Wednesday, April 08, 2015

Sécheresse dans les montagnes de thé de Taiwan

Entre Zhushan et Shanlinxi
Le thé est un produit du sol, du ciel et des hommes. La terre y est l'élément le plus stable, mais demande tout de même un travail d'entretien sur le long terme. Le ciel, lui est l'élément le plus imprévisible, le plus variable. Le premier rôle du fermier/producteur de thé est de s'adapter aux caprices du ciel.

L'hiver Taiwanais est traditionnellement une saison plutôt sèche, mais cette année, les précipitations furent particulièrement rares, surtout dans le centre et le sud de l'ile. L'impact est visible sur ces photos. En effet, on remarque une teinte jaune sur les flancs de la montagne: ce sont des bambous qui souffrent de ce manque d'eau. Normallement, ils devraient être vert sombre. Au lieu de cela, on se croirait presque devant un paysage de début d'automne occidental. (A Taiwan, rares sont les arbres qui perdent leurs feuilles en automne).
Souvent, le temps se dégrade après la fête de Qingming (le 5 avril), et c'est le cas cette année aussi. Les températures sont passées de 32 degrés Celcius lundi le 6 avril à 18 degrés aujourd'hui! Mais les pluies se font encore rares... L'avantage, c'est que le thé récolté avant le 6 n'a pas manqué de soleil! Mais en plaine, les conditions furent presque estivales déjà! En montagne, il n'y a pas eu de brouillard d'après-midi, mais les températures se rafraichissent tout de même avec le coucher du soleil.
La sécheresse réduit automatiquement les rendements. La solution pour les fermiers est l'irrigation mécanique des plantations par aspersion:
Cette année, ces arroseurs sont fortement mis à contribution. Toutes les plantations de haute montagne en sont équipées. Mais comme l'eau reste rare, cette irrigation est minimale et adoucit, mais n'empêche pas, les baisses de rendement. Pour l'instant, d'après ce que j'ai pu sélectionner, je constate que la sécheresse rend le thé plus concentré et puissant, mais avec un peu moins en finesse aussi. Il sera intéressant de voir comment se déroulera la suite de la saison et comment les meilleurs Oolongs seront affectés par ces conditions extrèmes!
Baguashan, près de Shanlinxi

2 comments:

Raphaëlle Dol said...

C'est sublime !

Florent Weugue said...

C'est intéressant, ici au Japon il ne cesse de pleuvoir depuis le début du mois, entrainant retards dans les récoltes de printemps.