Tuesday, January 17, 2012

Optimiste : le retour du printemps

Les Chrétiens fêtent la lumière à Noël, la naissance de Jésus, juste 3 jours après l'équinoxe d'hiver! En Chine, on fête le retour du printemps dès fin janvier ou début février (selon le calendrier lunaire), au plus froid de l'hiver! J'y vois là une qualité humaine universelle : l'optimisme. Plutôt que de se morfondre et de se plaindre de l'obscurité, du froid, des plantes au repos (et l'absence de nouvelles récoltes), ces fêtes traditionnelles et familiales nous donnent courage et chaud au coeur!
Aussi, à la faveur d'un rayon de soleil, j'ai aujourd'hui eu le plaisir de célébrer "le retour du printemps" avec mon Oolong de Qi Lai Shan.   

Etre optimiste, c'est voir la vie du bon côté. Ainsi, le froid humide hivernal est une opportunité d'utiliser mon Nilu et d'y faire un feu de charbon de bois pour chauffer l'eau de ma tetsubin. Une demi-heure me suffit maintenant pour faire arriver l'eau à ébullition. Et, une fois lancée, l'eau chauffe presque instantanément. (Par contre, les braises demandent une attention constante: une petite braise a un peu noirci mon Cha Bu aujourd'hui).

Mon Cha Xi de retour du printemps fait donc la part belle aux plantes et au vert. La plupart des accessoires sont des céladons clairs réalisés par David Louveau. Un petit bol comme bateau à thé. J'utilise un support du set lotus pour la théière.

Comme j'utilise une petite théière en zhuni des années 90, je n'ai pas besoin de tant de feuilles. Voilà tout ce que j'ai utilisé. Aussi, j'infuse plutôt longuement (une minute et plus).

Ce choix d'une théière plutôt qu'un gaibei s'explique aussi par la saison. En saison froide, maintenir les feuilles à une haute température est crucial pour réussir son infusion. La glaise garde mieux la chaleur que la porcelaine. De plus, je bois un thé que je connais déjà bien, pas un nouveau thé que je chercherais à analyser.

La couleur jaune claire vire sur le vert dans les coupes qingbai. Belle transparence. Beaucoup de légerté et de fraicheur au passage dans la bouche. Puis, une sensation intense de clarté et d'énergie. Pour finir, une fine douceur toute en longueur.

Les arômes intenses et frais me transportent au printemps, dans un pré en fleur.

La force de ces feuilles de très haute montagne se manifeste et confirme mon optimisme:

Le printemps est revenu!

7 comments:

Philippe de Bordeaux said...

Un article rafraichissant d'optimisme.A l'image de la clarté des infusions.Je ne connais pas encore ce Gao Shan 2200m,le Bi Lu Shi m'a frappé tout en douceur.Au delà du Da Yu Ling il doit faire partie des parcelles les plus hautes du pays.
Pour faire court et simpliste de part mon expérience&à mon gout plus c'est haut plus c'est beau fort et intense!Li Shan Da Yu Ling Bi Lu Shi ...présentent de caractères inimitables par rapport à un Luanze Gao Shan d'Ali Shan poussant mais on peut dire l'inverse à chacun ses qualités propres.Ce qui est intéressant c'est de sentir toutes les subtilités et différences,variations d'un terroir à l'autre.Une eau préparée de cette manière avec Fonte et Tetsubin à l'appui en Zhu Ni de surcroit cela doit être Extra en terme d'équilibre en tasse.Je trouve que l'after taste est plus long et profond avec ce type d'eau douce un peu ronde tout en préservant l'arôme et les saveurs.
Une autre dimension.
à suivre...
Salutations.
(Le Tea Boat de David Louveau quelle classe!Simple élégant fin & le set qui va avec est remarquable lui aussi; à suivre aussi!)

Jesse said...

I've just finished sampling all the different teas I ordered from Stephane and this fine brew turned out to be my favourite.

Hopefully this year will be kinder to high mountain teas.

Happy holidays!
Jesse

Stephane said...

Merci Philippe and Jesse.

Oui, les plantations de très haute montagne (au-dessus de 2000 m) ont le meilleur potentiel de puissance. Mais, elles aussi sont tributaires du temps. En 2011, la pluie a eu un impact défavorable sur les récoltes de Lishan et de Da Yu Ling (au printemps et en hiver!). Par contre, Shan Lin Shi et Ali Shan ont pu échapper à ces précipitations. Cet Oolong de Qilai, récolté en avance, est l'un des rares Oolong de plus de 2000 mètres à avoir connu le beau temps durant sa récolte.

Jesse,
Actually, the cold weather was quite good for tea plantations this spring. The trees had a longer time to rest. The rain only impacted the end of the spring season (Li Shan and Da Yu Ling).

Jesse said...

Thanks for clearing that up.

So with this extra resting period do you think the flavour is more concentrated then it usually would be?

How would you say the rain affected the two mountains? I found one article that mentioned the increased rain (in india) allowed for a pest infestation.

Philippe de Bordeaux said...

Merci.

Hektor Konomi said...

Stephane, I don‘t think the winter is such big a deal in Taiwan, is it?
:-)

Stephane said...

Jesse,
More rest meant indeed more concentration of flavors.
And rain makes tea less clear.

Hektor,

Of course, winter in Taiwan isn't as big a deal as in Europe or the US. It never snows in the plain. It's not so much the temperature that bothers, but the long long time of constant clouds and greyishness. This year, in Taipei, the sun disappeared for weeks if not a month!