Wednesday, September 09, 2015

Lishan Oolong

A plus de 2000 mètres d'altitude, les plantations d'Oolong de Lishan bénéficient de conditions exceptionnelles pour la culture du thé. Ensoleillement limité, mais intense en journée. Nuits très fraiches. Des terrains bien pentus qui ne retiennent pas l'eau. Eloignement des zones habitées et industrielles de Taiwan.

C'est à Chiang Kai Shek qu'on doit le développement précoce de cette montagne difficile d'accès. Après sa défaite face aux communistes de Mao, le général s'était replié avec son armée à Taiwan en 1949. Mais quelques 20,000 nationalistes continuèrent de se battre à la frontière de la Birmanie et du Laos pour reprendre le contrôle du Yunnan. En 1953, 7000 d'entre allaient à leur tour rejoindre Taiwan. Et pour occuper tous ces jeunes hommes, Chiang Kai Shek les lança à la conquête des montagnes de Taiwan et construire une route centrale reliant l'est et l'ouest de l'ile (1956-1961). Il y eut de nombreux morts lors de la réalisation de cette route à travers ces si hautes montagnes. Elle permit alors le développement agricole de Lishan (et notamment de Fushou Shan) pour ses poires, puis pour le thé.

Mon Qingxin Oolong fut récolté à la main le 15 mai 2015. Les fragrances sont très fines et me font penser à de la lavande.

Je profite des derniers rayons de soleil de l'été pour déguster cet Oolong frais avec un Chaxi ciel azur simple et efficace.

Comment faire ressortir le caractère d'un tel Oolong de haute montagne?
On attend de la fraicheur et de la légerté. Aussi, je choisis plutôt peu de feuilles pour ne pas obtenir une infusion trop lourde, trop concentrée.
Mais on veut aussi de la douceur et un long aftertaste. Et comme les feuilles sont un mix de bourgeons et de jeunes, longues feuilles roulées, il est nécessaire de les infuser assez longtemps pour les ouvrir et en extraire leurs saveurs moelleuses, mais pas trop longtemps non plus pour ne pas que cela deviennent trop concentré. Je verse une eau très proche de l'ébullition avec force pour ouvrir les feuilles lors de la première infusion.
Le choix d'une théière zhuni d'Yixing permet de maintenir une température élevée et une faible absorption des fines saveurs de ce superbe Oolong de Lishan.

2 comments:

greg lafosse said...

J'adore le lien avec l'histoire et le thé. Une partie non négligeable du monde moderne à été construit sur le thé et son commerce mais pourtant ce fait est souvent peu développé. Merci de nous rappeler que ces grands crus doivent être dégusté non seulement en respectant la manufacture de l'homme mais aussi les difficultés surmontée pour arriver à ces délicates feuilles.

Stephane said...

Merci Greg,
Cette histoire explique aussi pourquoi on trouve plusieurs restaurants aux spécialités du Yunnan dans les hautes montagnes de Taiwan. Ce sont les descendants de ces soldats du Yunnan qui se sont installés là.