Tuesday, January 13, 2009

Hiver 2008 Hung Shui Oolong de Dong Ding

Récolte manuelle: Fin novembre 2008, durant les premiers jours froids.
Origine: Feng Huang, Dong Ding, Taiwan
Théier: luanze (qingxin) Oolong
Process: Hung Shui Oolong traditionnel (oxydation un peu plus forte que pour les Oolongs de haute montagne et 3 longues torréfactions à basse température en l'espace de 2 semaines).

L'odeur des feuilles sèches évoque la noisette et me fait rapidement saliver. On voit bien que la couleur est plus sombre et brune que pour un Oolong de haute montagne. Les feuilles sont plus petites aussi.

Premièrs tests en zhong avec 3 grammes.

La couleur de l'infusion est d'un jaune doré clair et brillant. On sent le miel, le riz soufflé et d'autres choses que je vous découvrir. Le plus étonnant est le goût pur, rond, sucré et d'un calme olympien qui laisse ensuite place à des impressions fraiches. Ce thé glisse tout seul. Son long finish est soyeux et fin. Sa torréfaction (par un vieux maitre) est moelleuse à souhait. Elle contrebalance exactement la fraicheur et le fruité de cet Oolong.

Les feuilles ouvertes sont de grande qualité. On y trouve de nombreux bourgeons et quelques feuilles mangées par les insectes! En effet, avec la chaleur de début novembre, les petits criquets croqueurs de Beauté Orientale ont été actifs à Dong Ding. C'est assez rare pour être remarqué, et cela contribue à la qualité et à la complexité de cet Oolong traditionnel.

Conseils d'infusion: vu sa finesse, je conseille de n'utiliser que très peu de feuilles et de longues infusions. En porcelaine, l'important est de bien préchauffer et d'avoir une eau juste bouillante pour les premières infusions (car il s'agit d'ouvrir les feuilles). Aujourd'hui, avec 18 degrés dans mon appartement, la porcelaine a refroidi très rapidement et le thé fut léger. En théière en zhuni, les pertes de chaleur sont moindres. Ainsi, j'ai obtenu plus de corps et de profondeur avec ma théière Xishi (couleur un peu plus foncée). 

Conclusion: ce Hung Shui Oolong de Dong Ding fait honneur a son glorieux passé. Il est pur, doux et calme, des qualités que l'on retrouve dans les bons vieux Hung Shui Oolongs. Pour moi, il n'y a pas de doute qu'il a toutes les qualités pour se bonifier, pourvu qu'on le garde bien à l'abri dans une jarre en porcelaine. Mais le plus dur est de ne pas le finir une fois qu'on a commencé à y goûter! (Son prix au gramme est le double du Dong Ding 'classique', mais je le propose en paquet de 50 gr.)

6 comments:

Soïwatter said...

Je ne vais plus pouvoir résister jusqu'à l'arrivée de mon colis après une description comme celle-ci: j'en trépigne déjà d'impatience. Tu ne m'avais pas dit que tout dans ce thé méritait le voyage. Heureusement que je me suis laissé tenter!

Ainsi, les petits criquets aux yeux globuleux ont fait des leurs? C'est étonnant que tu dénote la rareté du fait. Là tu m'intrigues... N'est-ce pas le même producteur qui produit le Guei Fei Cha, lui aussi mordu par les jassids?

Comme toujours les photos sont magnifiques. J'aime particulièrement le Za Fang. Il me rappelle des céramiques de la période Song que j'avais eu la chance de voir lors d'une exposition, et j'adore les œuvres de cette période.

Stephane said...

C'est un autre producteur, plus expérimenté encore (pratiquement retraité).

Merci pour ta remarque pour le Za Fang en Jun Yao. Je l'ai choisi car sa couleur bleue va bien avec le Cha Bu et les taches pourpres s'accordent avec mes fleurs. Et le bleu du Cha Bu est comme un ciel et le thé doré dans la tasse comme le soleil. En ce jour gris et frais, c'est l'ambiance (et le thé) dont j'avais besoin pour me réchauffer le coeur et le corps! Un doux nectar d'hiver...

ginkgo said...

splendides images ...quel beau tableau avec le violet -mauve des fleurs...et les feuilles de ce thé sont aussi magnifiques, à longues tiges...
noisettes, blé soufflé ...il m'a l'air très savoureux

Terence said...

Stephane,

I am enjoying that hung shui november 2008 oolong quite a lot, it reminds me of your dong ding classic spring 2008 which was sold out, not sure if you agree or not just wanted to hear your opinion. The current dong ding is enjoyable too, quite fruity and sweet but not the same as the spring one.

The skill in controlling the roast and oxidation involved in tea making must be enormous, I had other taiwan oolongs but honestly something wasn't right about them when you drink them (not yours) either too vegetal/sulphury or bland or burnt. The H.S oolong (yours) seems imho just right almost tasting like a broth/soup, not sure how to describe it.

I hope my rambling isn't boring you.

Jacie said...

Stéphane, tu parles de pureté : oui, il y a beaucoup de pureté dans els parfums, beaucoup de finesse aussi. Un mélange de saveurs torréfiées et fruitées, suaves, long en bouche et chaleureux dans la théière. Les parfums sont bien développés.
Il y a un bon potentiel
fruité aromes fondus ronds

Ce thé est un bon intermédiaire entre le dong ding classique et le bai hao hsin shou : le moelleux du dong ding classique, le parfum du hsin shou
C'est un thé qui fera partie de ma prochaine commande.

Israel said...

It's all in the aftertaste! This is an interesting tea, Stephane. Aroma on the gaiwan lid is candy-sweet. Initial taste is very light but then I am knocked over by the cooling huigan that hangs in the throat for a full two minutes. A shocker because the tea is so fine and light at first. Thank You.

Israel