Tuesday, December 26, 2006

Wu Yi Yan Cha: Bai Ji Guan

Pour les fêtes, je me suis permis de faire l'un de mes thés les plus précieux. J'en avais déjà bu auparavant, et j'aurais mieux fait de me relire avant cette session. En effet, j'ai commis l'erreur de ne pas mettre assez de feuilles pour ma théière en zhuni Xishi de 15 cl (J'ai du en mettre 2 grammes seulement!). D'habitude, meilleur le thé, moins on en met et plus on laisse infuser. Mais parfois la longueur d'infusion n'arrive pas à compenser complètement le trop peu de feuilles. Le thé n'atteint pas tout son potentiel. Ce Bai Ji Guan, par exemple, est un thé assez léger et il a des odeurs fraiches incroyables. Bizarrement, sec il me fait penser à des herbes de Provence fraiches comme le thym ou la sauge. Et en bouche, c'est doux et sucré comme du caramel!
Pour compenser mon manque de feuilles, je n'ai alors rempli ma théière qu'à moitié d'eau bouillante et ai fait de longues infusions. J'ai réussi à obtenir pratiquement ce que j'avais goûté avec Teaparker. Mais je n'ai pas pu tirer beaucoup d'infusions avec cette méthode. Cela m'a appris que certains thés ont besoin d'une certaine concentration pour s'exprimer pleinement. Alors la prochaine fois que je sortirai ce 'Champagne' de thé, je lui ferai honneur en le dosant copieusement, quitte à prendre le risque de l'extase et de l'overdose.En attendant, admirons ces feuilles de Bai Ji Guan. Ce sont de vrais petits bijoux. Elles sont toutes si jeunes et tendres. Leur couleur vert clair et leur positionnement particulièrement dressé vers le ciel (sur l'arbre) leur a donné leur nom: crête de coq blanc (Bai Ji Guan).

3 comments:

basquiat said...

Je suis content de voir que tu apprecies bai ji guan. Pendant longtemps c'était mon oolong préféré. Je trouve que ta feuille ouverte sur la dernière photo donne l'impression d'un bai ji guan de grande qualité (c'est relatif). J'espere qu'en bouche dans les prochaines infusions tu trouveras d'autres finesses de se thé qui en cache beaucoup.
Cependant pour l'instant le seul thé qui arrive à me rendre euforique, d'une certaine façon proche d'être "saoul festif" comme on dit chez moi, reste da hong pao. Le oolong qui a dépassé bai ji guan dans ma collection assez limitée pour l'instant en oolong.

Davka said...

En tombant sur ton article, j'ai eu envie de gouter à ce type d'oolong chinois. Alors disons le tout de suite: en oolong chinois, je n'y connais rien, ou presque. On m'a donné du soit disant bon Dan Hong Pao...il était vraiment déguelasse, pour dire les choses comme elles sont. Ensuite j'ai gouté un Dan Cong, pas le moins cher!, c'était tout aussi mauvais, j'ai pas bu en boire plus de deux tasses.
A ce stade la je me suis dit: les Oolong taiwanais, c'est quand meme autre chose! Mais cela me semble absurde d'avoir une si mauvaise opinion sur les oolong chinois, surtout après en avoir gouté seulement deux variétés. Je décide donc d'en commander 4 autres, tous des Oolong classiques de Chine, dont un Bai Ji Guan Imperial (80$ les 100gr). Je vous rassure, j'ai seulement acheté un échantillon! Dans mon péssimisme habituel, je me dit qu'il ne vaut surement pas son prix, mais on ne sait jamais!
Je ne doute pas un seul instant que le thé dont tu parles est de meilleure qualité que celui que je possède, mais tout de meme: j'ai été fort décu! Dosé environ à 4gr dans un zhong 10cl, la première infusion est bonne, je sens que ce thé est très léger, mais fragrant. Deuxième infusion: ca goute déja l'eau! Pourtant j'ai laissé infusé assez longtemps. Je pousse donc la prochaine infusion au délà de deux minutes: encore plus aqueux. Ca me rend quand meme bien perplexe tout ca. Qu'en pense-tu Stephane? Est-ce vraiment du à la qualité du thé? Est-ce que certains Oolong de Chine sont tellement subtils qu'il faut s'y habituer petit à petit? J'ai du mal à croire que c'est la facon de verser l'eau et/ou le thé convenablement qui auraient changé quelques choses...
David

Stephane said...

David,
C'est très difficile de trouver de bons thés de Chine. Même ici à Taiwan. J'ai d'ailleurs fait une expérience similaire en achetant des Wuyi aussi à prix fort dans un des magasins les plus réputés de Taipei. Grosse déception surtout par rapport à ce que j'ai pu boire comme excellent Wuyi avec Teaparker.

La différence entre bons et mauvais thés chinois est plus grande qu'à Taiwan. La plupart des producteurs produisent pour un marché de buveurs pauvres, et leur principal objectif, c'est le rendement, pas la qualité. Alors les rares qui font leur thé dans les règles de l'art arrivent à le vendre très cher.