Thursday, March 09, 2006

Pu Er cru sauvage d'Yi Wu du printemps 2003

C'est le seul thé que mon maitre, Teaparker, nous ait fait la promotion, à nous ses étudiants. J'en avais acheté 2 sets à l'époque. C'est l'un de ses thés préférés, et je compris plus tard pourquoi: il avait aidé un marchand de puerh taiwanais à le faire. Il avait supervisé la production en choisissant les meilleures feuilles de la meilleure saison d'une des 6 montagnes à puerh les plus renommées, et en faisant appel à l'un des meilleurs faiseurs de galettes en suivant strictement la méthode traditionnelle de séchage au soleil. C'est un thé de superlatifs. Il est tellement fin qu'on ne remarque presque pas que c'est du puer, mis à part à sa puissance et son endurance.

Mais pourquoi ai-je attendu si longtemps avant de vous le proposer à l'achat? Vous comprendrez aisément qu'un thé d'une telle qualité est assez cher. En plus, les galettes font 500 grammes environ, au lieu des 350-375 gr habituels, si bien que le prix final de la galette est relativement élevé. Or, le fait que vous soyez de plus en plus nombreux à me lire et à me commander du thé a fini par convaincre mon marchand de me le vendre à un prix raisonnable. Je suis assez content de pouvoir vous le proposer à trois fois le prix de son cousin, mon autre Yi Wu sauvage de 2001 cette fois-ci et de la firme FuHai.

C'est un pu-er dont la valeur va beaucoup s'apprécier dans le temps. Il a déjà beaucoup changé, en toujours mieux, depuis que je l'ai goûté pour la première. S'il continue comme cela -et il n'y a pas de raison pour qu'il s'arrête s'il est bien conservé-, alors son prix va encore sérieusement grimper dans le futur. C'est aussi pour cela que je vous le recommande si vivement, tant que son prix est abordable. Le puer cru jeune n'est peut-être pas dans vos priorités, mais si vous attendez qu'il ait vieilli, alors il sera impayable ou introuvable (seulement 1428 sets furent produits)!

Vous me pardonnerez, je l'espère, ce petit article au ton un peu promotionel. D'habitude, je préfère laisser les photos et mes notes de dégustation ou mes échantillons. Mais j'ai tellement envie de vous faire partager ce pu-er premier grand cru que je préfère forcer le trait un peu. Je continuerai à vous en parler prochainement avec mes notes de dégustation. Appréciez juste la force et la clarté des feuilles sèches sur la galette.

15 comments:

nikosan said...

et bien Stéphane... ce Pu er m'a l'air prometteur !!!
Je ne pense pas être le seul à m'esclaffer devant mon écran en attendant une dégustation dans les règles de l'art... il est parfois interessant de "jeter" ses impressions et coup de coeur comme tu le fais présentement.

nikosan said...

... je dis m'esclaffer, mais "trépigner d'impatience" serait plus approprié !!!
Au plaisir de te lire...

Trajan said...

J'ai reçu un sample de ce thé dans ma dernière commande. Je dois dire qu'après avoir lu la petite review de Stéphane, j'en était extrèmement heureux ! Les pu-erh cru sont généralement assez redoutables. Très forts, à oublier dans un tiroir quelques temps...et bien ce n'est pas le cas de celui-ci ! Il est étonnament doux, mais les caractéristiques du pu-erh sont bien là, entre autre sa puissance. Stéphane va y voir mes origines de l'est, mais il a une odeur fruitée et plus précisement de prune (odeur confirmée par ma femme qui est définitivement du sud !). Evidemment, on tire un grand plaisir de cette dégustation, mais on pense aussi tout de suite au potentiel de ce thé et a ce qu'il pourrait donner si on le laissait vieillir. Ce thé est très prometteur, c'est incontestable. Un grand pu-erh ! Merci à Stéphane pour cette dégustation.

Jérôme D said...

Merci beaucoup Stéphane pour l'échantillon de ce thé dans ma dernière commande ! Quelle joie de l'y découvrir !

Sa réputation l'avait précédé, et j'ai utilisé la méthode que tu conseilles : peu de feuilles (1g dans un zhong) et des infusions
assez longues.

Après ceci je me laisse à chaque fois prendre par ce qui est de loin le meilleur puer jeune que j'ai bu, et il m'est impossible d'en faire une dégustation analytique.

Ma conscience me chuchote en plus qu'on commence à trouver quelques notes de dégustations sur internet (y compris ici) et que la mienne n'apporterait pas grand chose de plus, mais promis, un jour j'essaierai.
Vraiment.

En attendant, laissons-nous griser...
Merci encore.

Incognito said...

J'ai la chance d'avoir degusté ce magnifique thé plusieurs fois, dans différentes conditions, et je dois dire que je n'ai jamais été déçu.

La première impression visuelle nous transporte déjà dans le vif du sujet : cette galette est luisante, les feuilles bien sombres pour un thé si jeune, mais surtout, on a l'impression qu'elle est pafaitement lisse, comme si les feuilles avaient tout naturellement épousé la forme des cavités qui auraient pu rester. Le travail est extraordinaire, et je pense qu'aucune des photos de Stéphane, si belles soient elles, ne lui rendent réellement justice.

Passons maintenant à la dégustation.

Première infusion: 15 sec
Un beau jaune ambré, luisant comme la galette.
Surprenante de puissance, et pourtant sans aucune amertume Ce qui me frappe, ce sont des notes fruitées extrêmement prononcées, l'abricot, le raisin frais. C'est beaucoup plus "charnu" qu’à la normale. Je pense que l'infusion était un peu longue.

Deuxième infusion: 8 sec
Une infusion encore plus fruitée malgré le temps d'infusion plus court. Ce thé est relativement astringent. La matière est incroyable, et j'ai du mal à m'y retrouver dans cette explosion de saveurs (des fruits rouges?) qui reste en bouche a l'infini.

Troisième infusion: 8 sec
Toujours cette matière, mais plus de clarté dans les saveurs : pêches prunes, c'est juteux et légèrement acidulé.

Quatrième infusion: 12 sec
Mon palais commence à s'habituer un peu plus à son coté charnu qui s'accapare la bouche. Le final n'en ressort que mieux et est un peu plus sombre, laissant un goût qui me rappelle la cannelle. On se croirait devant une vieille recette de tarte aux prunes. Le cha qi est très puissant mais en deça de celui du tuo cha de 85 de la sélection de Stéphane.

5e 6e 7e 8e infusions 15/20/30/30secs
Le matière est plus douce, plus moelleuse, un peu moins acidulée. Je retrouve des arômes de mirabelles, toujours un final sur la cannelle.

Je me suis arrêté ici, mais une 8e infusion a 30 secondes environ (et sans vraiment de pause entre les infusions) laisse penser que l'on peut aller beaucoup plus loin. J'ai peut être un peu forcé sur la quantité de thé, à la vue des premières infusions (environ 4g pour une terre epuisée de 12cl). Séphane, laisses tu reposer ton thé entre les infusions? J'aime bien laisser reposer de deux a 5 minutes en général (mais ce n'est le cas ici), cela permet de faire des infusions plus courtes, mais je ne sais pas ce qui est le mieux.

Le test en zhong (effectué auparavant) rappelle des thèmes similaires, mais de façon plus neutre, plus verte aussi. On croirait un wulong, surtout au nez, malgré quelques notes terreuses et fumées En général, j'ai remarque que les vieux thés bénéficient souvent plus de la théière que les jeunes pu ers, mais celui ci possède déjà ces caractéristiques.

Plusieurs remarques : ce thé tient clairement du wulong (même si par certains cotés, on remarque que c’est du pu er), je fais confiance à Stéphane quand il affirme que ce pu er vieillira magnifiquement, mais sans cet avis, j'aurais eu des doutes. Quelles sont les caractéristiques qui permettent de pouvoir en être aussi sûr?
J'aimerais beaucoup le voir vieillir, mais quand une galette est entamée, il est difficile de ne pas épuiser les 500g très rapidement. Surtout quand comme moi on aime abuser du jeune pu er. C'est un défaut couteux.
Une autre question que je me pose est celle de l'aspect étonnamment "vieilli" pour un pu er de trois ans.
Enfin je parlais du cha qi de ce thé en le comparant a celui du tuo cha de 85. Est-ce que le qi se modifie avec l'âge? Je ne m’étais jamais posé la question, et je n'ai pas une expérience suffisante du vieillissement du thé pour pouvoir y repondre.

En conclusion, il s'agit de tres loin du meilleur jeune pu er que j'ai degusté, et clairement de l'un de mes thés préférés. Je le trouve étonnament "vieilli" pour une galette de 1993. Comparé, par exemple, a une galette 1994 de la selection de Stephane, on croirait des thés de génération différente (sans parler de la différence de qualité).
En un sens ce thé est presque trop complexe pour mon pauvre palais! Il est difficile d'en saisir toutes les nuances et il me faudra je pense encore beaucoup de temps pour le comprendre un peu mieux. Quoi qu'il en soit, nous sommes hors categorie. Une suggestion pour Stéphane : peut etre pourrais tu vendre de "gros" echantillons comme 100g par exemple, pour pouvoir en faire profiter le plus grand nombre, car son prix, bien que très certainement justifié, reste un handicap. Evidemment, il ne sera pas possible de le faire vieillir dans les conditions idéales sous cette forme, mais cela pourrait intéresser ceux qui comme moi aiment les pu er jeunes (et déjà buvables).

Stephane said...

Merci pour vos commentaires à tous.

Essayons de répondre à incognito:
1. C'est vrai que c'est difficile de rendre la beauté de cette galette en photo. Merci de le souligner. Un bon thé est rarement 'moche' et l'aspect physique montre l'attention donnée à la fabrication et à la qualité.

2. Pourquoi est-ce que je pense qu'il vieillira bien?
C'est un thé que je connais maintenant depuis 3 ans. Teaparker nous l'avait fait boire avant même son pressage en galette. Or, en 3 ans, je vois et surtout je sens qu'il a déjà beaucoup évolué vers le mieux. Au départ, il avait une astringence plus prononcée et plus de goût 'vert'. Mais la force de son qi est très semblable (je n'ai pas non plus d'expérience plus longue pour dire si le qi se modifiera avec l'age).

3. Pour rendre cette galette moins couteuse, je propose une autre manière de le faire: avec moins de grammage, mais avec des infusions plus longues. Le thé est alors moins explosif, mais il aura gagné en profondeur et en calme.

4. Dans la conclusion, à force de parler d'age, incognito a vieilli cette galette et une autre de 10 ans. Il faut lire 2003 et 2004.

5. Une autre remarque sur son aspect foncé: c'est la caractéristique visuelle d'un thé concentré en aromes.

6. Une explication pour son vieillissement meilleur et plus rapide que la galette de 2004: le pressage de la Yi Wu sauvage de 2003 fut manuel et donc pas trop fort.

7. L'idée de le vendre au poids (100 gr) est un peu complexe, car une brique ne se coupe pas comme un jambon. A la rigueur, je peux en faire des grands morceaux et les peser ensuite. D'un point de vue commercial, c'est la voie à suivre: ce qui est cher se vend en toute petite quantité (ex: les diamants, le caviar, le matcha japonais...) Mais cela serait comme vendre des bouteilles de vin entamé... Pas très cha dao!
Non, ce que je préfère, c'est d'en offrir des petits échantillons avec les commandes pour donner à chacun l'occasion de l'avoir bu un jour.

Ellki said...

J’ai utilise 3 g dans ma nouvelle théière xishi en zhuni de 15cl et j’ai fais 12 infusions.
Cette galette est vraiment très douce, et légèrement acide ce qui donne finalement un goût très proche du fruit cuit d’une tarte aux quetsches ! Très surprenant !
Cette acidité n’est pas dérangeante, au contraire elle renforce l’idée du fruit cuit acidule.
Ce puer est moelleux, sucre et frais a la fois, et j’ai ressentis des légers picotements sur la langue qui au bout de la 4eme infusion donnent une impression d’anesthésie !

Anonymous said...

C'est le premier Pu er cru que je déguste. Conseillé par Stéphane. Un vrai délice!! Je ne connaissais que les Pu er cuit que je trouve beaucoup moins fruité(étable)? Est-ce exceptionnel ou retrouve t'on plus ou moins ces caractéristiques chez tous les Pu Er cru?

Stephane said...

Ce puerh cru est l'un des tous meilleurs que l'on puisse trouver. Plusieurs lecteurs m'ont écrit qu'ils n'avaient pas trouvé mieux ailleurs.

Michel said...

Bonjour,
Est ce que cette galette rentre dans la jarre présentée ici : http://teamasters.blogspot.com/2008/01/conseils-de-stockage-du-puerh-et-jarre.html ?

Michel said...
This comment has been removed by the author.
Stephane said...

Oui, Michel. Cette galette (diamètre 19 cm) rentre sans problème entière dans cette jarre.

Frédéric said...

Cette galette fait partie de ma première commande chez TeaMasters (merci Stéphane pour l'emballage soigné et les échantillons!), et je dois dire que c'est de loin le meilleur pu er que j'aie goûté. Il démarre sur des notes fumées et fruitées. Au fil des infusions le côté fumé s'estompe pour laisser place aux arômes de fruits (prune, raisins de Corinthe) très rafraîchissants.
Il vieillira sûrement magnifiquement, à condition de ne pas le boire trop vite...

Stephane said...

Merci pour ton commentaire, Frédéric. Je suis heureux que ce puerh sauvage te plaise!

Helio said...

Merci Stéphane pour l'envoi de cette galette (ainsi que des deux échantillons-cadeaux qui l'accompagnaient) que je déguste lentement depuis le 1er décembre dernier.

Agression suave olfactive virale dès le déballage du papier duveteux où sont inscrits des caractères que je suis incapable de comprendre, peu importe, je décroche trois grammes de feuilles compressées que je hume en fermant les yeux, et là le voyage s'initie, 1, 2, 3, 4 ... infusions, la "journuit" s'installe, se déroule et me mélange les pinceaux, et ensuite je rêve du thé, de la plante qui m'habite et fait circuler mon énergie interne comme jamais ; par delà les arômes, ce que je retiens, ce dont je puis témoigner ici, c'est une harmonie, une unité, une cohérence absolue, du début à la fin de la dégustation, du visuel à l'olfactif, le résultat, la collaboration étroite de Dame Nature et du travail de l'Homme, cela en est presque effrayant, oui, l'un sans l'autre, ce thé n'existerait tout simplement pas.