Thursday, March 19, 2015

Théière Yixing et connexions japonaises

Début 17ème siècle, théière Yixing de Shi Da Bin (musée Metropolitan de NYC)

La production de théières à Yixing date de la dynastie Ming (1368-1644). La pièce ci-dessus en est un bel exemple. Sa taille est plus grande que la plupart des théières Yixing contemporaines. Pourquoi? L'explication est logique, mais nécessite qu'on se rappelle quel genre de thé on buvait en Chine durant l'époque Ming.

Il s'agit de thé vert en vrac. (Le thé vert en poudre fut aboli au début de la dynastie, et les thés Oolongs, rouges et puerhs ne sont pas encore inventés). Les théières étaient grandes, car c'est une famiile de thé qu'on infuse léger.

Infusion comparative de Sencha
Or, s'il est un principe que beaucoup d'amateurs de thé et de théières Yixing connaissent, c'est que les Yixing ne conviennent pas au thé vert! Mieux vaut infuser le thé vert dans une théière en argent (pour les meilleures feuilles), en porcelaine, voire même en verre, dit-on de nos jours. Alors, les anciens avaient-ils tout faux?

Sans remonter jusqu'à la période Ming, j'ai récemment pu tester cette Yixing zisha du début de la période de la République de Chine (1911-1935). Il s'agit du modèle Ju Lun Zhu, un design au bouton plat et large sur le couvercle et au bec court et droit. La demande pour une telle forme provenait du Japon, et les potiers d'Yixing y exportèrent de nombreuses théières de ce style. On les y utilisait notamment pour le sencha, le thé vert étuvé!

Cela me donna l'envie de la tester avec ce sencha de Hon.yama, récolté fin mai/début juin 2014 (j'en profite pour saluer Florent et le travail remarquable qu'il fait concernant les thés du Japon.) Je l'infuse en gaiwan en porcelaine en parallèle pour mieux comparer. C'est un thé avec une très bonne longueur en bouche. Infusé en porcelaine, il a moins de relief et de finesse que dans la Ju Lun Zhu. La glaise zisha de cette ancienne théière, complètement pure, de cette époque, apporte un plus gustatif même au thé vert! Ce test confirme la raison de la popularité de ces Yixing au Japon à cette époque. Et cela me montre aussi que la qualité originelle de ces glaises était telle qu'elles convenaient même au thé vert, plus fin et léger que du Oolong.

Hung Shui Oolong de Yong Lung de 2014
Un ami lecteur habitant Taiwan, et bien connecté avec le Japon, voulut tester cette zisha, et la comparer avec sa théière japonaise, en glaise rouge, originaire de l'Ile de Sado. Son but est de trouver une très bonne théière pour infuser les Hung Shui Oolongs. C'est un style de thé qu'il apprécie tout particulièrement en cette période fraiche, et il a bien raison!

J'organise donc une dégustation comparative avec un très bon specimen: le Hung Shui Oolong de Yong Lung (Dong Ding) du printemps 2014. Je l'infuse en gaiwan, en zisha d'Yixing et dans sa théière Japonaise en glaise rouge. Pour l'instant, c'est cette théière qu'il consacre à ces thés, et il est déjà satisfait du résultat.
La taille de la zisha est un peu inférieure à 20 cl, et sa contenance est donc la plus importante des trois. Pour que le test soit équilibré, j'utilise la même quantité de feuilles et d'eau (et de temps d'infusion) pour chaque instrument. Cela veut dire que je ne remplis pas entièrement la zisha. - Par contre, je la remplis en amont, pour bien la préchauffer. C'est une méthode qui permet d'économiser des feuilles et de transformer une grande théière en théière plus petite! -
La dégustation du même thé infusé en parallèle fut très instructive. Le goût de la glaise rouge apportait une note un peu sèche et astringente que je ne retrouvais pas dans l'infusion en gaiwan. Mais c'est en passant à la Ju Lun Zhu que la différence fut la plus évidente. Les arômes étaient surtout présents au milieu de la bouche et de la langue avec la glaise de Sado. Avec celle d'Yixing, la zone de sensations s'étendit dans tout le palais. C'était un peu comme quand on passe d'un écran 4:3 à du 16:9. Ou pour prendre une analagie musicale, le son n'est plus unidirectionnel, mais il prend de l'ampleur en résonnant de tous les côtés. De plus, ce goût avait plus de finesse et de moelleux.
Le prix d'une théière ancienne est naturellement bien supérieur à celui d'une théière moderne. Mais, dans le cas de ces théières Yixing de collection, la différence n'est pas due qu'à l'âge ou à la forme. C'est aussi du à la qualité de la glaise employée. Je ne fus pas le seul à remarquer la différence: mon ami lecteur décida de s'acheter cette Yixing à l'issu de ce test!

Note: Puisque je parle de thé vert, je vous signale la disponibilité des premières feuilles de ce printemps: mon Biluochun de San Hsia (à base de Jinxuan). Ce fermier me signale d'ailleurs qu'il a trouvé un nouveau débouché pour ses thés verts, le Japon!
(Et j'offre maintenant un paquet de 25 gr de Jinxuan Oolong de Zhushan du printemps 2014 pour toute commande de plus de 60 USD, hors frais de port.)

2 comments:

Brian Lindburg said...

Have you done a taste comparison using green tea between this old zisha teapot and a modern zisha?

Stephane said...

I haven't done a parallel tasting, but I tasted the same tea with a modern zisha shortly afterwards. (One that I consider quite good). The aromas were still there. The main difference I felt reminded me of Champagne: with the old zisha, the taste felt refined with bubbles that were very small and numerous. With the modern zisha, the bubbles felt bigger and rougher.