Friday, May 08, 2009

Spring 2009 Shan Lin Shi Gao Shan Oolong

At first, I wanted to compare the late winter Shan Lin Shi Oolong (left) with the latest spring 2009 harvest (middle). But I found the comparison so interesting, that I added the summer 2008 Shan Lin Shi (on the right). 

The spring 2009 Oolong was harvested on April 10, 2009 by hand. It is a Luanze (qingxin) Oolong cultivar, like the 2 other.

I made the tests using 3 grams and 6 minutes infusions (twice).

First observation: the brew of the late winter (Dong Pian) is the lightest. This lighter oxidation is also a good fit with the weather: it's colder in late November than in April. 

Second observation: the color of spring and summer is similar. This means that this spring's oxidation is slightly high. In terms of fragrance, it means more fruitiness than flowery fragrance. And in terms of taste, it should mean more mellowness.

Third observation: (after tasting) Confirmation of my first 2 observations!

- The Dong Pian has more a pure floral character, but the fragrances are not exuberant as a spring Oolong. The taste is very light, mellow with a surprising long (and pleasant) lingering dryness.  Freshness in the mouth.  

- The spring 2009 Shan Lin Shi has a just ripe, juicy papaya fragrance. The taste is rich, sweet and brings a touch of very light bitterness that plays in the mouth and unfolds a fruity aftertaste. What a pleasure to taste such an Oolong! The sun, the moutain, the fruits of Taiwan, all are in this cup of tea. 

- The summer 2008 Oolong has stronger, very ripe fruity fragrances (peach) and some cereal smells. The taste is a mix of sweet and bitter (80/20 maybe) with more strength, but less refinement.  

Conclusion: Comparing these 3 Shan Lin Shi Oolongs from different seasons makes it easy to understand the impact of weather on High Mountain Oolong. (I recommend tea learners taste all 3!) And this spring 2009 Shan Lin Shi is really as good as it gets! I'm in awe. (I can't wait to try it in a zhuni teapot!)

5 comments:

Biron said...

Très bel article stéphane, il est toujours interessant d'avoir des points de comparaison entre des thès selon la saison, selon le process, selon les paramètres . . .

Merci

MaRong said...

Bonjour,

Je travaille actuellement sur les thés Gongfu dans le cadre d'un mémoire de Master et je cherche une définition idéale de gong fu cha.
Dans plusieurs livres, j'ai trouvé une opposition entre la méthode gong fu et la méthode zhong, ce qui reviendrait à dire que les thés infusés en gaiwan ne rentreraient pas dans la catégorie gongfu. Je ne suis pas d'accord avec cette définition et ça ne correspond pas à ce que j'étudie avec mon maitre de thé.
Des avis ? Des commentaires ? (ou un lien vers un article à ce sujet que je n'aurais pas trouvé sur ce blog...)

Merci !

Stephane said...

Merci Biron!

MaRong,
Ton mémoire touche a un sujet intéressant. Si tu avais l'occasion de me l'envoyer, une fois fini, je te serais très reconnaissant.
Je suis assez d'accord avec toi que l'opposition zhong et gongfu cha n'a pas vraiment lieu d'être. Pour moi, le gongfu cha, c'est l'emploi de toute technique, expérience, tradition, accessoire qui permette de maximiser les plaisirs du thé.

A la rigueur, on pourrait dire que le gaiwan, neutre, n'améliore pas le thé. Mais il permet de faire des infusions plus contrôlées (on peut soulever le couvercle durant l'infusion pour savoir où elle en est). Et il permet de mieux connaitre son thé, ses forces et faiblesses, ce qui nous permettra de mieux choisir ultérieurement la théière la plus adaptée.

A mon avis, ce qui distingue surtout le gongfu cha, c'est l'effort que nous faisons pour nous adapter à chaque thé. Ce n'est pas très gongfu du tout d'infuser chaque thé de la même manière ou d'une manière pré-établie à l'avance. Chaque infusion est nouvelle, différente de toutes celles faites auparavant. A nous d'avoir les sens en éveil pour faire les petits réglages qui rendront la prochaine infusion meilleure que la précédente.

Bonne chance!

K. said...

Alors après avoir reçu ce thé voilà ce que je peux en dire.

Déjà il est très fruité (pèche, coing) mais il conserve je trouve le fleuri caractéristique des gao chan, très bel équilibre !

Ensuite il est très onctueux un vrai délice en bouche, on dirait un shamallow.

Le goût est très concentré pour un gao, j'ai du mal à en revenir d'ailleurs c'est un très bon point pour moi.


Vraiment c'est une très belle surprise pour moi, il est très différent du shan lin shi de l'hiver dernier bien plusprésent en bouche, bien plus aromatique !

Unconseil pour les gao shan, pour ceux qui n'ont pas l'habitude, l'eau est importante pour tous ls thés mais pour ceux là tout particulièrement !

Bien du plaisir à tous,
K.

Stephane said...

Merci K pour ton commentaire.