Monday, October 06, 2014

Vodka orange ou grand cru?

C'est un intérêt pour l'oenologie, les bons vins, qui m'a donné envie de mieux connaitre le thé lorsque je suis venu vivre à Taiwan il y a 18 ans de cela. Mais cette culture du vin ne s'est pas faite en un jour. La découverte de l'alcool, à la fin de mon adolescence, fut assez brutale. L'entrée en boite de nuit consommait tout mon argent de poche, alors, comme j'avais droit à une boisson gratuite, je choisissais une vodka orange ou une tequilla sunrise. Le but était de maximiser l'ivresse avec des moyens très limités. Quand mes amis organisèrent des fêtes privées, nos fonds permettaient d'acheter bien plus de liqueurs. Je decouvrai alors la cuite et appris rapidement à modérer ma soif! Puis, lentement mais sûrement, j'appris aussi à mieux apprécier la qualité et la finesse des vins. Avec le vin, on boit plus pour les plaisirs raffinés de la table que pour pour la simple ivresse.

2003 puerh sauvage d'Yiwu
Après plus de 12 ans de dégustation de thé, je remarque que je chemine aussi de plus en plus vers les goûts purs, simples, mais profonds. La puissance brute d'une infusion très concentrée me déplait si cette puissance n'est pas contre-balancée par de l'harmonie et une certaine finesse.

Avec les Oolongs, je trouve l'apprentissage de cet équilibre relativement naturel, même si je vois aussi de nombreux dégustateurs remplir leur théière au max pour sortir le plus possible d'arômes. Cela peut être compréhensible si on veut accompagner un plat relevé ou bien si on a les papilles moins sensibles (car on fume ou car on mange beaucoup de fast food...)
Mais quand on boit le thé en dégustation solo, je préfère de plus en plus le goûter comme j'entends un solo de violon que comme un concert de hard rock. Fini l'envie de vodka orange pour se saoûler vite fait, maintenant je veux une impression soyeuse, tendre, lente et subtile.

C'est ce que je trouve avec mes puerhs. (C'est vrai qu'ils sont chers, mais qu'est-ce qu'ils sont bons!!) Très peu de feuilles me suffisent (voir ci-dessus), surtout quand j'utilise une théière en argent qui intensifie goûts et senteurs grâce à sa conductivité.
La couleur orange va si bien avec ce début d'automne et avec ce puerh! Mais le plaisir visuel pâlit en comparaison du plaisir gustatif... Le thé me fait penser à des abricots et des mirabelles. C'est fin et intense. Et quand on y a goûté et qu'on y prends plaisir, c'est difficile de revenir en arrière vers la force brute sans harmonie. En tous cas, pas dans ce genre de dégustation attentionnée.
Les bons thés offrent de nombreux avantages sur le vin:
- On n'est pas obligé de finir le paquet aussi rapidement que la bouteille!
- Avec le puerh, meilleures sont les feuilles, moins on en a besoin pour le réussir.
- Aucun risque de se cuiter, mais cela ne m'empêche pas de planer. Au contraire, quand le thé est si bon, il me fait un effet des plus agréables, sur le corps et l'esprit.
C'est surtout le cas quand les objets s'harmonisent aussi bien avec le thé que cette fois.
La théière 'dragon et phoenix' repose sur la terre verte et s'envole vers l'assiette qinghua, bleue et blanche, comme le ciel, déposer la liqueur du thé dans les petites coupes blanches comme des nuages... C'est poétique et un peu magique comme ces reflets de branches à la surface du thé.
Une vieille jarre Anping ajoute la dimension temps au Chaxi.
Les feuilles sont peu nombreuses, mais elles sont épaisses et pleines de vitalité. Leur bonification se contruit sur leur qualité intrinsèque et n'apparait pas par enchantement. Plus on veut aller loin et haut, plus la qualité et la finesse importent.
L'apprentissage du bon vin et du bon thé se fait par comparaison, expérience. On n'y goûte pas tous les jours, mais quand le déguste, c'est toujours une grande occasion et un moment privilégié.

10 comments:

Jake // said...

You forgot to mention that tea is cheaper than wine! I know next to nothing about wine, but an aged red will cost WAY more than a pu'erh of the same age. I'm going to guess about $200 for a 1980's (mid) bottle, 750ml. A gongfu session of pu'erh of the same age can be had for $20-30 with a generous amount of decent-good quality leaf, and will put out more than a liter-2L of tea depending on the tea's quality. For example, for a 10g of your 1980's Menghai sheng for a 100ml vessel will cost $25/$20 depending on whether you bought 100g or not. I'm sure that would put out around 2-3L of tea.



Also - tea doesn't have calories!
Also - tea tastes better!

Stephane said...

Thanks for your comment and that comparison with wine.
This also gives me the opportunity to tell you my perspective in English. I wouldn't use 10 gr of my 1980s sheng in a 100 ml vessel. It would be closer to 3 grams. I don't need and don't want to produce 2-3 liters of tea. 750 ml, the content of a bottle of wine, is usually more than enough to enjoy a great tasting tea!
Quality vs quantity. This drives down the cost of the brewing session and makes it possible to afford the better and more expensive leaves on a more regular basis.

Jake // said...

Note that I was using 10g as an extreme example. I would personally use about 6-7g. Though with a tea that expensive, I would probably be using about 4g in my 60ml gaiwan. Still, I would most likely be able to get quite a bit out of it, more than a liter.

A $200 session of tea will give you a ridiculous amount of steeps (have you ever seen Hobbes' post where he steeped a 1960's pu'erh for a week, past 100 steeps?)

Stephane said...

I don't remember that particular article. Hobbes is a prolific writer and his thirst seems to match his wits and writings!

While I don't steep so often, I also often brew the same tea for several days, because the leaves still give nice aromas and throwing them at that point would be a waste. This is also a sign of a good tea, that it remains interesting and pleasant as it weakens.

EG said...

161Thanks Stephane,I've really enjoyed the creative thinking in this, as well as your post of Oct. 2nd. So much to think about!

Jake // said...

Here is the article Stephane - http://half-dipper.blogspot.com/2009/08/tea-chums.html

Here is an archived page of Hou De - the 10g of it was $157 https://web.archive.org/web/20071213162053/http://www.houdeasianart.com/index.php?main_page=index&cPath=1_13_38

The oldest pu'erh I've had is from the 1980's, hard to imagine what a much older one would be like...

I'm kind of tempted to see how much Sung Sing's old pu'erh is, I should spend my entire tea budget on 10g of a 1900 pu'erh. Or maybe I should hit up some of the pu'erh collectors here in NY and befriend them so I can taste some proper old sheng :)

Stephane said...

Thanks for the links, Jake.

When I had older shengs, we used very few grams. 2 or 3 are enough.
Before going to 1900, you can try my 1960s old sheng. It's excellent and will hardly bankrupt you if you follow my idea of using less.

This is a good way to know what's old sheng. The biggest risk is to be served old shu and think it's very old sheng. Watch out for my next article and you'll see such a tea that could pass for a 90 years old sheng!

Jake // said...

I have 1990's HK stored and 1980's Taiwan stored (although not sure of the origin of the latter). Both are good.

The 1900's sheng was more of a joke, I definitely can't afford it. If I have to submit an enquiry to get a price for a 10g sample, I definitely can't afford.

I'll try and pick up some of the 1960's sheng when I order from you, but I fear that may be a long time away as I have too much high mountain tea as it is and I want to pick up some of your high mountain oolong.

Thé Tea-Cha said...

3 g pour 100 ml ca parait effectivement assez peu, au regard des pratiques en France (si on en croit les blogs). Après, un puer des années 1980, ce n'est pas ce qui se boit le plus fréquemment.

Je suis curieux de l'effet de l'argent sur le thé. Peut etre y as tu déjà consacré un article...

Question paradoxale : faut il acquérir une théière en argent pour réaliser des économies sur le thé ? ;-)

Bon dimanche

Patrick

Stephane said...

Merci pour ton commentaire Patrick,

L'argent, c'est un peu comme de la porcelaine qui chauffe autant qu'un Yixing! L'effet sur le thé est neutre par le matériau, mais le thé ressort plus fort et plus mis en évidence, car la conductivité thermale est la plus haute.

C'est en effet un investissement qui s'amortit dans le temps. Un peu comme l'achat d'une nouvelle voiture qui consomme moins de carburant. Sauf que dans ce cas, le carburant a un prix au gramme plus élevé. Il n'y a donc pas vraiment d'économie pour le porte-monnaie, mais on consomme mieux et on roule en Porsche au lieu de Skoda!