Thursday, September 17, 2015

Beauté orientale

Beauté Orientale de 2013
 Sur Twitter, un lecteur m'a demandé si j'aurai de la beauté orientale de 2015. Comme je suis retourné en Europe fin juin, je n'ai pas eu l'occasion d'en sélectionner durant la saison des récoltes. Mais est-ce vraiment un thé qu'il convient d'acheter et de boire jeune? Un Hung Shui Oolong s'améliore encore au bout de 25 ans (cf. mon article précédent). Qu'en est-il de la Beauté Orientale? N'est-ce pas un thé composé de bourgeons, donc fragile, et qu'il vaut mieux boire jeune comme un thé vert?
 Il n'est (malheureusement) pas possible de trancher cette question par un oui ou non. Cela serait trop facile, et le thé n'est pas un sujet simple. Cela dépend du degré de l'oxydation et de torréfaction des feuilles. Derrière la même appelation, le même nom, on peut trouver une grande variations de styles et de process. Cela varie en fonction des goûts des clients, de la qualité des feuilles, de la mode du moment... Ainsi, les OB de compétition ont tendance à être très légers: des bourgeons jeunes et nombreux, assez faiblement oxydés et séchés. Il s'agit d'obtenir des parfums très frais et fins. Ceux-là, il vaut mieux les boire jeunes.
Les bourgeons sont plus fragiles que des grandes feuilles, surtout si leur oxydation est légère. La torréfaction y est une opération plus risquée, mais elle est primordiale, car les bourgeons contiennent le plus d'humidité et risquent donc d'oxyder (et de donner des saveurs acides) avec le temps si ils ne sont pas suffisamment secs. 
La torréfaction est un savoir-faire. Au départ, cela enlève de la fraicheur aux arômes et rend goût un peu fermé. Mais cela permet au thé de s'épanouir avec le temps. 
Pour tester ce qui pourrait n'être qu'une théorie, j'ai fait une nouvelle dégustation de mon OB de 2013, un très bon exemple d'une version traditionnelle de cet Oolong. Pour mieux apprécier sa finesse, j'ai un peu diminué la quantité des feuilles. Ouvertes, elles ne remplissent pas entièrement le gaiwan et je n'ai pas fait d'infusions trop longues.
Le résultat me convient entièrement. Je note que les fragrances dues à l'âge se manifestent plus rapidement que chez un Hung Shui Oolong. Finesse et puissance. Douceur et chaleur. 
Un excellent thé pour l'automne...

2 comments:

Terry Morrison said...

Our concepts of aging teas appears to be completely wrong. Teas tend to get sweeter and smoother as they age. I learned this quite by accident with baozhong. Our store (The Steeping Room) bought some baozhong. We are not sure what happened by the baozhong we received was not very good. So I took the 5 pound bag home to use it as iced tea for when I was working in my yard and garden. I was surprised to find after 3 years that it really was tasting good. I took it to a tea tasting group that I had been leading for the last 6 years. We compared the 3 year old tea to a new baozhong that we had in our store. The new baozhong was quite good. But 10 of the 11 people in the group thought the old baozhong that we took off the shelves 3 years before because it was not very good tasted better than the newer baozhong. In fact they thought it was quite good.

TeaMasters said...

Thanks for sharing this experience, Terry.
This kind of improvement is more likely to happen when the tea has been well dried or roasted. However, it's less and less the case, especially with those that follow the trend of freshness. They are not dried sufficiently and they will turn sour with age. I'm glad that you could experience a more traditional Baozhong. It's really striking on medium roasted Baozhongs (see my Qizhong Oolong) how it's getting better with time. Another thing is that very young and fresh Baozhongs can have too much energy from their recent production. I also prefer to let them rest some time before brewing them.
Thanks for spreading this information with your customers that the best Oolongs are often the oldest!