Monday, July 13, 2009

2009 Top Beauté Orientale de Taiwan

Les photos de cette plantation datent du 30 juin, la veille d'une nouvelle récolte d'Oolong Beauté Orientale dans le comté de Hsin Chu. C'est de ce même champ que provient mon meilleur grade (top), récolté le 22 mai 2009 à la main naturellement. Le cultivar employé ici est le Qingxin Dapa (aussi dit Dapang). D'après mes expériences passées, c'est celui qui convient le mieux à ce thé.
On voit quelques collines, mais il s'agit bien avant tout d'un thé de plaine. C'est ici que l'on trouvera le plus d'insectes et que le savoir-faire des fermiers s'est concentré sur cette récolte de la fin du printemps au début de l'été. (On y fait aussi du thé vert au début du printemps et du thé rouge à la fin de l'été avec les feuilles de ces arbres, mais c'est cette récolte de Beauté Orientale qui est la plus passionnante).
Cette année fut particulièrement sèche au printemps et chaude au moment des récoltes. La production de cette année est inférieure à la normale.

Heureusement, notre fermier a équipé cette plantation relativement récente avec un système d'arrosage (photo du gicleur ci-contre). De nombreux arbres seraient morts de soifs sinon, comme j'ai pu le voir dans d'autres plantations sans arrosage.

Mais malgré cette petite aide technique pour l'eau, les méthodes employées ici restent traditionnelles et respectueuses de la nature.

Le fermier est à l'oeuvre avec sa houe pour désherber entre les rangées de théiers. Ces herbes se décomposeront sur place pour fournir de l'engrais à la terre.

Sur une autre plantation, j'avais photographié un fermier (plus jeune) utiliser un coupeur d'herbe actionné par un moteur à essence.

Pépé, ici, fait cela à la main. Et il fait chaud. Et c'est une grande superficie.

Il a plus de 80 ans! Mais il ne les fait pas vraiment. En tout cas, j'aimerais bien avoir la forme qu'il a à son âge! Et pas une goutte de sueur! Rien que de le regarder, je transpirais. Ces vieux paysans sont faits d'une autre trempe. Chapeau!

Voyons maintenant le thé qu'il nous fait ce 22 mai 2009. Les feuilles sont petites. C'est un lot qui ne contient pratiquement que des bourgeons. Les couleurs sont variées et expressives.

Pour cette qualité exceptionnelle, j'arrange un Cha Xi en conséquence. Même si c'est pour tester 3 grammes pendant 6 minutes dans de la porcelaine, je compose une ambiance estivale: fond bleu, carré rouge fleuri et un 'sashiko' de vagues dans l'eau.


L'infusion est limpide, orange foncé comme un début de coucher de soleil sur l'océan.

Les odeurs sont pures, concentrées, chaudes, sucrées. Il y a un peu de litchi, de melon, de pastèque, et de parfums exotiques fins. Je note aussi un peu de 'madérisation', des notes d'oxydation poussées dues à la forte chaleur. Et bien sûr, dans ces notes particulières de parfums, on a celui de la plante mordue par les Jacobiasca formosana Paoli.

Au goût, nous côtoyons la perfection: l'entrée en bouche coule droit, sans accroche, comme de l'eau de source. Elle glisse aussi dans la gorge. Entre la bouche et la gorge, une impression de sucré et de finesse. Cette impression perdure jusqu'à la prochaine gorgée, qui ne saurait tarder, car le corps tout entier la réclame.

Conclusion: Pureté, concentré, douceur et chaleur caractérisent ce thé. Ce niveau de raffinement est destiné à la compétition pour les meilleures Beauté Orientales. Mais le fermier est alors obligé de le mélanger avec plusieurs autres lots afin d'arriver aux 20 kg qu'il faut pour participer au concours. Bien faits, les mélanges peuvent équilibrer des faiblesses pour des thés moyens, mais à ce niveau, cela aurait été dommage de briser son unité, sa pureté. C'est de là aussi que vient l'impression de calme, de bonheur que l'on a lorsqu'on est allongé sur la plage, sous le soleil, face aux vagues de la mer.

2 comments:

Hélène said...

Superbe "documentaire" !! Merci Stéphane ! La qualité de tes photos se remarque avec ton nouvel appareil !
La couleur des feuilles de thé infusées rappelle la douce teinture du soleil d'été ... Hum !! Il manquerait le son des magnifiques vagues de ton sashiko !...

yunnan said...

Merci Stéphane, j'ai le sentiment d'être avec toi auprès de ce Mr,qui travaille son magnifique champs de thé!
J'adore l'idée d'en savoir plus sur les personnes qui produisent notre nectar favoris. Ce sont ses petits détails qui me poussent tous les jours à te lire.