvested flowers are fresh and contain a lot of moisture. When they are in contact with the tea leaves, this moisture and the high temperature of the Taiwan's summer nights produce some oxidation for the tea. That's why it's necessary to dry the tea leaves after each scenting, in order to get rid of this moisture. That's why the brew isn't light green, but turns golden.

Spent leaves turn green again. Oxidation was superficial
Jasmine tea is all about the wonderful, amazing fragrance of jasmine flowers in the cup!

But what about the taste? If you are used to drinking Oolong or puerh, there are good chances you will overbrew this tea and find it astringent. The reason for this is that the underlying leaves are originally green and many were cut to increase their absorption of scents. However, these cuts are why tannins are released faster in the brew. (That's also why hand harvested Oolong tastes sweeter than machine harvested Oolong).

Thus, we have to treat this tea as a very delicate green tea. To brew it well, use few leaves and don't let the leaves steep too long. Or don't use water that is too close to boiling. However, you can use the leaves several times because they contain a lot of fragrances.
It's not just my Chinese in-laws who drink jasmine tea daily, but also my parents (and especially my mother)! And they were drinking it long before I met my wife! I want my parents and parents in-law to drink the best possible jasmine tea! It's not their demand, but for me it's more than order. It's my duty as their son. And it has such a lovely fragrance...

Saturday, August 02, 2014

Beauté Orientale de Hsin Chu, juin 2014

Une plantation nouvelle de Qingxin Dapang près de Hsinchu
Quand je fais des vacances à Taiwan, j'ai du mal à ne pas rendre visite à mes amis fermiers, producteurs de thé...

Cultivar: Qingxin Dapang
Origine: Comté de Hsinchu, Taiwan
Récolté à la main au mois de juin 2014
Process: Bourgeons et petites feuilles, oxydation élevée et séchage.

Ces feuilles ont un style différent, moins torréfié, que mes Oriental Beauty de ces 3 dernières années. Cela lui donne des odeurs plus franches et ouvertes. Il est plus léger et frais également. Ce qui ne change pas, c'est le cultivar et la région de production spécialisée dans ce type de thé.
La Beauté Orientale est un thé très populaire, et cette année encore les meilleurs lots ont eu beaucoup de succès lors des compétitions. Et quand un thé se vend bien, l'offre suit rapidement la demande. Ce thé est imité et copié par d'autres fermiers de Taiwan et de Chine. Ainsi, dans le Wenshan, les plantations de Baozhong printaniers se convertissent massivement à l'Oriental Beauty en juin. J'ai eu l'occasion de tester un grand nombre de cultivars différents, mais c'est le Qingxin Dapang qui est le plus approprié. Les copies peuvent nous donner des choses nouvelles et différentes, mais rien ne vaut la finesse de l'original!
Les feuilles sèches ont des odeurs de fruits mûrs et rouges, et du boisé. Leur taille est petite.
Chaque fois qu'on passe à un thé qu'on n'a pas infusé depuis longtemps, il n'est pas rare de rater quelques infusions, le temps de bien réapprendre comment réussir ce thé. Une des clés au succès est de bien connaitre les feuilles. Pour cela, rien de tel que de les soumettre à une infusion poussée, comme le font les juges de compétition (3 gr, 15 cl, eau bouillante infusé pendant 6 minutes). Cela permet de connaitre les forces et faiblesses du thé.
Pour moi, ce batch se distingue surtout par ses odeurs franches et parfumées. Pour les faire bien ressortir, j'évite de sous-doser le thé. Pour la première infusion, je verse de haut en round pour bien ouvrir les bourgeons. J'obtiens un breuvage léger et sucré avec une impression de bonbon acidulé sur le bout de la langue. Une bonne vibration dans la bouche caractérise l'aftertaste.
Pour la seconde infusion, je verse plus lentement, mais infuse moins longtemps. Le thé gagne en profondeur et capiteux.
La clarté des infusions de couleur or est remarquable. (Je n'utilise pas de filtre!)
Pour la troisième infusion, je verse avec plus de force sur le côté. Les arômes de ce thé restent intriguants. On approche du parfum. Et ils ont la finesse d'un solo de violon de Rachel Podger jouant du Vivaldi.
Les quatrièmes et cinquièmes infusions sont plus longues. J'obtiens maintenant des arômes plus lourds et graves. Le goût reste moelleux, mais moins précis, moins net. C'est le genre de petit défaut qu'une bonne théière en zisha saurait gommer. Mais malgré tout, ces infusions continuent de me donner beaucoup de plaisir.
Cette beauté orientale est un très bon exemple de la finesse des fragrances de cet Oolong profondément naturel. On peut toujours chercher la petite bête (ou le petit criquet!) et trouver des petites imperfections dans ces feuilles. -Rares sont les OB parfaits...- Il est plus intéressant de savoir comment infuser les feuilles pour en faire sortir ce qu'elles ont de meilleur.