Wednesday, May 17, 2006

Hang Zhou - Lung Jing, le dernier livre de Teaparker

L'événement a eu lieu samedi dernier, à la librairie Eslite du quartier Hsin-Yi, à quelques pas du Taipei 101. Teaparker a commencé sa présentation de son dernier livre consacré au Long Jing avec un petit cours sur ce thé du Hang Zhou dans le Zhe Jiang. On a ainsi pu voir des photos prises lors de son dernier voyage (il y est allé 6 fois en tout!). Ce thé provient plus précisément encore de la région du lac Xihu...

Mais l'originalité de cette présentation fut surtout ce qui vint après: une dégustation (gratuite) de Long Jing, telle qu'il l'organisa en Chine il y a quelques semaines! 4 tables et 4 Long Jing pour représenter les 4 saisons. Et là où Teaparker est très fort, c'est bien sûr dans le choix des thés. Non seulement il y avait 2 Long Jing d'avant le festival Qing Ming, un Shi Feng du 15 avril, mais même des Long Jings de 15 et 20 ans d'âge respectivement. Il nous dit que ce fut la première fois que des amateurs de thés chinois burent du vieux Long Jing ainsi au Zhejiang. Tout le monde fut stupéfait de voir que du thé vert si ancien puisse être si bon (à titre d'exemple, Teaparker nous dit que de nombreux vendeurs/planteurs de Long Jing jettaient leurs anciens stocks pour faire place aux nouvelles récoltes!)

Je me suis mis à cette table-là, celle de l'hiver et où l'on but les 2 vieux Long Jings. Un mot sur leur origine: c'est Teaparker qui les avait acheté il y a 15 et 20 ans, et les avait si bien rangé qu'il les avait presque oublié! Il les retrouva à l'occasion de la rédaction de son livre et fut frappé de voir combien ces bons thés verts ont gardé leur qualité avec l'âge. Celui de 20 ans est de bien meilleure qualité que le 15 ans, d'ailleurs, mais cela n'est pas du à l'âge, juste parce qu'il était meilleur au départ. Je retrouvai un peu des odeurs de bois ancien semblables à certains vieux puerh, mais en beaucoup plus léger et doux. Cela fut un expérience assez convaincante d'un des conseils souvent répété par Teaparker: seuls les bons thés méritent d'être conservés longtemps.

Encore un mot avant de finir sur le Long Jing de Shi Feng du 15 avril (qu'une dizaine de lecteurs du blog ont eu le bonheur de partager). Il provient de l'exploitation située juste à côté de la plus célèbre de Xihu, celle qui abrite les 18 arbres de Long Jing autrefois réservés à l'empereur. Or, l'exploitant d'à côté a sa propriété divisée en 6 'champs'. Teaparker y a passé 6 heures de dégustations pour sélectionner le Lung Jing qui lui plaisait le mieux. Le fermier fut carrément stupéfait quand Teaparker lui dit que celui qu'il préféra est celui qui vient du champ le plus proche de ces '18 arbres'. D'habitude, les amateurs de Long Jing ne choisissent leur thé qu'en fonction de sa date de production (avant et après Qing Ming) et les 4 grandes régions de Xihu. Ce fut la première fois qu'il vit quelqu'un goûter aux différences entre ses différents champs. (Un photo de ce champ est visible sur cette page. Vous remarquerez la pente et les arbres qui protège contre le soleil trop violent.)

1 comment:

Axel said...

C'est assez stupéfiant de savoir qu'un thé tel le long jing puisse vieillir avec grâce. Il serait curieux d'étendre l'expérience à d'autres thés verts.