Wednesday, March 01, 2006

1990 Puerh cru/raw de la région Menghai


Encore débordé aujourd'hui! Comme je n'ai pas le temps de faire un article bien détaillé sur ce puerh, je laisse à Philippe et à David le soin de laisser un commentaire pour nous le présenter. Messieurs, je compte sur vous!

Sorry, I'm too busy packing tea and answering e-mails. Instead of writing an article about this 1990 raw puerh brick, I am inviting the readers who have already received it, Michael and David, to give us their comment. Thanks!

4 comments:

David said...

Ok, here goes...

I've now tasted this brick several times. It is a very drinkable and enjoyable tea.
It has an aroma that reminds me of the bedding around trees in the park that I go to with my son.
My first impression of the taste is of smoothness -- very even and without any jarring notes. It tastes of wood and grains with a slight toasty quality that lingers on the back of the tongue. It also has a slight cooling affect on the tip of the tongue.
I think that I will drink this tea very often, especially at night while studying. I will also brew this for friends new to puerh as an example of smoothness and mellowing due to aging.

Philippe said...

Ce qui frappe d'entrée est l'aspect de la brique elle-même; en effet, on peut apercevoir sur la surface la taille impressionnante de certaines feuilles.

Ce Pu Er se prépare de préférence dans une petite théière de 10 cl selon la technique Gong Fu Cha. J'ai utilisé l'excellente théière Zhuni de Stéphane (que je conseille vivement à tous !).

Les premières infusions sont relativement douces et évoquent, en effet, les feuilles mortes. Ces parfums me font penser à certaines ballades automnales au fin fond des mystérieuses forêts vosgiennes (que tu dois bien connaître Stéphane !!).

Ce thé est très rond, doux et légèrement sucré. On y retrouve également un côté boisé, mais un bois sec sans aucune présence de moisissure. Il persiste en bouche et fait même penser au bout d'un certain temps à du sucre de canne.

Au fil des infusions, un petit côté acidulé très intéressant entre en jeu mettant en avant quelques subtiles notes fleuries absentes lors des premières infusions.

Evidemment, la palette aromatique est moins complexe que la fameuse brique de Pu Er sauvage Jiang Cheng de la même année, mais ce carré a l'avantage de pouvoir être abordé plus facilement.

En conclusion : un Pu Er équilibré, sympathique et accessible par tous !

Jean-Marc said...

Nouveau dans ces types de thés et totalement profane sur le vocabulaire des sommeliers du thé, je ne peux que confirmer ce qu'écrivent David et Philippe: ce thé est très accessible, très doux et son parfum de feuilles mortes ou de vieille cave est très intéressant. Un clin d'oeil à l'automne incontestablement.

Jean Danthès said...

Le meilleur rapport qualité prix que je connaisse pour un puerh de cet âge.