Thursday, May 24, 2007

Petite/short absence

Je me rends dans le centre de Taiwan pour quelques jours, le temps de chercher des bons Oolongs de printemps. Retour lundi soir prochain. Je n'aurai pas accès au web entre-temps. Excusez-moi donc si je ne réponds pas immédiatement à vos messages.

I'm going to Central Taiwan for a few days and will come back next Monday evening. During that time, I won't have access to my PC or the www. So please be patient if you're waiting for my reply.

I recommend you watch this Chado tea video while you're waiting. This film maker declares his love for tea. That love is so strong, it almost becomes a parody. Almost.

Spring Oolongs and Fake Formosa Oolong

I will leave for Central Taiwan in a couple of hours to select my Spring Oolongs and attend Lugu's Farmer Assocation Tea Competition Final Day on May 27. That's when they announce the winners from a field of over 4000 (tea) contestants and then buyers meet with farmers. After the winners are announced, the Farmer's Association House turns into a big market where over a hundred tea farmers propose their competition Oolongs for sale. The advantage for consumers is that the teas have been graded during the tea competition: 1, 2 or 3 flowers (equivalent of stars). The more stars, the higher the price, and these 3 price levels are the same for all farmers. In general, such graded teas cost a little more than if you go to the farmer to purchase non competition teas, because costs for the competition have to be added.

For consumers who are unsure about their selection ability and are afraid to be ripped off, it is a way to obtain an independent quality label for the tea they purchase. I would say it helps turn tea into a commodity for those who are not experts. But for myself, a 3 stars rating system is not enough to tell you what kind of Oolong you are buying. Tea farmers usually will also tell you where it comes from and what roasting level it has. But I found there can still be big differences in taste for the same grade. For expert drinkers, competition teas still need to be tested before purchase. And almost the only day you can do that is that Sunday. Once the competition tea hits the shelves of the tea shops, it is packaged and sealed. (It is also sealed on Sunday, but the farmers have a sample of each of their sealed batches and they use that sample to let buyers test tea on that day.) More on that subject after I come back...

My other 'concern' for my trip is the emergence of fake Formosa Oolong. Teaparker recently wrote two articles on the subject. I'm not really concerned that my sources will try to fool me with this imported Oolongs. We know each other long enough and they would be risking their long term relationship with me if they tried to do something like this to me. They know I have a well trained long nose (foreigners are called 'long nose' in Taiwanese!) I've found that tea professionals are quite straightforward about this among each other: they tell you right away that Oolong comes from Fujian, Indonesia or Vietnam. With wholesale prices a third or a fourth of what Formosa Gao Shan Oolongs cost, it's obvious theses Oolongs don't come from Taiwan.

Last year, I had purchased some fake Oolongs and remember giving a few samples away together with my winter Oolongs. I didn't get much feedback from my readers. Personnally, I felt there was a big difference in taste between genuine Formosa Gao Shan Cha and these imitations. Those tend to turn bitter and don't have as flower and fine fragrances. But I wonder how long real Formosa Gao Shan Oolongs will remain ahead of that foreign competition. A reason of concern is that these fake oolongs are often produced by Taiwanese farmers who have 'off shored' their production. They brought the same equipment and skills to East Asia then those used in Taiwan. The only thing they couldn't bring along is the 'Shan Tou Chi', the soil (le terroir). But, when you consider wines, this didn't stop New World wines to become the rising stars they are nowadays, while most French wines don't seem to evolve and improve much anymore.

I hope to find some foreign Oolong so that I can continue to educate you about the differences with real Formosa Oolong with the help of samples. A part of me (attached to Taiwan) hopes that Formosa Oolong will be better, but another part of me hopes that these other countries will also learn to make good Oolongs at lower prices. I wouldn't hesitate to sell such teas with a proper label mentioning their true origin if I found them interesting enough. This competition can be an opportunity for Taiwanese farmers to move higher in quality and better stress the unique characteristics of Taiwan's climate, mountains and culture. Teaparker says consumers also need to learn more how to identify and appretiate Oolong. This is where I try to be of help with my blog.

Tuesday, May 22, 2007

Tea sanity

I sometimes wonder what non-tea drinkers must think when they stumble upon my (and others') tea blog. Here, in Taiwan, there are so many tea fans (short for fanatics!) that my pursuit is very well accepted and respected. I guess many Chinese/Taiwanese feel some national pride to see foreigners embrace gongfu cha. Water, beer and coffee drinkers, on the other hand, must think that I am a little cookoo to devote so much of my time and energy in the pursuit of tea leaves. Different cultures have different sets of standards to judge people's behavior. So, is my condition serious doctor? ('c'est grave docteur?')

No at all. I find that tea adapts to many different life styles. Western and Eastern:

- Hedonist: you're looking to enjoy life to the fullest. Even what you drink should bring your joy and excitment: drink tea! (a prize winning Oolong, for instance)
- Spiritual: you need intimacy and harmony to meditate about life: drink tea! (an old puerh or old Baozhong)
- Health conscious: you want to beef up your immune system: drink tea!
- Traveler: how to you go to Taiwan and Yunnan within minutes? You prepare a cup of tea!
- Cold in winter: a warm cup of roasted oolong or cooked puerh will warm up your body and mind.
- Hot in summer: a warm cup of green tea (or 'green Oolong') will cool you down too!

and there is one more occasion I can think of right now:
- Cure for modern (stressful) life: you're juggling work with raising your children. At the same time you are preparing to move to a new apartment in 10 days (that needs decoration and furniture), while preparing your vacation from mid June to beginning of July (a passport needs to be established, hotels and airport pickups must be arranged...) and to top it all a film maker will come next weekend to learn about Taiwan's top teas! For such (not so hypothetical) circumstances, a few rounds of gently roasted Oolong are really helping (me) to remain sane and find the energy and motivation to overcome all these challenges.

Monday, May 21, 2007

Une lettre de Lydia Gautier du Mali

Lydia Gautier est probablement un nom familier pour pas mal de mes lecteurs Français. Elle a rédigé plusieurs livres sur le thé:
"- Le thé, arômes et saveurs du monde paru chez Aubanel,
- Tea paru chez Chronicle Books (traduction du précédent)
- Plaisirs du Thé qui vient de paraître aux éditions Paja : c'est entre le cahier de bord et le livre, il y a une trentaine de pages de présentation de l'univers du thé puis des pages vierges à remplir soi-même au fil des dégustations, des souvenirs à coller ou inscrire etc."
Je n'ai pas lu ces livres. Ici, à Taiwan, j'ai déjà de quoi faire avec toute la littérature en chinois! Mais je pense que cette ingénieur agronome diplômée de HNA Paris Grignon (spécialisée en agronomie tropicale), doit s'y connaitre suffisamment dans ce domaine pour être éditée.

Si je vous parle d'elle, c'est parce qu'elle m'a passé une petite commande de thé à Pâques, et qu'elle vient de me renvoyer un petit compte-rendu de ses dégustations:

"J’ai commencé à explorer tous ces différents thés, notamment les pu er. Impressionnants … Malheureusement je n’ai pas tout mon attirail ici à Bamako, en particulier un service à gong fu cha, j’ai donc tout préparé avec des sets à déguster et poussé les temps d’infusion : 7 minutes pour les pu er, 6 minutes pour les wu long. J’ai été impressionnée de voir l’évolution millésime/bouquet aromatique sur les pu er crus qui ont vraiment des notes aromatiques semblables à des thés verts chinois quand ils sont jeunes comme le pu er 2003 de Yiwu.

Mon favori est le pu er cru millésime printemps 1989 de Jiang Cheng avec une dominante patchouli impressionnante et une continuité entre l’odeur de la feuille sèche, l’infusion et la liqueur. Je l’ai d’ailleurs cité dans un ouvrage que je suis en train d’écrire (sortie prévue en janvier 2008). Concernant les wu long, je n’ai pas encore fini de déguster toute la sélection. J’ai goûté les Shui Xian avec une nette préférence pour celui de 1992 dont je parle aussi dans mon bouquin qui a des notes caramel mou , boisé, fruits exotiques séchés, un vrai délice. Et les Oriental Beauty, avec un coup de foudre pour celui de Hsin Chu County de l’été 2005 qui a des notes miel de montagne, compotées, une gourmandise que j’ai bientôt terminée d’ailleurs, en as-tu encore?"

C'est une question qu'on me pose souvent, car il a disparu de la sélection. Mais les récoltes de l'été 2007 approchent. Je compte me rendre dans la région de Hsin Chu à la mi-juillet. Il y aura un festival du thé de Beauté Orientale à Beipu les 12/13 juillet. J'espère alors pouvoir en retrouver avec des caractéristiques et une qualité semblables. Mais avant cela, il y la compétition des Oolongs de Lugu. Elle s'achèvera dimanche prochain, le 27 mai. Je compte m'y rendre fin de la semaine pour sélectionner les Oolongs de ce printemps.

Wednesday, May 16, 2007

Nanfang Zhuni Xiao Pin (2)

Cette petite théière de 6 cl est un peu en hauteur et mince que celle que je vous avais présenté il y a quelques jours. En chinois, on dit qu'elle a une forme de poire. En Chine et à Taiwan, la poire (Li) est un fruit noble aux sonorités semblables au mot cadeau 'Li', si bien qu'on offre souvent des poires en cadeau à Taiwan. Les meilleures atteignent des formes impressionnantes car elles sont cultivées dans les hautes montagnes, notamment à Lishan (qui signigie montagne de poires!) Elles sont très juteuses et sucrées aussi, avec une chair blanche bien croquante. En France, le mot poire a des connotations souvent familières: "Je me fends la poire" ou bien la Renault 14, dont le renom fut ruiné par son surnom, la poire. Les connotations de poire et de Li ne sauraient être plus opposées. C'est pourquoi, je préfère ne pas employer le mot 'poire' pour la décrire.

Une autre curiosité de langage en chinois concerne la poire: 'fen li' veut dire couper ou partager une poire, mais les sonorités sont les mêmes que pour mettre un terme à une relation (amoureuse). A cause de ce double sens, la plupart des couples chinois ne partagent pas leur poire avec leur partenaire. Couper une poire en deux et offrir une moitié à sa petite amie est très mal vécu, alors qu'on a tendance à partager tout le reste (les plats sont communs à table). La symbolique de ce fruit est donc assez complexe: il est poli de l'offrir, mais pas de le partager.

En vous présentant cette théière, je crains également commettre un faux pas. En effet, seules ses photos m'appartiennent encore. La petite zhuni, elle, est déjà en route pour la France. L'autre Nanfang zhuni Xiao Pin avait suscité de nombreux commentaires et au moins autant de courier direct. Je suis désolé de m'avoir pu satisfaire que 2 personnes cette fois-ci. Mais comme l'attente fait aussi parti du plaisir, je vous propose ces photos pour mieux passer le temps d'ici à ce que j'ai l'occasion de retourner chez le collectionneur qui m'a vendu ces 2 théières.

Tuesday, May 15, 2007

Spring 2007 Semi-wild Wenshan Baozhong

Le meilleur (Baozhong) pour la fin (de la série): le Baozhong semi-sauvage est proche du 'forêt subtropical' par son oxidation, mais il contraste par une infusion plus ronde et reposante et des parfums plus purs encore.These Qingxin/Luanze Oolong leaves come from a tea plantation that hasn't been maintained for over 3 years. No fertilizers and no pesticides have been used for a long time. We can see that the leaves have grown quite long, a good sign of their organic origin. The colors of the dry leaves are very sharp and vivid.
Like the 'subtropical forest', these traditional Wenshan Baozhong leaves have been processed with a higher oxidation level as is usual nowadays. So, there are many similarities in terms of fragrance between these 2. The dry smell also reminds of my walks in the mountainous Wenshan forest around Taipei.
The color of the infusion is yellow, slightly orange, and bright. The transparency of the brew is very good. (Better than on the picture, as we have a cloudy sky and suboptimal conditions for photography).

The smells are particularly pure. I find both the fragrance of subtropical flowers and of the Wenshan forest. This time, the fragrances are lighter and fresher than the previous (winter) semi-wild Baozhong I had, because this is the Spring harvest. The scents are full of sun, pure, but thick and also fruity, like apples.

The taste is much more calm than the 'subtropical forest', which is more energizing, electrifying. There is a sour hint at the beginning, but it's immediately replaced by a deep mellow and sweet taste. The tingle in the mouth is there, but it plays several octaves lower (than the 'subtropical forest Baozhong'). The end is dry, but it continues to play in your mouth several minutes after you've swallowed it. Very nice.
The open leaves are big, sharp and fully developed. This confirms the natural environment where they have grown. You can also see that they have been bitten here and there by little insects. The color is dark green with hints of red, confirming also their higher oxidation level.

Price: A pack of 100 gr costs as much as a pack of 150 gr of 'subtropical forest' Baozhong.
Prix: Le paquet de 100 gr coute autant que 150 gr de Baozhong 'forêt subtropicale'.

Friday, May 11, 2007

Baozhong 'forêt subtropicale' du printemps 2007

Ce Baozhong de première qualité est fait exclusivement à partir de luanze (qingxin) Oolong. Sa caractéristique particulière est son oxidation un peu plus forte que la majorité des Baozhongs modernes. Les feuilles sèches sont entières et d'une couleur verte foncée intense.
l'infusion est jaune, huileuse et tire encor un peu sur le vert. La clarté est OK. On a comme le soleil de la fin d'avril dans notre tasse. En effet, ce Baozhong fut récolté début mai, au meilleur moment de la saison de cette année, après plus de deux semaines de temps ensoleillé.

L'odeur profonde et fraiche des feuilles sèches est celle de la forêt du Wenshan.

L'infusion le confirme. C'est un mélange luxuriant d'arbres, d'arbustes et de fleurs des bois subtropicaux. On y trouve aussi ce soleil chaud du printemps et une odeur sucrée bien longue.

Le goût est très tonique. Il combine un peu d'acidulé et de rondeur avec un rien d'amertume qui se transforme en sec, puis en sucré. Comme d'habitude, je l'ai choisi pour sa très longue présence en bouche. Il fait même saliver en bouche. Si bien qu'une tasse en appelle une autre!Les feuilles ouvertes ont quelques endroits rougeâtres, témoins de leur oxidation un peu plus poussée. Elles furent ramassées à la main, une à une, dans un geste que j'imite si maladrtoitement!

(Disponible au même prix que l'an passé en paquet de 150 gr ou de 100 gr).

Thursday, May 10, 2007

Olive oil tasting

Thanks to Ido, I have received 3 kinds of olive oil from Israel. Ido used 3 colors, green, red and yellow to distinguish between the bottles. According to Ido, the green and the yellow labels are almost identical, with just the time of harvest being different.

From the color of the olive oil, the green label olive oil indeed has a yellow greenish color. It also looks very sharp and transparent. The yellow label is also nicely clear, but looks more gold. The red label The yellow label is a little unclear.

1 Yellow label:
-Smell: very pure and light oil full of sun and dry land. Beyond the scent of this olive oil, I can immediately combine it with the wonderful Mediterranean dishes that use this oil: hummus, tahina dips, falafel, pita bread. The scent of the promised land!
- Taste: light viscosity and a very light lingering sweet dryness in the mouth. Almost tasteless, which makes it really a very tasty oil, because I can think of few oils that I would swallow alone without feeling sick. Very impressive. A similar experience as with some of the best teas. That bottle won't last very long, Ido. I think we have to make further tea for oil swaps in the near future.

2. Red label:
- Smell: more fruity and stronger. It lets me salivate from the start. That one seems to long for stronger dishes. It greatly enhances the mixed salads I make. The scent is rougher, but still completely natural (especially compared to what olive oil I find here in the local supermarkets: they smell like artificial olive scent mixed with another industrial grade oil.) Here I can still smell the strength of the sun and a natural unity.
- Taste: rougher it is. Just after the viscosity is over, some medium strong tannins are felt in the mouth and then especially in the throat. I feel a sensation of burning throat.

3. Green label:
- Smell: raw fruit. This oil was pressed from young, unripened olives. That's very clear from the very fresh and raw scent. It is also very pure and whole.
- Taste: The burning in the throat was so intense during one of my tastings that tears appeared in my eye! Whoaooh! That's really a rough ride! Even the stomach feels like drinking too green Oolong. The aftertaste lingers dry and rough in the mouth. I guess that with just a few drops of this olive oil concentrate you could give a generic, smooth oil an olive oil taste and smell. That must be how the forgers are doing it!

Conclusion: The difference between yellow and green label shows that the ripeness of olives is indeed a major factor for how smooth the olive oil will taste. Also, like there is pairing of wine or tea with food, I could also taste that different olive oils fit different foods. Again, I thank you very much Ido, the provider of divine tasting oils! Toda raba.

Tuesday, May 08, 2007

NanFang Zhuni Xiao Pin

Je pèse 61 grammes pour 6,5 cl seulement. Ci-dessous, je suis côté de la (pourtant déjà petite) Xishi en zisha de 10 cl et regardez comme elle a l'air énorme! Je n'ai pas plus de 10 ans d'âge, mais mes formes, mon style est éternel. Il date du début du gongfu cha, inventé à Chaozhou dans la région de Canton, près du Fujian. Pour parler de cette région du sud de la Chine on dit communément NanFang (Sud Région). Mon style date donc du milieu de la dynastie Qing.

Vous pouvez voir ci-dessous l'endroit où j'ai été connecté. Le thé s'écoule de l'autre côté par un seul trou, assez petit, vu ma taille, pour ne pas nécessiter de filtre. Pour me recréer, on a donc fait appel aux mains d'un potier d'Yixing. Ma glaise zhuni elle, a été travaillée de manière traditionnelle par mon créateur. Mais il se pourrait qu'elle provienne des environs de Chaozhou au lieu d'Yixing. C'est un secret jalousement gardé par mon papa. Il m'a signé 'Bo Ting' et a calligraphié un joli poème sur le jour qui se lève et les couleurs de l'automne qui s'en vont.
Mes principales qualités, c'est que je suis belle et que je fais du très bon thé. Je préfère les oolongs torréfiés de Formose ou de WuYi, ou bien les puerhs anciens. Des goûts de luxe, oui, mais je fais très attention à ne pas abuser des bonnes choses avec mes 6,5 cl.

"C'est combien?"

Me voilà choquée par vos pensées! J'espérais une déclaration d'amour, un poème... Pièce unique, je ne suis pas donnée, certes , mais ne veux pas me vendre au plus offrant et ne coûte pas plus que la zhuni Baotai. J'aimerais surtout voyager, partager des moments calmes et servir aussi souvent que possible. Et si en plus on me susurrait des mots tendre en français, cela serait le paradis!

Monday, May 07, 2007

Petite annonce du 6 mai 2007

Pour consoler les déçus et réjouir les heureux de ce soir, je vous annonce cette bonne nouvelle: je viens de m'approvisionner aujourd'hui en Baozhong 'forêt subtropicale' de première qualité ainsi qu'en Baozhong semi-sauvage de ce printemps 2007! Je vous livrerai mes notes de dégustation détaillées ces prochains jours.

Sunday, May 06, 2007

Spring 2007 Top Grade 'Lily flower' Baozhong

This top grade lightly oxidized Wenshan Baozhong is 100% made of luanze (Qingxin) Oolong cultivar. The dry leaves have a typical beautiful dark turquoise color. Oxidation of these handpicked leaves is light.

The color of the infusion is light gold. Clarity is good.

The smells are typical of very good light oxidized Gao Shan Oolong: light flower smells, cut grass, candies. The light oxidation is like a mix of the vegetable, grassy smell of green tea, and the sweeter, light lily flower smell of a more oxidized Oolong. These 2 facets appear differently over the different brews and depending on the infusion time. That's why it's always both a challenge and a wonder to brew such a Baozhong, because each cup will be different a little different from the other.

Since this Baozhong is based on the luanze Oolong cultivar, the aftertaste is particularly long. Before that, the taste is mostly sweet. I feel a gentle tingle on my tongue and this makes me salivate just under my cheecks. Some tannins fulfill my whole mouth and they turn dry and sweet. I also realize the cooling effect of this light oxidized Baozhong - no wonder I've been reaching for it often during those last days when the temperature reached summer season levels-. And because of its light oxidation, I recommend to drink this Baozhong on a (partially) full stomach.

Price level: same as Top grade Baozhong from 2006. 1 size: vacuum sealed packs of 150 gr.

Friday, May 04, 2007

'Organic' Baozhong of Spring 2007

This slowly grown 'organic' Baozhong contains leaves of various Oolong varietals (Luanze, Jinxuan, Tsui Yu, Si Ji Chun..). The size of those whole leaves is quite impressive. The harvest happened mid April 2007. Oxidation is very light.

The infusion is light yellow and greenish. Clarity is OK.

Fragrances: light smells of fresh grass, some light forest scents and even marshmallow.

Taste: The pure and clean taste lingers for quite a long time. Thanks to the whole leaves, this tea has no bitter taste and can therefore be brewed for long times without risk of overbrew.

Wet leaves: The big size of these handpicked leaves is obvious.

This makes it a good light Baozhong for every day. The mix of different varieties helps to create a more cost effective balance of light scents and long aftertaste. I recommend to fill the gongfu teapot/gaibei with leaves for this tea. Anyway, with dry leaves as big as that, you won't be able to put that many inside!
(Same price as last year's high quality lily Baozhong. Available by packs of 150 gr.)

Tuesday, May 01, 2007

Mon brin de muguet de France

En ce 1er mai, le mieux c'est de laisser les autres travailler! Alors je vous propose cette longue lettre de Thomas accompagnée de mes réponses et de quelques unes de mes photos:

"Bonjour Stéphane,

Le colis contenant ma première commande chez toi est bien arrivé. C’est avec un grand plaisir que j’ai découvert le contenu de la boite : les deux théières en zhuni et la galette de Pu Er. C’était ma première commande sur le net et j’en suis enchanté. Avec des articles d’une telle qualité, c’est certain : « le bonheur est dans le thé ».

La coupe en céladon était on ne peut mieux choisie car j’apprécie beaucoup cette couleur. Cependant, j’hésitais car sur la photo de ton blog, on ne se rend pas bien compte de la forme de cette coupe. Avec la déformation optique du gros plan, elle apparaît plate comme une soucoupe… peut-être qu’une vue plus de profil rendrait mieux compte de son élégant design.

Stéphane: Cette coupe est effectivement différente de celle de ma sélection (à gauche). La tienne a un bord un peu plus rond que celle de droite (je posterai une photo de celle que tu as reçu à l'occasion).

J’étais donc assez ému en découvrant cette coupe dans ma commande. Un grand merci aussi pour les deux petits dais de tissu éponge dont la couleur s’harmonise très bien avec la zhuni et le céladon, ils me sont très utiles. Il me faut encore essayer les charbons.

Quelques commentaires sur les articles de ma première commande : (ne sachant dans quels postes du blog introduire mes commentaires, je te les envoie dans cet E-mail. Tu peux évidemment réutiliser mes notes de dégustation et avis sur le blog si tu le désires)

Concernant la zhuni baotai et la zhuni xishi :

je possède déjà quelques petites théières en terre « dite de yi xing », mais après avoir fait quelques essais il est flagrant que les performances de tes théières sont nettement supérieures à toutes celle que j’ai pu avoir en mains jusqu’à présent. Tout d’abord, elles conservent étonnement bien la chaleur et pendant très longtemps. De plus, lors du comparatif avec un zhong, la différence est manifeste : le thé est plus rond, plus doux, plus moelleux, les parfums apparaissent mieux structurés et organisés les uns par rapport aux autres, les caractéristiques du thé sont plus en harmonies par
les unes par rapport aux autres. C’est un petit peu magique. On pourrait même croire ces deux petites merveilles dotée d’une intelligence : une telle capacité discriminante pour gommer les légères « imperfections » et magnifier les qualités, n’est-ce pas étonnant ?
(J’utilise la xishi avec le jeune Pu Er. j’ai utilisé la baotai avec du Baozhong, du Dong Ding, et du Oriental Beauty. J’ai pu noter que malgré la dureté de la terre, il y a tout de même une empreinte légère des thés précédents sur les suivants, car en testant un Ti Kuan Yin très vert et pas très intéressant, je me suis enchanté d’y découvrir de délicieuses fragrances insoupçonnées… malheureusement, en renouvelant l’expérience ce TKY avait retrouvé sa banalité. Il avait sans doute bénéficié de l’empreinte de ce superbe baozhong d’automne des échantillons. Et dire que pendant un
moment je me suis mis à croire que cette petite transformait le plomb en or… ce n’est semble-t-il pas le cas. Cependant, pour filer cette métaphore, je dirais que si un théière ne transforme pas le plomb en or, un pièce en argent oxydée et noircie en ressortiras étincelante et brillante… )

A propos des thés :

Pu Er sauvage Yi Wu 2003 :

Sans aucun doute le meilleur jeune Pu Er que j’ai eu l’occasion de déguster. On ne retrouve ici aucun des habituels défauts de ces thés : odeurs fumées rappelant le tabac froid, astringence, amertume, minéralité… cet thé est vraiment un de plus agréable à boire : doux et moelleux, fruité et frais, une belle et agréable longueur en bouche, une liqueur dorée cristalline et brillante,… vraiment aucun défauts, rien qui dérange le palais. Le parfum d’ensemble est toutefois assez « monochrome » par rapport à un oolong. Mais le goût très pur de ce thé est tellement énigmatique et chargé de poésie que je n’y vois pas une faiblesse. En le buvant, j’imagine l’ambiance des forêts où poussent ces vieux théiers (des odeurs végétales douce et camphrées,…), je pense à des fruits d’été bien mûrs, à un miel délicat et fleuri… A coté de ces caractères généraux, ce qui marque avec ce thé c’est sa force et son effet sur le corps. Vraiment surprenant. A la fois relaxant et tonifiant. Cependant si les effets de ce thé ne sont pas déplaisant quant ils sont modérés, je les trouve moins agréables lorsqu’ils sont plus
prononcés en raison d’un dosage important de feuilles. Au niveau préparation, je tends à privilégier une petite quantité ( 1 à 2 g pour 10 cl) associée à de plus ou moins longues infusions….
J’ai ainsi essayé 2 versions extrêmes : 1g avec 5’, 7’, 12’, 15’, 25’, 30’ ; et 2,2 g
avec 1’, 2’, 2’, 3’, 5’, 7’, 8’, 10’, 13, 15’, 20’, 25, 30’. Les deux versions donnent de résultats satisfaisants mais différents.

La première donnent tout de suite plus de moelleux et de profondeur, et de longueur en bouche, mais les parfums manquent un peu de présence même si ils sont bien perceptibles, elle a l’avantage d’être bien adaptée pour une dégustation en soirée, car assez légère et sans « effets secondaires ». La seconde version donnent un thé avec plus de bouquet et de notes de tête dans
les premières infusions ; les suivantes, plus longues, sont plus moelleuses et sucrées, avec beaucoup de tenacité (ces dernières infusions sont d’ailleurs mes préférées, une sorte de plaisante surprise au bout du chemin….) Mais à ce sujet délicat de l’équilibre entre quantité et temps, je suis toujours en recherche…. Toutes suggestions ou avis à ce propos, concernant ce PuEr ou d’autres thés, sont les bien venues.

Pu Er sauvage Jiang Cheng 1989 :

J’ai été très heureux de trouver un échantillon de ce thé dans ma commande. Quel plaisir de découvrir l’odeur de ce thé en ouvrant le petit paquet hermétique. Un parfum plein de poésie et d‘exotisme…. Sans jamais avoir mis les pieds en Chine, j’imagine que ce parfum céleste pourrait bien être celui de la Chine millénaire, celui d’un vieux temple taoïste plein de vielles boiseries, d’une antique bibliothèque… A l’infusion, le goût boisé et sucré domine ; c’est très doux et moelleux mais aussi un peu frais (un peu camphré). Ce goût pourrait être celui, imaginaire, d’un « bois précieux confits ». On peut aussi penser à une odeur de forêts, de sous-bois, mais par temps sec. (Rien ne vient évoquer l’humide). Je pense aussi au grenier de ma grand-mère avec ses vieux meubles en bois nobles (noyer, chêne). Je pense aussi à une ville chapelle pleine de boiseries des Alpes suisses…
L’arrière-goût boisé et doux est d’une étonnante longueur (surtout si on a réalisé de longues infusions). Ce thé fait saliver. La persistance de ce thé en bouche est tout aussi, si pas plus, agréable que sa dégustation. laisser passer le temps entre les infusions participe pleinement à l’appréciation de ce thé.

Concernant ce thé de belle qualité, j’ai malgré tout rencontré une cause de souci. Alors que cet échantillon sentait si bon à l’ouverture du paquet, il a perdu toute son odeur en un jour ou deux…. J’avais pourtant pris la précaution de l’emballer avec plusieurs feuilles de papier de riz. Malgré la perte d’odeur sur les feuilles sèches, les infusions restaient de qualité. Suite à cette constatation j’en viens à poser quelques questions : ce phénomène est-il simplement du à la petite quantité de l’échantillon, ou bien y a–t il des problèmes d’acclimatation entre l’Europe et Taiwan pour un produit vivant comme le PuEr? Les variations de température lors du
transport en avion peuvent-elles avoir joué un rôle ? A noter à ce sujet que Philippe de La Galette à déjà évoqué un probable problème d’acclimatation du Pu Er….. (voir le 05 octobre 2006).

Stéphane: Tout thé exposé à l'air va naturellement perdre de son odeur et prendre celles qui l'environnent. Plus on a de thé et plus il est compressé, plus ce phénomène est lent. Le puerh jeune cru ou cuit va continuer à se développer positivement et lentement ainsi, mais chez des puerhs déjà vieux, on préfère parfois ralentir se processus en les protégeant hermétiquement.

Je n'ai pas encore eu l'occasion de retourner en Europe avec mes vieux puerhs et ne sait pas trop si le climat joue vraiment un rôle. D'après les commentaires de la plupart des autres lecteurs, il ne semble pas y avoir de problèmes pour des quantités normales de mes vieux puerhs crus (pas des échantillons) conservées en jarre ou bien enfermés hermétiquement. L'important, c'est surtout que les infusions restent bonnes, même si les feuilles sèches sentent moins fort.

Au lieu de jarre, tu peux prendre des sachets semblables à ceux pour le Oolong ou le Baozhong pour bien protéger tes échantillons. Les premiers à m'avoir passé commande se rappelleront peut-être que j'utilisais des sachets zip transparents pour mes échantillons à mes débuts. Je les utilise très rarement maintenant et leur préfère les sachets opaques en plastique inodore fermé hermétiquement.

Oriental Beauty 2005 Hsin Chu :

Un oriental beauty remarquable par sa qualité. Un « modèle » en quelque sorte pour apprécier les différentes facettes qui confèrent à un thé sa valeur au niveau qualité : les parfums et arômes (ce qu’on goûte et sent…),la texture du thé ( l’équilibre ente l’astringence, l’amertume, le moelleux…), le goût agréable qu’il laisse dans la bouche. On retrouve avec ce thé le parfum typique, et pour moi indescriptible, des oolongs très oxydés de Taiwan : boisé complexe (bois odorant), vanille, fruits séché, raisins mûrs…. Mais ici dans un version particulièrement
délicate et subtile. Ce que j’ai le plus apprécié avec ce thé, c’est le bel équilibre entre les pôles boisé, fruité, moelleux, astringent, amer. L’impression de douceur est harmonieusement mêlée à un peu d’amertume végétale et à une légère astringence qui donne à ce thé une belle longueur
en bouche, évoluant dans l’arrière-goût vers la dominance de la douceur sucrée. Ce thé me fait penser à un vin blanc précieux ( du genre vendange tardive). Tout particulièrement lorsque je sens la tasse vide( il y a là quelques chose comme l’odeur du bois mêlée au fruité du raisin vinifié).
Testé en zhong avec 2,8g : 40’’, 45’’, 50’, 50’’, 90’’ ; en Zhuni Baotai
15cl avec 4g : 30’’, 40’’, 45’’, 55’’, 60’’….

Baozhong subtropical forest novembre 2006 Wenshan:

Encore un très beau thé. Je n’avais plus bu de baozhong depuis bien longtemps. Une Belle surprise donc. Ce thé m’évoque la fraîcheur et le renouveau du printemps. Vraiment très poétique. En buvant ce thé j’avais l’impression de me promener dans un jardin boisé et fleuri après une légère averse printanière…. Encore une fois, cette sélection à beaucoup de rondeur et d’équilibre. La fraîcheur
végétale et acidulée qui évolue vers le moelleux fleuri est très plaisante.

Privilégier des thé avec une belle longueur en bouche est vraiment un plus. Au cours de mon apprentissage du thé, j’en suis venu à accorder de plus en plus d’importance à ce caractère d’un thé. C’est un peu privilégier un plaisir durable à une séduction immédiate et éphémère. Je suis très heureux de voir que tu accordes une grande importance à cela.

Pour conclure, je tiens t’exprimer encore une fois ma reconnaissance pour ton action en faveur de la connaissance thé ( j’ai déjà beaucoup évolué depuis que je lis ton blog), pour la qualité de ta sélection, ainsi que pour le commerce que tu entretiens avec les lecteurs.

Merci Thomas pour ce commentaire très détaillé. C'est un gentil cadeau de 1er mai de ta part!