Friday, June 26, 2009

Oolong Beauté Orientale de 2009

J'ai commencé la journée avec la version de San Hsia. Mais cette fois-ci, dans mon zhong fin, couleur ivoire, bien rempli de feuilles, j'ai fait des infusions rapides et nombreuses. Je n'en ai pas fait un Cha Xi ni de photos, mais le résultat fut vivace, complexe et concentré en saveurs chaleureuses.

Cet après-midi, je passe à celui de Hsin Chu et lui consacre une session plus raffinée. Mon thème est le nuage d'été, le cumulus blanc qui raffraichit l'atmosphère sans apporter de pluie. C'est d'ailleurs aussi le motif de mon tissu: des nuages sur fond rouge (c'est un Oolong presque 'rouge', oxydé et c'est aussi la couleur de l'embrasement, des températures estivales).

Je choisis ma théière en argent, car c'est un thé de grande qualité que l'on peut pousser sans qu'il devienne amer ou astringent. Je le mets sur l'oreiller à thé blanc (gros nuage). Coupes couleur ivoire afin de bien accentuer les couleurs oranges. (Effectivement, il a l'air plus foncé que hier, dans la coupe de compétition.)
Je mets moitié moins de feuilles que du San Hsia dans le zhong et pousse les infusions bien plus longtemps. C'est un peu comme des notes semblables que celui de San Hsia, mais cela fait penser à un solo de violon comparé à un concert rock. Pureté, douceur et calme. A moins que ce ne soit un poème de Baudelaire...

"...Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l'ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l'âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté."

5 comments:

Hélène said...

Très beau Cha Xi et très belle évocation,Stéphane ! Tu nous éveilles tous les sens en musique et en poésie, les deux voguant sur ton nuage blanc apaisant et voluptueux apparemment.
Beau début d'été ....

Anonymous said...

Bonjour Stéphane,

C'est la première fois que je commente ton blog, mais je le lis depuis quelques temps et j'apprécie beaucoup tes sujets qui tirent leur essence à la source même du thé, là-bas en Asie.

Je suis un Québécois et un amateur de thé depuis 1 an et demi. J'achète la grande majorité de mes thés dans une boutique de thés fins (qui visitent les producteurs eux-mêmes) du nom de Camellia Sinensis à Montréal. Cependant, en consultant ton blog et d'autres sites internets, je constate qu'il arrive assez souvent que plusieurs noms soient attribués au même thé. Je me demandais s'il y avait certains trucs pour démystifier tout cela, s'il fallait faire plus attention au cultivar, à la région, au producteur, etc.

Je te remercie,

Alexis

Celina Huang said...

It has really been such an interesting poem and life of Baudelaire to read,and give understanding to, over a cup of good tea.
Compliments to 1000 posts!

Stephane said...

Merci Hélène.

Alexis,
Je te conseille cet article:
http://teamasters.blogspot.com/2007/10/to-understand-oolong-tea-2.html

Sinon, c'est vrai que certains thés ont de nombreux noms. Ce thé est un exemple extrême:
- Oriental Beauty: nom donné par la reine d'Angleterre,
- Dong Fang Mei Ren, sa traduction en chinois,
- Pong Fong Cha, nom donné par les voisins du fermier vantard,
- Wu Se Cha, thé aux 5 couleurs. Ce nom s'applique surtout aux meilleurs lots dont les 5 couleurs ressortent bien distinctement,
- Bai Hao Oolong, Oolong au bourgeon blanc, un autre nom donné pour décrire ses feuilles sèches.

Parfois, on tombe aussi sur des noms similaires, un peu bâtards, lorsque des fermiers d'autres régions imitent ce thé sans arriver à le copier exactement. On trouvera alors de Beauté du Yunnan...

Aussi, pour ce thé, il est important qu'il vienne de Taiwan, de basse altitude, mordu par ces tea jassids dans une récolte d'été, qu'il contienne de nombreux bourgeons et petites feuilles et que son oxydation soit poussée, plus de 50%.

Le cultivar Da Pa et la région de Hsin Chu ne sont pas des conditions sine qua non pour justifier l'appelation OB, mais c'est l'origine historique de ce thé. Et c'est aussi ainsi que je trouve qu'il est le meilleur.

Anonymous said...

Il me semblait bien avoir rencontré ces feuilles quelque part. Je connaissais ce thé sous le nom de Bai Hao. Je possède d'ailleurs un peu de sa version vieillie datant de 1958(d'un goût évoquant la betterave). Merci beaucoup.