Friday, February 24, 2006

Mes 4 théières d'Yixing

Aux 'amoureux' de théières:De gauche à droite et du haut en bas, de la glaise la plus dure à celle la plus souple: Zhuni baotai, zhuni xishi, zisha pourpre et duanni jaune.
J'aime bien la sobriété de leur forme. Pas de fioritures ou quoique ce soit de kitsch comme des têtes de dragon ou des gravures. Rien pour détourner l'attention. De plus, la glaise de chacune de ces théières est pure. Aucun mélange n'a été fait pour obtenir une couleur ou texture spéciale. Ainsi, l'action de chaque théière sur le thé est unique et 'pure'. Le résultat est un thé cohérent et limpide. Elles sont faites à la main par des artisans professionnels, mais ne revendiquent pas l'appelation de théières de maitre. Elles restent modestes comme le sont les arpenteurs de la voie du thé. Leur unique but: faire le meilleur thé, aussi souvent que possible.

12 comments:

Lionel said...

Belle enfilade de théières Stéphane...J'ai la deuxième en partant de la gauche et je l'aime beaucoup !
Quel thé prépares-tu dans chacune d'elles déjà ? (tu as du le dire déjà ...)
Lionel

Bertrand said...

Je voudrais quand même ajouter que les motifs sur les théières, reflètes la personnalité des gens, car, quelqu'un n'achète pas une théière avec motif, par hasard!
Sinon une théière sobre, j’adore aussi !
Cordialment,

Bertrand

Stephane said...

Lionel,
(de gauche à droite)
- la fine baotai: des oolongs légers et du baozhong
- la xishi: pas encore définitif (j'utilise sa grande soeur pour le jeune puer cru)
- la zisha: le vieux pu er cru
- la duan ni: le puerh cuit

Bertrand,
Des motifs sur la théière ne sont pas de mauvaises choses en soi, et je m'excuse si j'ai blessé tes sentiments. Du point de vue du plaisir visuel, je suis plutôt un minimaliste qu'un adepte du baroque (et encore, quoique, mon tissu pour faire le thé est tout sauf simple!) A chacun ses goûts, je suis d'accord. Si une théière à motif te donne du plaisir à regarder, tant mieux.

Mais en se plaçant du point de vue objectif de quel théière fait le meilleur thé, les motifs, gravures, figurines... n'ajoutent rien à la qualité intrinsèque de la théière. Ces décorations sont ajoutées pour 'embellir' la théière, pas pour faire un meilleur thé. Je crois, pour ma part, que celle qui fait le meilleur thé est la plus belle théière, et non le contraire. Imaginons qu'un artiste fasse un joli objet avec la fonction de théière. Il n'est pas sûr du tout qu'on puisse y faire du bon thé dedans.
Imaginons maintenant une théière qui arrive à faire sortir les meilleurs aromes d'un certain type de thé. Je suis certain qu'une telle théière ne saurait nous laisser émotionnellement indifférent.

Bertrand said...

Stéphane,

Je suis d'accord avec toi! Sache que tu ne m'a pas blessé! Tu sais bien que j'apprécie ta sincérité!

Cordiales salutations,

Bertrand

SoL said...

Bonjour les amis ! Je voulais faire remarquer l'existence, sur cette page même, d'un contre exemple à tout ce que vous écrivez sur les théières : c'est la théière-avatar de Stéphane ! cette théière est probablement d'une grande importance pour notre blogmaster (façonnée de ses propres mains, non ?) ; et pourtant, je ne pense pas que cette théière "des débuts en céramique" puisse mettre en valeur un grand cru de thé (mais peut-être que je me trompe ?!)

En tout cas, je l'aime beaucoup, cette théière-avatar : elle témoigne de l'engagement de celui qui l'a modelée sur le chemin du thé. On appelle ça aussi "mettre la main à la pâte"...

Est-ce que le tir de l'archer est beau parce que le geste est bon, ou bien parce que la flèche atteint la cible en son centre ?

Stephane said...

Bonne question Sophie. En théorie, cette théière a quelques défauts techniques pour faire un thé parfait. (Son vrai point faible, c'est son couvercle qui ne couvre pas bien la théière). Ma théière main a surtout une valeur sentimentale qui peut influer subjectivement le plaisir du thé qu'elle fait. Mais le mieux serait que je refasse une comparaison entre un thé fait dedans et dans une théière appropriée (elle est dédiée au TGY torréfié).

Si je vous montrais un gros plan du couvercle, vous verriez tout de suite que cela cloche: il est oval et pas symétrique, ni fin. C'est ce manque de 'beauté fonctionnelle' qui crée les problèmes.

Car, pour reprendre l'exemple du tir à l'arc de SoL, c'est la beauté du geste qui permet à la flèche de voler droit vers la cible. Un geste maladroit atteindra le centre par chance, un geste beau l'atteindra si il est en harmonie avec le vent, la distance... les éléments extérieurs. De même qu'une bonne théière devra correspondre au thé, à l'eau, la durée d'infusion...

Antoine said...

Effectivement, une bien belle collection !!!

Et les explications de Stéphane concernant leurs caractéristiques "techniques", leur attribution à tel type précis de thé

m'enchantent, et m'attristent en même temps.

M'enchantent car car nous découvrons que tel type de clay est plus particulièrement adapté à telle famille de thé.

M'attristent car, pour avoir rendu visite à nombres de boutiques "spécialisées" en IDF, je n'y ai JAMAIS eu ce genre d'infos. Bien

sur, de belles théières, ces marchands en vendent. Mais en régle générale, à la question "pourquoi celle-ci est-elle plus chére", la

réponse est invariablement "parce qu'elle est faite main, ou en terre de meilleure qualité...". Et si on pousse le vice jusqu'à

demander laquelle choisir pour tel type de thé, là aussi toujour le même refrain: "une théière par thé".

Les mots "baotai, xishi, zisha, duan ni" semblent totalement inconnus, amusants voir anecdotiques dans le meilleur des cas. Or ce

manque d'information, s'il est compréhensible dans une boutique lambda, me semble plus problèmatique lorsque l'on est chez un

spécialiste réputé.

Preuve en tout cas qu'en France, et à part sans doute quelques rares exceptions, le "boum" du commerce du thé et accessoires

attenants s'accompagne encore d'un énorme "flop" en matière de culture générale (liée au thé).

Donc merci encore à Stéphane de nous aider à combler ce vide :-)

SoL said...

...l'ajustement du couvercle sur la théière : c'est sans doute l'une des nombreuses difficultés pour le potier, ajuster couvercle et corps de la théière, les pièces de terre réduisant chacune à sa manière pendant le séchage du tesson, et puis ensuite à la cuisson. Mais bon, je voulais demander à Stéphane : si on se sert de "l'eau qui rentre dans le bec de la théière" comme minuteur pendant l'infusion, je pense que ça ne marche que si le couvercle est bien ajusté au corps de la théière ? sinon, il y a une entrée d'air par le couvercle qui empêche "l'appel du thé" par aspiration ?

...peut être matière à discussion ; non pas sur le temps d'infusion de chaque thé, mais plutôt sur comment faire pour optimiser le temps d'infusion à l'oeil, en gong fu cha !

Stephane said...

Merci Antoine pour ta remarque. Je crois que je suis un des rares à livrer ces explications sur le net (il n'y a pas que les boutiques d'IdF où on ne trouve pas!) Chez certains, c'est par manque de connaissances ; chez d'autres, c'est pour mieux influencer les décisions commerciales de leurs clients.

Sophie, je ne crois pas que le couvercle doit être bien ajusté au corps. L'eau qui déborde de la théière créera comme un joint entre le couvercle et la théière. Cela s'observe notamment quand on fait le thé au gaibei/zhong. Le même phénomène se produit alors que le couvercle d'un zhong est juste posé dessus. (Et il y a un trou qui laisse passer l'air dans la boule au-dessus des théières chinoises.) Bien sur, si l'ouverture est trop large, alors cela ne marche pas (ou bien s'est moins visible).
Oui, j'utilise aussi cette indication pour la durée d'infusion, ou bien je le fais au juger, selon ma connaissance du thé en question.

Lionel said...

En réponse à Antoine : Je ne sais de quelle boutique en IDF tu parles, mais j'en connais une qui si elle ne parle pas de zisha, zhuni etc...donne de très bonnes informations sur les théières et sur quelle théière pour quel thé. J'ai lu des informations sur le net (pas sur Teamasters), notamment les qualités requises pour une théière à pu er. J'ai échangé là dessus avec une spécialiste réputée d'une boutique parisienne (...), elle a démonté tous les arguments que j'avais lus, avec des explications très bonnes. Je lui ai demandé de quelle argile était faite ma théière achetée là-bas, zisha ou zhuni clay ? On m'a répondu : aucune des 2, la terre vient de Taïwan, elle ne peut donc avoir la même appellation que ces termes désignant des terres que l'on trouve en Chine dans la région de Yixing...Bref, ceci pour dire que l'on trouve aussi en IDF (et dans la boutique dont je parle en particulier, place Monge Paris...) des conseils très bons et une expertise d'une qualité pour moi inégalable, pas systèmatiquement orientés commercialement...Lionel

Antoine said...

Lionel

Nous sommes bien d'accord: la M3T fait partie des exceptions. Et tous ceux qui y font des achats semblent confirmer la qualité des produits, et des conseils. Seul bémol, les tarifs, exceptionnels eux aussi semble-t-il ! Ceci dit, il faudra que je m'y rende tout de même, histoire de rajouter une "petite couche" à ma culture personnelle.

Lionel said...

ô oui il faut que tu t'y rendes...Je ne sais pas si leurs tarifs sont aussi exceptionnels que ça. La fourchette de leurs prix est large, d'assez peu cher à très très cher. Par camparaison, ils ne sont pas plus chers que dans d'autres boutiques ou même des sites internet. J'ai rarement été déçu par un achat chez eux en tout cas...