Monday, January 20, 2014

Julie ne peut pas sentir Valérie


Dong Pian Oolong
Coïncidence. Cette année, ce n'est pas une, mais deux concubines Oolongs que j'ai dans ma sélection! Aussi, il n'est pas toujours facile de savoir à quel sein, thé se vouer!  Mais aujourd'hui, je ne parlerai ni de scandale, ni de mes 2 concubines Oolong au pays des scooters (si nombreux à Taiwan...). Mon histoire est bien plus invraisemblable encore qu'une histoire de Guei Fei (concubine favorite).

Lors d'une classe hebdomadaire chez mon maitre de thé, une de ses étudiantes (appelons-la Valérie) émet un avis négatif sur le thé que nous dégustons. Elle trouve que son thé ne sent pas grand chose, et surtout que sa coupe vide perd vite de ses arômes. Son 'beidi' (le fond vide de sa coupe de thé) ne sent presque rien, alors qu'un bon thé saura garder une bonne odeur, même la coupe vidée.

Nous (les autres élèves) ne sommes pas d'accord avec elle. Dans nos coupes vides, il y a encore une bonne odeur qui subsiste. Valérie fait alors circuler sa coupe et nous pouvons effectivement constater que nous n'y sentons pratiquement rien. Littéralement, nous ne pouvons la sentir!

Pourquoi? Elle vient pourtant de déguster le même Oolong, dans la même coupe que nous, au même endroit... Nous avions déjà fait l'expérience que deux personnes qui préparent le même thé obtiendront des résultats différents. Mais c'est la première fois que nous constatons que la même coupe aura une odeur différente selon la personne qui la boit!

Teaparker avait remarqué cela il y a quelques années déjà et put nous donner l'explication: le simple fait de toucher la coupe avec ses doigts et ses lèvres va avoir un impact sur la coupe. Une partie de l'odeur de notre corps va entrer en contact et altérer l'odeur du thé. Or, chaque personne a une odeur unique, plus ou moins forte. Et cette odeur varie aussi avec notre santé. Et il se trouve justement que 'Valérie' avait eu pas mal de stress récemment et était bonne pour une visite chez le médecin. Voilà qui explique pourquoi elle trouve son thé si fade. L'odeur de ses mains et de sa bouche a annihilé, absorbé les fragrances de son Oolong!
Le thé est un breuvage hyper sensible. Sachons bien le comprendre. Parfois, ce n'est pas sa faute si on ne peut pas le sentir!

5 comments:

Vanessa said...

Impressionnante histoire!

Hélène said...

L'expérience dont vous avez été témoins et éloquente !
Personnellement,j'ai pu également constater que nous influons les molécules odorantes, par "contact" plus ou moins direct, davantage par notre propre présence attentive à elles lors d'élaboration de "partitions "olfactives !
Les mêmes compositions odorantes peuvent se comporter de manière différente en fonction des personnes qui les réalisent : le résultat final devient alors autre.
Nous abordons une dimension quantique ...
Il est intéressant que tu soulèves le fait que "Valérie"était stressée ...ce type d'influence sur "la matière" dépendrait donc d'un déséquilibre ...
Par ailleurs, la question de la dégustation pourrait-elle être véritablement objective, quand chacun de nous perçoit et appréhende différemment les odeurs, les goûts, les saveurs, en ajoutant à cela nos propres grilles d'évocations singulières ? ...
Je profite de ce post pour te souhaiter, ainsi qu'à ta famille, mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année déjà bien ouverte !!
Encore merci pour la richesse de tes partages !

Marilyn said...

The petal shaped saucer is so beautiful under the cup.

吉道 said...

Such a beautiful colour! Is that a result of a short steep or is it just that way?

This is unrelated, but I'm curious if you have any insight... The tea shop I always got my Lishan oolong from mysteriously stopped supplying Lishan cha a few years ago, then suddenly began selling Fushoushan oolong recently. I could never get an answer as to why they stopped selling it. Was there a spike in price? Was production low? Were the gardens resting there plants? Or perhaps there is no reason... Just wondering if you are aware of anything different in Lishan since three or four years ago?

Thank you in advance,
Joseph

Stephane said...

Thanks for your comments.

Il y a effectivement toujours une part de subjectif dans la dégustation. Néanmoins, il y a quand même aussi des critères objectifs sur lesquels nous pouvons tomber d'accord.

You are right, Marilyn. This silver saucer is magnificent.

Joseph, it's nothing to do with the Lishan mountain, I think, but more with your tea shop's purchasing process or supply chain.

You should try my spring 2013 version. It's excellent!