Tuesday, December 13, 2011

Présence et lumière (du thé) de Noël

Noël est la fête de la lumière dans l'obscurité. Au coeur de l'hiver, quand tout semble sombre et froid, la naissance de Jésus est un espoir et une joie. La lumière est le symbole de la présence divine parmi nous. On ne peut la toucher ou la comprendre, mais on peut la voir avec son coeur, sa foi, et dans les yeux de ses enfants le soir de Noël.

Ces bourgeons dorés et ces longues feuilles noires nous dévoilent l'identité de mon thé favori pour les fêtes de fin d'année: mon Dian Hong réalisé avec des feuilles de théiers puerh sauvages et centenaires. Ses odeurs intenses et fines sont sucrées et chaleureuses. Chocolat au lait avec un soupçon de cannelle et léger arôme de fruits secs: on retrouve une grande affinités avec les saveurs des desserts des fêtes de la nativité. Aussi, il n'est pas étonnant qu'il accompagne si bien toutes ces gourmandises.  
De plus, comme tous les thés rouges (à oxydation complète), il a pour essence d'apporter de la chaleur au corps (contrairement aux thés verts qui apportent beaucoup de fraicheur). L'hiver est donc la saison idéale pour consommer du thé rouge pour se réchauffer.

La particularité de ce Dian Hung est de combiner la force naturelle de ses feuilles de puerh avec la finesse et la chaleur de bourgeons transformés en thé rouge. Outre la pureté de ses fragrances, c'est surtout au goût que ce Dian Hung me surprend et me fascine. Sa liqueur rouge foncée annonce une forte concentration d'arômes.

Mais l'entrée en bouche et le glissement dans la gorge se fait dans la plus grande légerté. Le palais est comme recouvert d'une couche d'huiles essentielles. L'arrière goût laissé en bouche est sucré et puissant. Le qi de ce thé agit avec force. Une chaleur et un bien-être se dégagent à partir du ventre. Les yeux semblent voir plus clairement. La bouche est le théâtre de ces contradictions: elle reste clean, pur et même fraiche, mais en même temps, la force de ces feuilles s'y ressent intensément. C'en est presque miraculeux! C'est un peu comme la lumière et la présence de Noël: le goût de ce thé semble se manifester par-delà nos 5 sens!

En cela, l'expérience de ce Dian Hung est semblable à celle que j'ai pu faire avec les meilleurs thés: le goût du thé est si fin qu'on le remarque à peine au départ, mais c'est tout le corps qui le ressent et absorbe l'énergie de la montagne d'où proviennent ces feuilles.

2 comments:

ouessan said...

incroyable ! ce post tombe juste le lendemain de ma commande de ce thé. Etant novice, je l'avais juste choisi en lisant le descriptif sur la commande. Je suis donc ravie d'en découvrir plus sur ce qui me parait être une petite merveille. A la dégustation j'espère en découvrir les mêmes saveurs que celles dont tu parles et surtout y trouver autant de plaisir et de transport. Merci beaucoup pour ces images et ce post qui tait tant rêver. Je n'hésiterai pas à te faire part de mes découvertes à propos de ce thé.

Stephane said...

Merci,
je te souhaite de bonnes dégustations et attends ton compte rendu.
Joyeuses fêtes!