Monday, September 19, 2011

L'émotion du thé rejoint la musique

J'accompagne souvent mon thé de musique traditionnelle chinoise. Un de mes instruments préférés est le guqin, tel qu'on peut l'entendre dans ce morceau "Eau qui coule". On se croirait au bord d'une rivière et chaque note est chargée d'émotions.

Mais on aurait tort de se limiter à la musique chinoise sous prétexte que l'on boit du thé chinois. Ainsi, la musique de la Renaissance de l'ensemble Doulce Mémoire me charme également. Leur album "Le Concert Secret des Dames de Ferrare" (n'hésitez pas à écouter l'extrait) provient de notes retrouvées d'un duché réputé pour ses concerts et qui sélectionnait les invités dignes d'y assister. Les musiciens et les partitions ne quittaient jamais le château. Les chanteuses répétaient inlassablement pour produire leurs airs divins.

Comme le thé, la musique demande travail, calme et concentration. Comme un musicien, celui qui prépare le thé fait le vide et donne toute son attention à l'infusion des feuilles.

Musique et thé apportent clarté à l'esprit. L'effet est proche de celui de la méditation.

Et comme la musique peut nous ramener à la Renaissance, le thé nous transporte loin, ailleurs. Dans nos souvenirs ou dans les plantations de montagne. Au Yunnan sauvage, ou dans le jardin d'un temple taoïste...

La musique est comme souffle de vie. Une gorgée de thé peut aussi nous transmettre le souffle, l'énergie d'un terroir. Le goût, la beauté viennent de ce concentré de vie qui sort autant des notes que des feuilles de thés.

Le musicien fait un avec son instrument. Il le connait par coeur et sait comment en tirer le meilleur parti pour exprimer la partition. En thé, les accessoires sont aussi au service de l'essentiel: le thé. C'est là leur raison d'être. (Cela ne viendrait à aucun musicien de collectionner des instruments pour ne jamais s'en servir!) 
L'élégance de la musique classique rejoint celle du gongfu cha. La beauté des gestes, des décors, le raffinement des accessoires contribuent au bonheur.

Et de même qu'une seule note de musique peut nous toucher, nous transpercer le coeur, un petit détail dans une gorgée de thé peut résonner en nous profondément.

Boire un thé en musique permet donc de réunir deux mondes, deux arts similaires. Bien combinés, les émotions peuvent s'en trouver décuplées!

Note: Un grand merci à Denis, Lucas de Doulce Mémoire (et tous les autres musiciens et musiciennes que mon blog m'a permis de rencontrer.)

3 comments:

Philippe de Bordeaux said...

Salut Stéphane,

"Boire un thé en musique permet donc de réunir deux mondes, deux arts similaires. Bien combinés, les émotions peuvent s'en trouver décuplées!"

Entièrement sur la même longueur d'ondes!
Avant hier un Shou accompagné d'un petit cèpe et la basse de Dave Holland en fond.Hier ton Shan Lin Shi
Hung Shui et la pianiste Hiromi vive et dynamique http://filipekmusikshoot.blogspot.com/2010/07/hiromi-michel-camilo-on-jazzset-hear.html

Ce fut:plaisirs décuplés en effet!
Je fais cela depuis le début même si à un moment j'ai eu besoin de plus de silence pour mieux me concentrer sur le thé car la musique pouvait aussi me déconcentrer du thé et prendre le pas sur le cérémonial.
Aujourd'hui j'arrive à unir les deux et là c'est merveilleux.
Merci.
à bientôt.

Stephane said...

Salut Philippe,

Merci de partager ton expérience en ce domaine. Tu as aussi raison de nous rappeler qu'il faut d'abord bien maitriser le thé avant de le combiner à autre chose.

Lucas said...

Tant de choses en commun, en effet! Merci, cher Stéphane, de nous permettre de découvrir et aimer cet univers si souvent négligé. Et à bientôt pour plus de fusion musique - thé.