Wednesday, November 02, 2005

Paix avec les manipulateurs de thermomètre

Dans un article précédent, j'avais écrit:

"Pour les amoureux de la langue française, voici une définition bien complète et fort juste. J'aime bien leur troisième alinéa: "Boisson préparée par infusion de ces feuilles dans l'eau frémissante (...)". Remplacez "frémissante" par "qui vient de frémir" et c'est parfait, même si cela sonne moins bien. Pas bête ce dico! Il en sait plus que tous les manipulateurs de thermomètre."

Ce qui devait arriver arriva: une lectrice de mon blog (que je n'ai jamais rencontré, mais dont j'ai pu lire de bons petits articles sur le thé) se trouva personnellement attaquée et le fit savoir en ces termes:

"Pourquoi tant de haine envers moi?
pourquoi commencer par quelquechose de joli pour fini par un coup de lame gratuit?"

D'autres ont ensuite emboité le pas et la soutiennent, notamment au nom de la liberté de boire son thé comme on l'aime. Sur ce point, je leur donne entièrement raison. Le plus important est de trouver (ou d'adapter) une (ou plusieurs) façons de faire le thé qui vous convienne le mieux. Si vous faites un meilleur thé avec un thermomètre que sans, continuez à l'utiliser!

Mais mon blog se situe dans une autre perspective: il essaie, entre autres, de faire découvrir les principes du gong fu cha chinois tel que Teaparker me l'a enseigné. Certains de ces principes sont assez uniques et révolutionnaires (température de l'eau proche de l'ébullition, pas de rinçage) et c'est pourquoi j'utilise un peu de provocation et d'humour, de temps à autre, pour souligner cette différence avec toutes les autres méthodes.

Voyons donc en détail pourquoi, d'après moi, le thermomètre n'a pas sa place dans le gong fu cha:

J'appartiens encore à cette génération pour laquelle un thermomètre est un instrument envahissant l'intimité personnelle et annonciateur de fièvres et autres refroidissements. On en fait des électroniques maintenant et on les mets dans les oreilles. Mais moi je continue à l'associer à une autre partie du corps qui produit des odeurs assez différentes de ce que je recherche dans le thé. (En langage politiquement incorrect on dirait: "le thermomètre me fait penser à de la merde!")

Les deux prochaines raisons sont moins 'personnelles':
- La simplicité et le minimalisme sont des principes du vrai gong fu cha. Observez un agencement du matériel chez les Japonais et en verrez une illustration idéale. Pour entrer dans un état d'esprtit 'zen', il faut se débarrasser du superflu et ne garder que l'essentiel. Moins on fait de gestes et moins on voit d'objets modernes, mieux on peut se concentrer sur soi et sur le thé qu'on fait.

- Le principe même du thermomètre (comme celui de la balance pour mesurer les grammes de thé ou le chronomètre pour mesurer la durée de l'infusion) est contraire à l'esprit du gongfu cha. De quel gongfu, de quel savoir-faire faisons-nous preuve si notre technique d'infusion se résume à suivre à la lettre la recette donnée: tant de grammes à une température donnée pendant x secondes? Pour cela, on peut inventer des robots (me faire penser à déposer un brevet pour la première machine à gongfu cha!) Non, la maitrise du gongfu suppose que nous apprenions à écouter, à voir, à sentir le thé pour savoir comment le faire. Le faire sans aide extérieur, avec seulement ses cinq sens (et son expérience) permet et requiert cette concentration intérieure, cette sérénité si appréciée dans la pratique du thé chinois.

Utiliser un thermomètre est donc plus qu'une paresse sensorielle, c'est une barrière entre soi et le thé. Et aux amoureux du thé je répète volontiers les mots de Reagan à Berlin: "Tear down this wall!" (Faites tomber le mur!). Soyez un avec le thé!

Vous le voyez, je n'ai rien de personnel contre qui utilise un thermomètre. J'essaie juste de les convaincre (par provocation, persuasion, humour...) de laisser le thermomètre dans le tiroir et d'aviver leurs 5 sens lors de leurs prochaines infusions. Certes, au départ il y aura des ratés, mais le plaisir de réussir une bonne tasse en sera décuplé et c'est ainsi qu'ils progresseront sur la voie du thé. (Amen!)

10 comments:

nikosan said...

un article qui remet les choses à leur place...!
Je pense que le l'art du thé se doit avant tout d'être personnel... donc comme tu le dis, si ça fonctionne mieux avec un thermometre, pourquoi pas! Pour ma part je n'utilise plus cet ustensile, mais j'en suis encore à peser mon thé... mais je me soigne! ;-) Alors pour ma prochaine dégustation, je ferais sans la balance...
Amicalement,

Philippe said...

Il est si joli d'écouter la douce mélodie de l'eau dans sa bouilloire... Quand celle-ci est prête, elle trouve naturellement dans son répertoire la plus belle partition musicale qu'elle s'empressera de nous restituer avec bonheur pour nous prévenir.

Alors pourquoi un thermomètre ? Celui-ci ne sert à rien, au contraire, il détourne l'attention, et on passe à côté de l'essentiel, à savoir la poésie du thé (surtout préparé en Gong Fu Cha).

Quant au chronomètre, il est encore plus inutile, étant donné qu'il suffit de surveiller la goutte sur le bec de la théière. Celle-ci en disparaissant, donne le feu vert pour servir le thé (je parle toujours du Gong Fu Cha).

La vie est déjà faite de tellement d'artifices et autres gadgets inutiles, alors pourquoi s'embêter avec les mêmes futilités dans l'art de thé ? Un peu d'évasion, de poésie, de simplicité et d'INTUITION surtout....

lionel said...

Je crois qu'il s'agit d'un lecteur et non d'une lectrice qui t'a fait part Stéphane de cette remarque....
Il avait je pense en tête la préparation des thés japonais, plus sensibles, à mon avis, que les thés chinois en gongfucha, lorsqu'il a parlé de thermomètre (mais je me trompe peut-être...). J'ai goûté des senchas ou gyokuros préparés par des personnes utilisant un thermomètre (dont fait partie le lecteur en question ici...) et je dois dire qu'ils étaient tous excellents, meilleurs que je ne sais moi même les préparer (je n'utilise pas de thermomètre).
Quant à la technique de la goutte pour stopper l'infusion dans le gongfucha, elle ne marche pas toujours ...pas plus tard qu'hier avec un wen shan bao zhong, la goutte ne serait jamais retombée, j'ai stoppé l'infusion heureusement...
Lionel

Antoine said...

Ah l'ego!
Parfois utile, parfois épisodiquement mal placé. Où est la vraie place du thermométre dans tout cela ?
Ma foi, personnellement, mon point de vue rejoint celui de Stéphane ;-)
L'intérêt d'une passion (ici celle du thé) est aussi d'apprendre des autres, de confronter des points de vue, et de rester modeste en acceptant les divergences d'opinion sans se sentir personnellement offensé.

Un exemple ? Je n'aime pas le thé en infusettes (qui me fait toujours penser à une vieille blague douteuse sur l'utilisation d'un tampon usager... passons...). Mais j'en ai malgré tout quelques uns à disposition pour une amie qui le préfère ainsi, ce que je respecte totalement! C'est même un sujet de plaisanterie entre nous.

Alors, thermométre, calorimétre, ph-métre, pesette et autres trucs-métres, pas pour moi, mais toute personne les utilisant aura de toute façon grâce à mes yeux puisque nous partageons la même passion : celle du thé !

Amicalement

Antoine

Bertrand said...

Je bois le thé depuis une dizaine d'année, et je n'ai jmais utilisé de thermomètre! J'en avais jamais entudu parlé avant de lire ce post! En outre, j'adore entendre chanté ma bouilloire en fonte (tetsubin) et voir le fines bulles montés à la surface. Pour ce qui est du chrono, à chaqu'un son apprentissage! Si il peux aider certaine presonne au début de leur route du thé, ok! Après, il ne deviens qu'un élément superflu!

Bertrand

sophie, de Lannion said...

bon, finalement, personne n'utilise plus sont thermomètre pour le thé, alors ? ben moi non plus... mais je peux vous dire que la température de l'eau a toute son importance, cependant ! surtout pour la bande de joyeux théistes que nous sommes, à boire de toutes les feuilles, délicats gyokuro, solides tie guan yin, très mûrs pu er,...

Bertrand said...

Je voudrais ajouté suite à ce que Lionel à écrit : Quant à la technique de la goutte pour stopper l'infusion dans le gong fu cha, elle ne marche pas toujours ...pas plus tard qu'hier avec un wen shan bao zhong, la goutte ne serait jamais retombée, j'ai stoppé l'infusion heureusement...

Que le thé peut aussi être infusé selon notre état d’âme du moment ! Et la le thé est comme ont est… Je vous laisse seule juge !

d said...

Lutter contre les thermométres, soit. Contre les utilisateurs de thermométres c'est autre chose. Mieux vaut éviter de confondre provocation et condescendance.

Benead said...

le thermomètre je le l'ai jamais utilisé non pus, je n'ai d'ailleurs jamais imaginé qu'on puisse l'utiliser. Par contre je commence tout juste ma route du thé et j'utilise occasionnellement une balance (pour avoir une idée du volume d'un nouveau thé par rapport à sa masse) et surtout le chronomètre. Je ne pense pas l'utiliser pour le gong fu cha mais pour les infustion "classique" je l'utilise pour le moment, je n'ai pas encore suffisament l'habitude.

Geeho said...

Je suis plutôt nouveau sur ce blog. Mais ça m'attriste un peu cette controverse pour son commentaire sur le thermomètre.

Êtes-vous si fragile qu'un peu d'humour mordant vous brise?

Aux utilisateurs de thermomètres je dis: j'ai trouvé ce site en cherchant une bouilloire sur laquelle il y aurait un thermomètre. J'accepte humblement son commentaire amusant, qui m'a fait sourire *justement* parce que ça me visait directement.

On peut réagir de multiple façons devant son commentaire... Par orgeuil on s'offusque, ou par humilité on souris. Essayez la seconde méthode, c'est plus drôle... ;)