Tuesday, October 18, 2011

Oolong Beauté Orientale classique de Formose

La chaleur estivale, moite et étouffante, de la campagne entre Miaoli et Hsin Chu fait foisonner les insectes dans les plantations de thé. Un petit criquet vert, le Jacobiasca formosana Paoli, aime tout particulièrement croquer les jeunes pousses de thé. Le mécanisme de défense de la feuille contre cette attaque va faire débuter son oxydation, ce qui contribuera à ses fragrances particulières. Mais cet insecte n'est qu'un des éléments qui entre dans le savoir-faire et fait la beauté de ce thé. (Voir mon article de 2007 pour plus de détails).

Cultivar: Qingxin Da Pang Oolong
Origine: Vieux théiers entre Miaoli et Hsin Chu
Récolté à la main le 10 août 2011

Dégustation 'test' de 3 grammes, infusés pendant 6 minutes dans un set de compétition en porcelaine.

A la vue, les feuilles sont bien diverses. On y retrouve les 5 couleurs (blanc, vert, brun, rouge et noir). Les bourgeons (blancs) ne semblent pas très nombreux ; les vieux théiers en produisent moins que les jeunes. Mais l'on remarque que les feuilles sont quand même toutes plutôt petites.

Au nez, ces feuilles sèches sentent comme cette nature exubérante et chaude de l'été Taiwanais. J'y décelle aussi des notes de chocolat (au lait) et de bois sec. L'odeur est profonde et semble avoir des couches successives.

L'infusion est rouge foncée avec une bonne transparence. Cette couleur nous indique un concentré d'arômes.

Les fragrances de fruits rouges et de miel sont au rendez-vous! Sans être aussi fines et légères que mes OB top passés, ces odeurs sont pures, naturelles et franches.
Par contre, au niveau du goût, cette Beauté Orientale trouve toute la force et la longueur en bouche insensée des meilleurs Oolongs de Formose. Les tannins sont même encore un peu trop forts actuellement. Pour obtenir plus de rondeur, le mieux sera de conserver un peu ces feuilles dans une jarre en porcelaine.

A la surface de l'infusion, on remarquera des petits 'poils'. Ce n'est pas un défaut, mais une qualité! Il s'agit du léger duvet qui recouvre les jeunes bourgeons. Leur présence sur l'infusion montre que les cueilleuses ont bien pris les feuilles les plus tendres.
(On retrouve ce même phénomène avec les thés verts comme le Bi Luo Chun, par exemple).
Dans les feuilles ouvertes on trouve des bourgeons et des feuilles plus grandes. L'oxydation n'est pas totale, car le coeur de certaines feuilles est encore vert.

Au toucher, les feuilles sont tendres et flexibles, mais épaisses aussi. Les morsures d'insectes ne sont pas trop nombreuses.

J'appelle cette Beauté Orientale 'classique' car elle suit cette tradition qui insiste sur la force du goût et considère que les arômes suivront, naturellement. A peine sorties de leur sachet, ces feuilles ont beaucoup de potentiel pour s'affiner. Cet affinage peut se faire avec une jarre et/ou avec une théière d'Yixing.

La concentration et le mix équilibré bourgeons/feuilles en fait un excellent choix comme Oolong de garde aussi.

Dans les moments de froid et de gris, il est bon de pouvoir faire revenir l'été dans sa coupe!

8 comments:

Nicolas said...

Un style différent du Oolong Concubine sauvage de l'hivers 2010, un thé plus travaillé, moins 'brut'.

Complexe et équilibré. De forts tannin encore. De belles feuilles.

La force d'un thé oxydé et l'arrière goût d'un Oolong.

Nicolas

Stephane said...

Bonjour Nicolas,
Merci de nous livrer tes impressions du Concubine 'sauvage' d'hiver 2010.

Stephane

Nicolas said...

Bonjour Stéphane,

Je parle bien de cette version du 10 Aout 2011. Son aspect compote pomme-coing est plus marqué que la version hivers 2010. Ses temps d'infusion sont plus long aussi. Sa complexité est moins sauvage et plus travaillée.

Il serait d'ailleurs intéressant de faire une dégustation comparée pour voir les différences subtiles entre les deux. Mais mon échantillon est épuisé.

Nicolas

Nicolas said...

Oups,... une petite erreur s'est glissée.

L'échantillon que j'ai reçu est un Oolong Concubine du mois d'Aout 2011.

Récolte du 25 Aout à Lu Shan.

Nicolas

Unknown said...

Ma premiére impression est quelque peu décevante. Le dernier OB que j'avais bu était celui que tu proposais il y a 4 ans. Il était excellent et avait un rapport qualité/prix incroyable!

Certe, les odeurs sont très plaisantes. Elles ne sont pas aussi intenses et parfumées que dans la version d'il y a 4 ans, mais plus boisées et masculines.
Au goût, il me manque vraiment l'effet des piqures d'insectes. (ce qui était pour moi, je pense, la caractéristique principale de la beauté Orientale).
Contrairement à Nicolas, je ne ressens ni d'équilibre entre les arômes et les tannins, ni de complexité. Pour moi, meme les OB les plus fins que j'ai gouté (dont aussi l'OB parfaite de Stéphane) ne reposent pas sur la complexité, mais plutot sur une rondeur et une explosion d'arômes parfumés, qui séduit directement toute personne goutant ce thé pour la première fois. Pour moi cela n'a jamais été un thé qui évoluent lors des infusions successives.

Je vais suivre ton conseil et laisser reposer les feuilles quelques mois...peut-être va t-il s'affiner! Une autre solution qui me semble possible: utiliser une eau neutre, moins "amère" que Volvic, qui ne fait que renforcer l'effet des tannins. Qu'en pense tu?

David (de Berlin)

Stephane said...

David,
le style de cet OB est très différent de celui que j'avais il y a 4 ans. Depuis, les prix des OB les plus fins et fragrants ont explosé grâce à la demande chinoise. Et cela pousse les fermiers à faire des OB aux senteurs particulièrement intenses (en ne récoltant que des bourgeons) au détriment du goût et de leur potentiel de garde.

Avec cet OB, je reviens à des feuilles plus 'normales' et variées, et à une technique plus traditionnelle (avec une torréfaction suffisante).
Je viens d'y regoûter et suis d'accord avec toi que ce n'est pas un thé aux arômes parfumés explosifs. Par contre, il a un goût moelleux, chaud et plein d'énergie. De plus, je me suis régalé à pousser en longueur les dernières infusions et en ai retiré des infusions rondes et concentrées sans défauts. (Le tout avec peu de feuilles).

Tu peux essayer d'autres eaux, en effet. Essayes aussi d'infuser long en utilisant moins de feuilles. Quant au commentaire de Nicolas, n'en tiens pas compte, car il parlait d'un autre thé, le concubine Oolong d'automne.

Unknown said...

C'est bien dommage concernant la demande et la hausse du prix. J'éspère que tu pourras quand meme nous proposer des Beauté Orientale comme celle que tu proposais il y a 4 ans. Ou est-ce vraiment devenu inacessible (prix, disponibilité)?

J'ai regouté ce nouveau thé cet apres-midi en utilisant de l'eau filtrée brita + charbon de bambou, infusé en yixing avec moins de feuilles. Le résultat fut bien meilleur! Les cotés agressifs ont completement été gommé, le thé est rond est très agréable à boire, moelleux a souhait.

Merci pour tes conseils.

David (de Berlin)

Stephane said...

David,
Non seulement je n'ai pas retrouvé ce grade d'Oriental Beauty chez le même fermier, mais les grades supérieurs (et plus chers) ne m'ont pas plu.
Et l'an dernier, il avait trop plu...