Friday, April 23, 2010

Gao Shan Oolong d'Ali Shan du printemps 2010

Signe de bonne augure, toutes mes orchidées sont ouvertes! Que cela soit l'occasion de déguster un Oolong de haute montagne fleuri et printanier.

Pour décliner ces 2 thèmes, j'utilise ma porcelaine qinghua 'Shan Shui' (Eau et montagne) et un tissu bleu aux fleurs de ceriser. (Note: Je compte utiliser ce tissu pour faire des Cha Bu.)

Fiche technique du thé:

Cultivar: Luanze Oolong

Process: roulage en boule, oxyadation légère, sans torréfaction.

Récolté à la main le 27 mars 2010.

Plantation de Ruei Li, Ali Shan (Taiwan), située à 1400 mètres d'altitude.

Dégustation test de 3 grammes infusés avec de l'eau bouillante pendant 6 minutes.

A. Vue
Le roulage serré et compact n'en finit pas de me surprendre. Comment de si petites boules peuvent-elles s'ouvrir si grand! En second lieu, je remarque que les feuilles ont été grignotées par des insectes en de nombreux endroits.
L'infusion de couleur jaune a une très bonne transparence et clarté.
B. Odeur
A sec, les feuilles ont une odeur fleurie de lavande fraiche. En bouche, les fragrances jouent sur les registres de fleurs et de fruits frais. On est dans le registre du parfum!

C. Goût
Moelleux à souhait. L'infusion est souple et douce. En même temps, elle est très concentrée et remplie de substance. Aussi, elle active mes glandes salivaires et cette petite pointe d'amertume n'en finit pas de se transformer en salive fraiche et sucrée dans ma bouche. On a un parfait équilibre de l'oxydation: légère et fleurie, mais aussi fruité et ample. L'arrière goût de printemps semble infini. Je retrouve aussi une note sèche et rocailleuse semblable aux Yanchas de WuYi. Le tout est soyeux et d'une finesse éblouissante!

J'ai suivi les conseils de Teaparker et ai utilisé une petite jarre japonaise en étain pour conserver ce thé quelques jours. En effet, il est encore 'trop frais' et a besoin d'un peu de contact avec l'air (mais pas trop) pour s'affiner.

J'ai remarqué que les premières infusions nécessite de l'eau particulièrement chaude, juste bouillie, pour bien ouvrir les feuilles.

Pour encore plus de finesse et d'intensité, l'optimal sera d'utiliser une théière en zhuni avec cet Oolong de haute montagne exceptionnel.

7 comments:

misomoo said...

not a friggin idea what's been written but nice pics :)

Julien ÉLIE said...

You should use online translators like http://www.google.com/language_tools (French -> English).
Stéphane's articles are very interesting!

Ozark said...

Stéphane,
Could you explain a little about the 'Japanese style tin' and storing for a little bit? (sorry if I misunderstood your post, but I had to use the google translate parce j'avais oublié parle francais!... don't shoot me!! :-) )

Stephane said...

Ozark,

The Japanese pewter tea caddy is good to preserve the freshness of a tea. I want to see how the tea evolves and compares to the Oolong that remains in a plastic foil. I feel this material makes the tea finer.

Emmanuel said...

(Suite du compte-rendu de dégustation de ma première commande, démarré avec de l'Oriental Beauty 2010).

Je pense que ce deuxième thé essayé est plus "fin", plus "subtil" que l'OB testé la veille, et que mon mal de gorge actuel et/ou mon improvisation (je découvre le gong fu cha tout seul avec les leçons postées sur ce blog) ont limité le plaisir pris à la dégustation.

J'ai fait deux infusions successives au zhong, une de 2 minutes, une de 3 minutes. Eau juste bouillie (Volvic).
Visuellement, ces grandes feuilles intactes, formidablement roulées qui se déploient, c'est beau et émouvant.
L'odeur des feuilles sèches est délicatement fleurie, très fraiche.
Une fois infusées, j'ai trouvé que ça se transformait de façon vraiment inattendue en une odeur moelleuse de marrons chauds (comme on en achète en hiver dans les rues de Paris) ! Jusque là, j'étais enchanté, mais peut-être que j'aime trop cette odeur, peut-être que j'ai raté quelque chose dans la préparation (difficile de faire "danser" les boules comme montré sur les leçons de ce blog, je les ai ensuite agitées avec le couvercle du zhong, peut-être violentées ??), mais la liqueur m'a paru assez fade. Une trace de chataigne, une autre, encore plus évasive, de fleuri, beaucoup de rondeur certes mais quasiment pas de longueur en bouche.
La deuxième infusion est un peu plus riche, mais pas vraiment plus satisfaisante.
Autre piste : j'ai voulu me limiter à de petites quantités, j'ai donc dosé le thé sans exaggération (cf. photo). Peut-être celui-ci mérite-t-il un dosage plus important ?

http://img683.imageshack.us/i/alishan20101.jpg/
http://img684.imageshack.us/i/alishan20102.jpg/
http://img692.imageshack.us/i/alishan20103.jpg/

Emmanuel said...

J'ai depuis ré-essayé cet Ali Shan. Avec plus de feuilles. Cela s'est révélé beaucoup plus intéressant et riche en arômes. C'est donc certainement par là que péchait mon premier essai.

John-Paul said...

This is definitely one of my most favourite high mountain teas from Stephane. I especially love the purity and freshness of this tea. It's amazing how light the tea is, while still maintaining a rich spirit. This tea has a noticeable viscosity in the mouth, and leaves a wonderfully clean after taste. I definitely recommend this tea.