Monday, October 21, 2013

Du thé en chemin : méthode d'infusion

Les méthodes d'infusion du thé sont nombreuses et variées. La classique traditionaliste est le gongfu cha. La simple et rustique est l'infusion dans le bol. L'anglaise est dans une grande théière en porcelaine. Le standard de compétition est 3 grammes pendant 6 minutes dans une tasse cylindrique de 15 cl...L'infusion en dilletante consiste à se préparer un thé très concentré, et de le couper avec de l'eau bouillante (d'un dispensateur d'eau chaude) dès qu'on a envie de boire du thé etc ... L'inconvénient de toutes ces méthodes est qu'elles se pratiquent difficilement lorsqu'on est chemin, loin de chez soi.

Or, durant les saisons fraiches, il est particulièrement réconfortant de se réchauffer avec une coupe de bon thé. C'est surtout le cas lorsqu'on passe du temps à l'extérieur. La solution pour pouvoir déguster du thé facilement en (presque) toutes circonstances, c'est le thermos!

C'est ce que je fis hier lors d'une promenade à la maison Lin de Banciao en compagnie d'Anne-Marie, une lectrice Belge passionnée de thé.
Bol noir de Michel François et coupe 'dragon'
Pour bien réussir ce type d'infusion et trouver du plaisir de la première à la dernière goutte, je vous recommande de bien choisir votre thé. Les plus fins et légers ne conviennent pas (exemple: thés verts, Oolongs de haute montagne non torréfiés...) On pourrait être tenté d'utiliser des feuilles de qualité et prix moyens, puisqu'on ne cherche pas à les préparer de manière optimale. Mais cela serait une erreur, car la méthode de l'infusion en thermos consiste à y laisser les feuilles. Elles vont donc infuser pendant plusieurs heures à haute température. Tous leurs arômes et toutes leurs saveurs vont donc sortir. C'est pourquoi la qualité est importante: on ne veut pas d'un thé qui devienne amer ou astringent.

Mais comme l'on va obtenir une infusion très concentrée, cette méthode ne requiert que très peu de feuilles. Ainsi, le coût d'un thé en thermos peut rester très raisonnable, et offrir des petites gorgées de plaisir étalées sur de nombreuses heures.
Hier, j'ai infusé mon Oolong Concubine organique de Feng Huang. Pour mes trajets en voitures, je prends mon puerh cru de Lincang de 2006 pour me donner la pêche. Coincé sur un siège étroit à 9000 mètres au-dessus de la terre, j'aime ressentir le calme harmonieux d'un de mes vieux puerh en vrac. Et pour un parcours matinal, mon Dian Hong me contente avec sa chaleurs et ses arômes gourmands. Un Hung Shui Oolong à forte torréfaction donne aussi de très bons résultats. Le faible dosage est la clé de la réussite. Il variera d'une personne à une autre, en fonction de vos goûts. Je ne peux donc pas donner de règle, mais juste un conseil de commencer vos tests avec vraiment très peu de feuilles et d'en rajouter la prochaine fois si vous avez trouvé votre infusion trop fade.

Comme vous le voyez sur les photos ci-dessus, je n'ai pas bu le thé dans la tasse qui sert de couvercle au thermos. Une coupe en porcelaine a un rendu bien meilleur que le plastique! Et elle ne prend pas beaucoup de place!

Il est parfois surprenant de redécouvrir ses thés, poussés ainsi dans des infusions extrèmes en longueur.  Le goût est accentué et tout semble magnifié, comme une musique jouée à puissance maximale.


2 comments:

Fil said...

Great post! I have been pondering how I could drink the type of tea that I will really enjoy to work, where I can't really stop to brew using gongfu cha methods, or at all for most of the day. Will definitely experiment with this, particularly over the winter months ahead. Thank you,
Philip

Stephane said...

Philip,
Thanks for leaving a comment. Good luck experimenting!

Stephane