Saturday, September 14, 2013

Puerh cru 8582, le nouveau collector

Les vieilles galettes (Hongyin et Luyin) des années 50 et 60 se font de plus en plus rares (et leurs prix de plus en plus astronomiques). Aussi, les buveurs chinois se tournent vers leurs équivalents des années 70 et 80. Il s'agit de la galette 7542, mais aussi de cette galette 8582. En effet, durant ces années de production encore contrôlée entièrement par la CNNP, la société d'Etat, c'est la fabrique Menghai qui apparait aux amateurs chinois comme l'héritière de ces vieux puerhs mythiques. Et maintenant, avec le recul du temps (de stockage et de maturation), ces galettes se distinguent de plus en plus par leur qualité.
En ce qui concerne la '8582', le 85 représente l'année de la création de la recette de cette galette (1985). Il ne s'agit pas de l'année de fabrication. Cela introduit une complication, car chaque année, Menghai a produit des galettes 8582, et la mention de l'année de fabrication sur la galette est une obligation très récente. La première difficulté consiste à identifier l'âge de cette galette. Celle-ci, par exemple, date de 1988-89 environ.

Le second 8 représente le grade des feuilles. Avec un chiffre élevé, nous sommes donc en présence de feuilles assez grandes, et relativement peu de bourgeons. Ce type de feuilles semble donc bien convenir à la conservation sur le long terme.

Le chiffre 2 représente la fabrique Menghai.
Cette galette est très belle et bien pressée. Longtemps entreposée à Taiwan, elle se laisse délicatement décortiquer sans briser les feuilles. Elle a encore un peu d'odeur d'entrepôt, mais de moins en moins.
Pour une première déustation chez moi, j'opte pour mon gaiwan blanc ivoire et 3 coupes Dehua. Le chabu brun me plonge dans une ambiance automnale teintée d'humus. Le bol puncheong de David Louveau m'évoque aussi un naturel fait de terre...

Comme il s'agit d'une infusion test, je pèse 3 grammes de feuilles. (Je réussis à obtenir ce poids dès mon premier essai, sans ajouter ou retrancher de feuilles! C'est le genre de petite victoire anecdotique qui me mets de bonne humeur!)

On voit un peu mieux les feuilles et le fait qu'il s'agit d'un mélange. Les fragrances de camphre et de vieux bois dominent.
Je ne rince pas les feuilles. L'inspection de l'emballage m'a convaincu de la propreté de son conditionnement.

Pour la première infusion, je verse l'eau bouillante avec force et laisse infuser plusieurs minutes. Comment va-t-il se comporter dans cette situation extrème?
L'infusion est d'un brun-rouge saturé et brillant. La transparence de l'infusion est très bonne. Les odeurs sont intenses et nettes. Camphre, vieux bois, menthol. La liqueur semble épaisse et pure à la fois. Il n'y a pas de résidus désagrébles présents en bouche dans l'aftertaste. Je ne m'attendais pas à une infusion aussi lisse et harmonieuse en gaiwan en porcelaine!

Les feuilles se sont ouvertes, mais renferment encore pas mal de potentiel. Je passeà la seconde infusion.

Le goût a une douceur et un moelleux d'une grande qualité. Je décelle aussi une petite odeur de lard fumé chinois qui permettrait de beaux accompagnements culinaires... Les odeurs sont puissantes, mais le goût reste fin et doux. Une fraiche sensation mentholée couronne le tout sur la fin.
Première infusion
La seconde infusion est un peu plus claire que la première. Je n'y vois toujours pas de défauts.
Seconde infusion

Le seul défaut d'un vieux puerh si bon et si célèbre est son prix. Les collectionneurs Chinois ont fait monter celui-ci à 5000 USD la galette. C'est pourquoi leurs marchands viennent à Taiwan pour racheter des stocks entiers de ces galettes. Leur plus grande crainte est d'acheter une contrefaçon (sans le savoir).
Quatrième infusion
Une des meilleures façons de bien acheter du puerh ancien est d'avoir pu former son palais avec de très bonnes feuilles aux origines et âges clairement définis. On remarque ainsi que la qualité des feuilles est primordiale.
Puisque les puerhs de 20-30 ans sont déjà très chers et que les puerhs très récents le sont aussi (comparativement), je pense que l'attention des collectionneurs chinois va bientôt se tourner sur les puerh de 7-12 ans. Ils ont déjà quelques années de vieillissement derrière eux: on peut donc mieux estimer leur trajectoire, leur potentiel de bonification. De plus, leurs prix n'ont pas encore connu de forte hausse.
Ce puerh 8582 donne une bonne idée de ce qu'on veut trouver dans un puerh cru âgé. Ces caractéristiques n'apparaissent pas d'un coup. Certaines sont présentes dès le départ, tandis que d'autres se développent ou s'affinent avec le temps.

3 comments:

Miss Tea Delight said...

Hi Stephane, one quick question, how can we establish the pu'er code of 8582 in your case here?

I couldn't resist the temptation of taking some photos of a very similarly packaged pu'er cake of mine here: http://miss-tea-delight.blogspot.com/2013/09/the-puzzling-language-of-puer.html

A tea which I have had since 2009 and quite like.

Please feel free to comment if I have misinterpreted your message in French.

Stephane said...

Hi Miss Tea Delight,

It's a good question, since this code wasn't printed on early, standard CNNP wrappers.
First, you can TRUST the information of the seller: he should know what he has bought!
But then, you should also VERIFY if it's true or not. Ideally, you would have a similarly old 8582 in your collection to compare it to. Or you know a tea friend who has some and can provide some for comparison.

Miss Tea Delight said...

Thumbs up for such dedication ;-)