Friday, January 25, 2008

Calme, puerh et volupté


Samedi dernier, je me suis accordé un moment de calme pour déguster un bon thé. A la recherche de perfection et de force printanière, je me décidai pour un puerh sauvage d'excellente qualité. Ce fut ma galette d'Yiwu de 2001 (j'aurais aussi pu prendre celle de 2003, mais cela faisait un certain temps que je n'avais pas goûté à celle-ci).

Comme 'cadre' à mon gongfu cha, j'ai choisi ce tissu Ribeauvillé (78% coton et 22% lin) avec de jolis motifs chinois. Ses couleurs vives et ses fleurs m'évoquent le printemps exhubérant, et le tout est joliment chinois.

L'assiette céladon et la Xishi en zhuni se fondent bien dans ce tableau. Un tableau en 3 dimensions que je compose à mon gré. En cours de route, j'ajoute aussi ce vase blanc ancien à petite embouchure. Une musique chinoise m'accompagne comme fond sonore. L'eau bouillante crépite d'impatience. La représentation commence. Le vide. D'une main concentrée et calme, je verse l'eau dans la théière. Les premières effluves pénètrent mes narines. Je pose le couvercle d'un geste cursif pour faire disparaitre l'écume. Je verse encore un peu d'eau bouillante sur la théière.
Attente.
Je verse directement dans les coupes en alternant afin d'obtenir un thé de mème concentration dans chacune. Pour plus d'harmonie, j'aurais pu prendre les mêmes coupes. Mais j'aime bien voir les différences de couleurs et de toucher aux lèvres. J'obtiens de jolis dégradés et chaque coupe me donne l'impression de boire plusieurs thés en un. La grande coupe en haut a les parois les plus fines et les plus douces. Sa couleur est légèrement verte. Au milieu, vous reconnaitrez l'une de mes céladons aux parois épaisses pour un thé charnu. En bas, une tasse de couleur ivoire. Elle donne une couleur plus orange à ce puerh.

Je bois mon puerh. Il calme ma soif, mais mon corps en redemande. Je sens avec mon nez et tout mon corps la forêt montagneuse et sauvage d'où provient ce thé. Je me promène dans cette jolie forêt et respire la douce bise, la caresse du soleil. Quel plaisir...
Les jolies feuilles ouvertes, souples et épaisses, témoignent de la qualité de cette galette. Je m'amuse à sélectionner les plus entières.
Comme un touriste dans un endroit nouveau et fascinant, je prends des photos de ces instants de bonheur. Pour ne pas oublier et pour les partager avec vous.

9 comments:

Bertrand said...

Hello Stéphane,

Se thé est vraiment exceptionnel, je ne le bois pas souvent pour le garder le plus longtemps (je pense que tu l'a remplacée par la 2003?) et à chaque fois que je le déguste il me surprend. Je trouve qu'il évolue et s'affine agréablement bien sous notre climat européen (Belgique).

Merci pour cette superbe galette. Et pour tes superbes photos aussi :)

Sacha said...

Merci...

lionel said...

Merci Stephane pour ces quelques minutes de poesie et de meditation que tu nous offres...je vais prochainement re-deguster cette galette que j'ai la chance de posseder...et que j'ai eu l'honneur de te commander avant quiconque en juillet 2005...
As-tu encore des "sets" de ceremonie a vendre ? Je recherche quelque chose de tres simple et épuré...
Lionel

Anonymous said...

Quel voyage ! Nous avons le son, les images et soupçonnons les odeurs et arômes !
Je suis toujours émerveillée de l'interaction du contenant sur, à la fois la couleur du thé et sur le goût du thé !
L'onde de forme du réceptacle aurait une influence sur la couleur et par voie de conséquence sur le goût ...
Subtile interaction des éléments entre eux.
A chacune de mes dégustation, je choisi tasses différentes afin d'évaluer celle qui, à mon sens, conviendrait la mieux au thé.
Bien à toi.

Anonymous said...

J'ai oublié de signer le message précédent : "non anonymous" : Hélène

pierre-antoine said...

gestes délicats, frolements, odeurs...on croirait de la littérature érotique!!! le thé, plaisir de la chair?

Anonymous said...

This is so beautiful but I am unable to read it. Is it posted anywhere in English?

Furinae said...

Tout à fait d'accord, quand on boit un thé qui nous tient particulièrement à coeur il est très important de se mettre dans un cadre exceptionnel.

Un moment passé entre nous et le thé en toute tranquilité, ou les sons les couleurs les odeurs et les arômes sont en harmonie.

A chacun sa façon d'y parvenir.

Anonymous said...

J'avoue qu'il y a quelque chose de particulier quand on décide de prendre un temps d'arrêt pour ce permettre une bonne dégustation. C'est un rituel tout à fait particulier, et personnel à chacun, mais qui nous donne satisfaction physique et psychologique à tout coup.

Je trouve l'idée de boire avec trois tasses différentes très intéressante, trois couleurs, trois nuances, trois textures...

Bref, je trouve que de se donner le droit à ce temps de détente avec soi-même ainsi qu'avec une thé que l'on affectionne particulièrement vaut beaucoup mieux qu'une scéance chez un psy!!!

Mathieu