Friday, July 08, 2005

Un oolong du Triangle d'Or

Teaparker, l'Indiana Jones du thé, s'est rendu de Kunming jusqu'en Birmanie, la semaine dernière. Il n'a pu y rester qu'une journée, mais quelle journée!

Les Taiwanais n'ont pas le droit de se rendre en Birmanie. Un intermédiaire Chinois dut d'abord convaincre (payer) les douaniers pour le laisser entrer. Leur condition: qu'il revienne dans la journée.

Passé la grande cabane en briques qui sert de douane, il monta dans un 4x4 aux roues d'un mètre 50 au moins. Il faillit se sentir mal, car commença alors un trajet de 3 heures sur une voie inexistante et pleine de trous. Ca n'arrêtait pas de tanguer comme sur une mer démontée.

Enfin, il arriva dans le village principal du clan Wa. Ils ne sont pas Birmans, mais Chinois d'Yunnan. Ils sont les descendants de l'armée nationaliste chinoise de Chiang Kai Shek qui combattit les communistes. Kunming tombée aux mains de Mao, ils préférèrent se replier dans les impénétrables montagnes birmanes plutôt que de devenir prisonniers des communistes. Maintenant, ils ont le statut d'aborigènes pour le gouvernement birman. Un peuple oublié.

Teaparker alla inspecter les plantations de thé que les Wa ont commencé à cultiver il y a 4/5 ans. Il vit notamment des enfants très pauvres récolter le thé. Puis, il inspecta leur manufacture. Bâtiment neuf et les mêmes équipements que l'on trouve à Taiwan. Et pour cause: quelques planteurs taiwanais se sont associés avec les Wa pour cultiver du oolong dans cette région située entre 1500 et 1700 mètres environ.

Puis, Teaparker alla rendre visite au chef du clan, fils (si je me rappelle bien) du général Chinois qui refusa de se rendre. Il continue à entretenir une petite armée à lui pour défendre son clan. Mais avec quel argent, me demanderez-vous? Avec celui de l'opium cultivé dans le Triangle d'Or, car payé en or, autrefois. Mais il veut changer et arrêter le business de la drogue. Après des essais infructueux avec d'autres cultures (sucre) il veut maintenant essayer avec le thé.

Ce n'est qu'à 2/3 heures du matin que Teaparker passa la frontière chinoise après un nouveau voyage en 4x4. Il échappa de peu à endoscopie, souvent pratiquée pour dénicher les passeurs de drogue. Tous ses bagages furent fouillés au plus près. Heureusement, c'est bien du thé qu'il avait reçu de son hôte. Un peu de poudre blanche et il serait déjà en train de boire avec Lu Yu!

Pour en savoir plus sur la géopolitique du triangle d'or, j'ai trouvé ce lien. Il parle des Wa ici en anglais.

1 comment:

sophie, de Lannion said...

une affaire semblable a été relatée par Libération daté 26 Février 2005 : 'les Thés en pente douce'. L'auteur de l'article nous situe l'action en Thaïlande, sur la frontière avec la Birmanie, dans le village de Mae Salong.
Les graines qui ont donné les plants de thé auraient été importées là, il y a 30 ans, clandestinement, de Taiwan !

je tiens à votre disposition une copie de l'article.

sophie.borderieux@laposte.net