Friday, September 07, 2012

Oolong aux orchidées


Cultivar: Luanze (qingxin) Oolong
Origine: Dong Ding, Nantou
Récolte: printemps 2005

Process: Hung Shui Oolong (torréfaction moyenne et douce). Puis, ces feuilles de thé ont été parfumées au contact de plusieurs milliers d'orchidées. La présence des fleurs suffit pour que le thé s'imprègne de leurs odeurs. Telle est la méthode traditionnelle. Aucun additif, parfum ou huile n'a été utilisé.

Ce thé fut conservé sous vide. Ce fut une production unique, destinée à une grande marque (de soins pour femmes) pour le lancement d'un de ses produits. Mais je préfère ne pas m'attarder sur l'histoire autour de ce thé. L'essentiel sont ces feuilles baignées d'une odeur fleurie délicate et raffinée.

3ème infusion
Pour bien l'infuser bien, j'opte pour la porcelaine (l'argent aurait été meilleur, mais trop rares sont ceux d'entre vous à avoir une telle théière...). D'habitude, avec le Oolong, on prend de quoi bien remplir le gaiwan et on fait des infusions courtes au départ. Mais ce thé n'est pas ordinaire ; j'en prends à peine 2 grammes (exceptionnellement, j'ai même fait la pesée!) et l'infuse 10 minutes!

Le résultat est sucré et soyeux. Une liqueur tout en rondeur glisse dans le palais et n'y laisse que des arômes chaleureux et fleuris. La frontière entre le thé et l'orchidée est abolie. On ne saurait dire où commence l'un et où s'arrête l'autre.
Telle est la raison pour laquelle je place mes coupes entre le Cha Bu et la natte de bambou. Ce thé se situe entre 2 mondes, fleurs d'orchidée et feuilles de thé. Le féminin fleuri et le masculin du Hung Shui Oolong. L'un complète l'autre. Les feuilles ajoutent un supplément de fines fragrances, tandis que le Oolong prolonge le bonheur de ces arômes en bouche. Une impression dorée, lumineuse et radieuse se maintient dans l'arrière-goût sans fin. Sucre candy!

Et elles sont nombreuses! On aurait pu penser que le thé serait épuisé après une première infusion si longue, mais j'en tire encore plusieurs de ces feuilles. On remarque que les tiges ont été triées et retirées de ce thé (cela concentre encore plus les arômes). Elles s'ouvrent complètement, signe que leur torréfaction fut longue et à basse température.

J'avais eu l'occasion de goûter ce thé en 2005. Avec le temps, les odeurs fleuries n'ont pratiquement pas perdu en intensité ou fraicheur. Par contre, le goût est devenu nettement plus moelleux et concentré.
Disponibilité réduite: maximum 25 grammes par personne.

Oncidium 'pluie d'or'

4 comments:

merlin said...

Bonsoir Stéphane !

Merci pour cette dégustation partagée ! J'aurais deux questions à te poser : quel set de ta sélection utilises-tu pour tes dégustations ? Et quel est le prix aux 25 grammes de ce fameux thé fleuri ? Ton article m'a donné envie de goûter à ce mélange qui parait si bien coordonné.

Amicalement,

Merlin.

Stephane said...

Bonjour Merlin,

Je t'ai envoyé ma nouvelle sélection.
Sinon, ici j'utilise un gaiwan blanc ivoire et mes coupes 'dragons' de De Hua.
Merci pour ton commentaire.

Shiokoji said...

Il semblerait que l'infusion "normale" des oolongs se fasse avec une quantité importante de feuilles, infusées successivement pendant de courtes durées. Je ne saurais affirmer si c'est la meilleure. Ainsi, parfois, je préfère mettre peu de feuilles et, comme toi avec ce oolong, les faire infuser longtemps, l'éventail des arômes est alors plus large.

Un bouquet n'est-il pas plus beau avec plus de fleurs que de feuilles...?

Stephane said...

Pour moi, c'est un des facteurs importants pour déterminer la qualité d'un Oolong. Meilleur il est, plus je l'apprécie en infusion longue.