Monday, May 29, 2006

Ma démonstration de gaibei

Il y a 10 jours, Teaparker me demanda de l'accompagner pour aller à une réception publique et y faire une démonstration de gaibei (gaiwan). Je réussis à me libérer de mes obligations quotidiennes et acceptai de venir sans trop savoir de quoi il en retournait. Le tout déboucha sur l'article que vous pouvez voir dans mon post précédent. Mais comme c'est en chinois, le mieux est que je vous explique moi-même où et pourquoi Teaparker me demanda de venir.

Mes anciens lecteurs se rappeleront que Teaparker nous enseigna les rudiments pour devenir sommelier en thé chinois. C'est l'art de connaitre les thés, de savoir les préparer et de choisir celui qui ira le mieux avec un certain plat. Or, il se trouve que Teaparker vient d'achever la rédaction du premier livre sur le thé destiné à cet enseignement. Le lycée professionel de Yung Ping (à Yangmei), plus de 4000 élèves et dont la moitié suivent des cours de gastronomie, va être le premier établissement à utiliser ce livre pour enseigner le thé chinois.

Leur nouveau bâtiment ressemble plus à celui d'une firme high-tech qu'à un lycée pro, soi dit en passant. Et l'intérieur est nickel: les élèves sont vraiment mis en situation avec de larges cuisines et des restaurants au décor impeccable.

Or, il se trouve que vendredi dernier Yung Ping Vocational School fêtait ses 35 ans avec de nombreuses manifestations, dont la démonstration de gongfu cha. Avant que ne vienne notre tour, je fus surtout impressioné par la danse des lions:


Quand vint notre tour, je m'assis à la table du milieu, en face des étudiants et préparais mon set à thé pendant le discours de Teaparker. Je compris alors pourquoi j'étais là: "Et pour vous montrer le maniement du gaiwan, je vous présente un de mes étudiants, Stéphane. Il est originaire de France et ne connaissait rien au thé chinois avant de venir à Taiwan. Or, s'il arrive à manier le gaiwan comme un expert, vous aussi pouvez y arriver!" Bref, j'étais donc là pour montrer que le gongfu cha est très tendance, très à la mode et que même un Occidental pouvait apprendre à bien en faire (avec les cours de Teaparker).

Mais je me sentais un peu ridicule avec mes 6 coupes de thé en face de ces 2 ou 3 mille étudiants debout depuis 2 heures sous un soleil de plomb. Heureusement, on changea d'emplacement après cette petite démonstration. On passa à ce joli coin sous les arbres où la photo de l'article fut prise. Là-bas, on continua à faire notre thé. Le proviseur et le président du lycée vinrent s'assoir à mes côtés pour boire mon Oolong d'Alishan. Je le réussis particulièrement bien, d'ailleurs. Je vis que Teaparker vidait chacune de mes coupes rapidement (quand il n'aime pas, il ne finit pas son thé).
Un professeur du département de gastronomie suggéra au proviseur (celui avec le livre dans les bras) de m'engager pour enseigner le gongfu cha aux élèves: "Il fera sùrement un professeur très populaire."! Cette idée m'avait apparu un peu saugrenue sur le coup, mais pas tant que cela après avoir mangé le déjeuner préparé par les élèves dans le cadre de leurs cours. Hummm... Ayant un faible pour les bons plats (j'assume mes origines!) il ne faudra pas que vous vous étonniez si je devais devenir prof de gongfu cha dans ce charmant lycée!

2 comments:

Gérard de Moselle said...

Je suppose que dans une telle situation on doit être plutôt fébrile !
Après toute l'énergie que tu as mise au service du Thé, ceci s'apparente tout de même à une consécration pour toi Stéphane !
Félicitations

Bertrand said...

Bonjour Stéphane,

Je rejoint Gérard! Toutes mes félicitations.