Friday, October 24, 2008

Terre et Feu

Une des plus grandes joie d'écrire ce blog, c'est de rentrer en contact avec d'autres passionnés de thé. Et cette joie est décuplée lorsque ces personnes créent des accessoires au service de notre passion. Après Michel du blog Teajar et Ginkgo du blog Tpots, aujourd'hui, j'ai la chance de vous présenter le travail de David Louveau de la Guigneraye du site Terre et Feu.

Terre
Au début était la terre. C'est la matière primaire et charnelle de la vie.

Celle de La Borne (région Centre, proche de Sancerre!) est riche en grès. Ensuite, il faut la travailler, la tamiser, la laisser reposer. C'est un travail dur et physique comme on a peine à l'imaginer quand on passe, comme moi, trop de temps assis devant un écran plat.

Ci-dessous, le résultat du travail de cette terre: ces magnifiques galettes (!) de glaise:
Puis vient la rencontre entre cette glaise et les mains du potier. La modestie de cet artisan trouve aussi son inspiration dans The unknown craftsman de Soetsu Yanagi. Il ne cherche pas les formes nouvelles, modernes et innovantes. Il cherche le naturel, l'utile, l'intemporel.
Ici, ces théières grises n'ont pas encore été cuites. Elles apparaissent encore un peu ternes et figées.
Feu
Pour leur insufler le souffle de la vie, ces pièces de terre vont passer par le bâptême du feu. C'est l'ultime force brute de la nature. C'est la force du soleil, l'astre en feu (cliquez pour voir le soleil comme vous ne l'avez jamais vu!) qui nous éclaire et fait pousser les plantes. Le feu primaire nous ramène aussi au moment où l'homme s'est distingué des animaux en maitrisant les flammes.

David utilise des fours à bois anagama. Ce sont des fours en forme de cave creusée dans le sol. Les fours chinois de la dynastie Sung furent construits sur le même principe. On est dans des méthodes traditionnelles millénaires. Une cuisson peut durer 6 jours pendant lesquels il faut continuellement alimenter le feu.
Pour cette cuisson en grand four, ci-dessous, David a utilisé 20 mètres cubes de bois pour cuire des pièces concentrées sur un volume de 2,5 mètres carré. A l'ouverture du four, on se croirait à Pompéi, sous les cendres du Vésuve. La température y a monté à plus de 1250 degrés!

Terre et feu
David m'a envoyé des pièces de sa grande cuisson (on a fait un échange thé contre poterie). Ci-dessous, vous voyez d'abord une coupe sans émaille. Elle pèse 91 grammes et peut contenir 5 à 6 cl si on la remplit normalement. (La photo est prise à la lumière du coucher de soleil). Ses variations de couleurs sont l'effet du feu et des cendres qui lui sont tombées dessus. Elle brille, mais pas uniformément. On prendrait cela pour de l'émaille, mais il n'y en avait pas. Les pièces étaient ternes, grises au départ. C'est le feu et l'absorption des cendres qui lui a donné des couleurs (et de la vie!).
Voyez aussi les superbes effets sur ce bol. On se croirait un peu en train d'admirer les bols présentées sur le blog de Mattcha. Ce n'est pas une coïncidence: David est allé Corée pour se perfectionner.
Ce qui ressort de ce bol, c'est la force brute et naturelle de la terre et du feu. Meilleur nom ne pouvait être trouvé pour décrire la force que dégage ces pièces. (D'autres suivront la semaine prochaine).
Je finis juste cette article par cette théière (issue de la cuisson en petit four, plus contrôlée et donc aussi moins violente). Superbe!
(Petit conseil à mes lecteurs français: de tels poterie conviennent particulièrement au puerh cuit. Les poteries de Terre et Feu sont des pièces uniques et se vendent à des prix (encore) ridiculement bas pour des objets d'une telle vérité, faits avec des méthodes si traditionnelles. Ne tardez pas à lui passer commande!)

7 comments:

ginkgo said...

C'est un régal de voir ce travail, si fort, si "vrai". La couleur de la terre au sortir du four anagama est splendide et laisse sans voix !Cette coupe est superbe. Tout ceci me donne envie d'aller faire un petit tour de ce côté de la France ...

T.alain said...

Splendide tout simplement....
Inspiration coréenne...Matt sera bien sûr interessé par ce travail exceptionnel.
Merci Stephane.

Trajan said...

Tout simplement bluffant ! Bravo, va falloir faire un tour dans le grand nord j'en ai peur.

Michel said...

Wahouww!!

C'est tout simplement magique.
Que c'est beau de savoir que la Borde revibre avec tant de noblesse et de sensibilité.

David Louveau said...

Je viens tout juste de lire les differents commentaires sur mon travail, je suis profondement touché,
bienvenue chez moi, à qui aime la terre,j'ai toujours un coin feu, de l'eau et de bons thés de Stephane à partager.

Merci Beaucoup,

David

Soïwatter said...

C'est vrai que c'est tout simplement magnifique... Et celles sur son site sont encore plus belles...

SoL said...

heureuse connexion entre La Borne et le thé, Stéphane. Le village est situé par ailleurs sur la route des vignobles du Sancerrois, pour pousser la connexion gourmande !