Thursday, January 05, 2012

Appel à témoin: évolution du Hung Shui Oolong d'hiver 2008

Summary: Has anyone else noticed how this tea now smells like osmanthus flowers?

 Cette semaine, j'ai infusé ces feuilles d'un Hung Shui Oolong de Dong Ding, récolté en novembre 2008 (hiver). Il s'agit d'un Oolong qui fit parti de ma sélection, mais qui n'est plus disponible depuis un bon moment. J'ai conservé ce thé dans son paquet en plastique d'origine entamé, fermé avec une pince et placé dans une grande jarre en porcelaine avec d'autres Hung Shui Oolongs. Ainsi, il a une double protection pour mieux le protéger.

C'est fin juin que je l'avais bu pour la dernière fois, en compagnie de 2 amis. Il avait été normal, avec ses odeurs équilibrées de torréfaction et de fraicheur.

Mais cette semaine, c'est un tout autre thé que j'ai découvert dans ma coupe. Les fragrances sont se mues en fleur d'osmanthus! Ce bouquet fleuri persiste sur plusieurs infusions et le goût semble encore plus doux et glissant qu'avant! Je n'en reviens pas encore de cette transformation si radicale.

Ayant gardé un autre paquet sous vide, lui, je me demande si ces feuilles se sont également transformées. Or, leurs odeurs sont plus semblables à celles que je connaissais. L'odeur d'osmanthus semble à peine pointer son nez. Cela me donne une bonne confirmation que cet Oolong reste plus stable sous vide. Mais, cela signifie aussi qu'une telle conservation ne le bonifie pas autant qu'au contact d'un peu d'air dans une jarre en porcelaine.

Et dans les conditions de Taiwan, dois-je ajouter! Aussi, je me demande si d'autres lecteurs ont fait la même expérience avec ce Hung Shui Oolong de 2008. A-t-il aussi une forte odeur d'osmanthus chez vous maintenant? (Ou bien l'avez-vous fini rapidement?) 
En comparant avec d'autres Oolongs torréfiés, je remarque aussi que cette bonification n'est possible qu'avec des feuilles dont la torréfaction n'a pas brulé (voire carbonisé) les feuilles. Sinon, on obtient des odeurs trop fortes qui ne partent plus. La torréfaction de mes Hung Shui Oolongs respecte donc un juste équilibre, et leur donne un potentiel de conservation fantastique.

Merci d'avance pour vos commentaires!

Ajout du 9 janvier: merci à Philippe du blog Addicttea pour tes notes de dégustations qui relèvent ces odeurs d'osmanthus dans ce thé. 

3 comments:

Steph said...

Love the steam coming off the clay pot!

Philippe de Bordeaux said...

En attendant la suite en infusion-dégustation...elle fut magique sous le soleil bordelais.Ce thé est un régal&Lumière.
Merci Cher Stéphane pour le choix dans la qualité de ta sélection des Hung Shui auxquels tu sembles porter une attention toute particulière;pas si étonnant avec des Oolongs aussi complexes à réaliser mais au final c'est une explosion de saveurs entre autres.Je prépare mon p'tit roman photo le concernant et t'encourages à continuer le vieillissement de thé de si grandes qualités.
Une question qui me taraude:qu'en est -il de la conservation des Gao Shan Cha Luanze Hung Shui type ton excellent Shan Lin Shi?Evoluent-t-il différemment?
Merci.
à bientôt.

Stephane said...

Thanks Steph!

Philippe,
Merci pour ton commentaire et ton article. Je n'ai pas encore assez de recul pour le Hung Shui Oolong de Shan Lin Shi. Mon plus vieux est du printemps 2010, moins de 2 ans. Je n'ai pas encore constaté un changement si radical. L'évolution se fait pour l'instant linéairement vers plus de finesse.