Friday, May 18, 2018

Baozhongs nouveaux et lecteur ancien sont là!


Baozhong 'forêt subtropicale' du printemps 2018
Environ 6 mois après le lancement de mon blog, en 2005, j'ai installé un compteur de visiteurs sur mon site. Vous n'êtiez alors que 10 à 20 à venir me lire chaque jour. C'était l'époque où chacun se connaissait dans le monde du gongfucha en ligne!

Parmi les tous premiers à me contacter il y a Emmanuel! Et, 12 ans plus tard, nous avons enfin l'occasion de déguster du thé ensemble à Taiwan, l'ile aux trésors qu'il visite pour la première fois!

Aussi, je mets les bouchées doubles pour l'accueillir dans les meilleures conditions dans un de mes lieux favori, les montagne de Wenshan. Cela tombe bien, car les nouveaux Baozhongs de ma sélection sont enfin disponibles!
Emmanuel est donc le premier à pouvoir déguster mon Baozhong 'forêt subtropicale' de ce printemps en exclusivité mondiale! C'est un thé qu'Emmanuel connait bien, car je le propose pratiquement depuis le début de mon activité commerciale.
Dans les coupes en céladon, il conserve une coloration jaune clair qui indique un niveau d'oxydation plus traditionnel que les Baozhongs ultra verts modernes.

Baozhong semi-sauvage du printemps 2018
Emmanuel m'avait demandé de boire un thé en accord avec notre lieu de préparation. C'est pourquoi aussi j'ai choisi du Baozhong issu de ce même massif forestier. Et comme Emmanuel est végétarien et très sensible aux arômes artificiels, j'ai aussi eu envie de lui faire goûter ce Baozhong semi-sauvage issu d'une plantation de thé abandonnée. Il a remarqué que les odeurs de ce Baozhong sont plus intenses.
J'ai aussi permis à Emmanuel de s'exercer à la préparation du Baozhong. Le fait qu'on s'alterne lui a permis de prendre conscience des différences entre ses infusions et les miennes. Ainsi, j'ai pu le guider pour améliorer sa technique.
L'important est d'arriver à bien ouvrir les feuilles pour qu'elles occupent bien toute la place dans le gaiwan (ou la théière).
La transparence du premier Baozhong n'avait rien à envier à ce deuxième!La qualité et la concentration des arômes sont bien au rendez-vous dans ce cru du printemps 2018. La sensation de bien-être est intense, même si le Baozhong n'est habituellement pas son thé de prédilection, me dit Emmanuel.
Dans 'Comtesse de Charny' Dumas qualifie l'odorat du "plus subtil et plus aristocratique de nos sens"! Nous n'avons pas encore envie de retrouver le commun des mortels. Nous n'allons donc pas en rester là. Notre Chaxi "Baozhongs dans la nature en fleur" se termine et laisse place à un nouveau Chaxi: "voguons sur la mer des infusions en or"!
Hung Shui Oolong de Dong Ding d'hiver 2017

Hung Shui Oolong de ShenMu torréfié par infra rouge 
Après quelques infusion de mon Hung Shui Oolong de Dong Ding en théière Duanni d'Yixing, nous passons à un thé nouveau, le Hung Shui Oolong à haute oxydation et haute torréfaction par infra rouge de Shen Mu de l'hiver 2017.

Ses odeurs de torréfaction sont si bien maitrisées que nous l'infusons en gaiwan en porcelaine!
Le silence des gestes lors de l'infusion en dit plus long que tout un discours sur la concentration et la passion du thé.
 Avec un inconnu, ce silence pourrait s'avérer gênant, mais ce n'est pas le cas quand on il s'agit d'un lecteur qui vous lit depuis 12 ans...
Les oiseaux sifflent et chantent au-dessus de nous. Les infusions plus douces et subtiles les unes que les autres nous permettent de ressentir leur libre insouciance.
 Ce furent des moments en or...

2 comments:

EG said...

I am one of the ones who come often to your blog. If you've posted nothing new, I sometimes do a search on a topic of interest and read earlier articles. The kind of hands-on experiences that you photograph and write about, teach me more about tea than can be found in books....and always inspire me to try new ways. Bravo and thanks, Stéphane, for keeping it going!
Best,
Elisabeth

TeaMasters said...

Thank you, Elisabeth!