Friday, October 09, 2009

Hung Shui Oolong de Feng Huang d'automne 2009


Cultivar: Luanze Oolong

Process: Hung Shui = oxydation moyenne et torréfaction lente au charbon de bois

Récolte: Mi-septembre, à la main

Origine: Village de Feng Huang village, voisin de Dong Ding, au centre de Taiwan.

Dégustation test de 3 gr pendant 6 minutes (répété 2 fois).

La vue: Les feuilles sèches ont une couleur verte foncée et un peu grise sous l'effet de la torréfaction. L'infusion jaune a une très bonne transparence et clarté. Les feuilles ouvertes retrouvent leur forme originale et même leur couleur verte, mais avec une nuance de rouge.

Odeurs: A sec, on sent surtout la torréfaction (odeurs de noisettes, marrons...). Ce qui me frappe, c'est la douceur de cette torréfaction. Je ne sens pas d'odeurs de brulé, juste du miel. L'infusion donne ces mêmes odeurs chaleureuses qui se déclinent aussi en chocolat, nougat, fruits mûrs... Une fois avalé, les odeurs continuent d'évoluer en bouche et retournent à des odeurs plus légères et fraiches.

Goût: Les premières infusions sont surtout moelleuses, sucrées. On a la bouche bien pleine, mais de manière agréable. On sent que ce thé a de la matière, de la concentration et de la vie surtout. C'est un thé qui vibre et dure. Une légère astringence peut apparaitre si on l'infuse trop longtemps, mais elle finit par s'effacer agréablement. Le goût de départ est moelleux et son finish est frais. Le tout est fait avec beaucoup de finesse et d'harmonie.

Conclusion: Ce Hung Shui Oolong est un bijou. Sa torréfaction au charbon de bois s'est faite sur plusieurs jours afin de torréfier en profondeur, sans brûler les feuilles et sans perdre leur fraicheur d'origine. C'est un pari difficile, presque impossible à tenir, mais cela a marché. Peut-être que la saison automnale (les feuilles ont grandi dans un climat chaud) produit du thé qui résiste mieux à la chaleur. Il y a probablement un peu de cela, mais l'important reste la maitrise de la torréfaction. Superbe!

Les Hung Shui Oolongs renouent avec les Oolongs d'antans. Destinés à voyager plusieurs mois en mer et sur terre, la torréfaction était nécessaire pour préserver leur fraicheur. Et tels des bons vins, ils peuvent se garder des décennies et continuer à évoluer, à se bonifier. Tout ce qu'ils demandent, c'est d'être conservés dans une jarre émaillée au sec et au frais. Contrairement au puerh qui demande une certaine humidité (qu'on trouve en Asie), le climat occidental convient bien au vieillissement des Hung Shui Oolong.

Or, boire un tel Oolong de 20 (photo ci-contre) ou 30 ans est un pur délice. Les infusions sont bonnes qu'importe quand on les arrête. Les dernières durent des heures et on parvient toujours à en extraire quelque chose de meilleur que l'eau. J'ai toujours du mal à m'arrêter!
Ce Hung Shui Oolong d'automne a le potentiel d'aller très loin pour un excellent rapport qualité/prix. Il correspond très bien à ma quête d'Oolong exceptionnel: un terroir réputé, des feuilles concentrées, un savoir-faire dans le process, de la longueur en bouche, du Cha Qi et un potentiel de vieillissement. Tout y est.

Update: Lire aussi les notes de dégustation de ce thé par Célina.

11 comments:

Antoine said...

C'est presque avec une larme à l'oeil que je reconnais là mon idéal du Oolong...

Anonymous said...

tout comme antoine ! tres allechante description...

Lionel

Mat said...

J'adore les Hung Shui Oolongs, alors là je ne peux qu'avoir l'eau à la bouche en lisant ton article!

Anonymous said...

If one wants to age Hung Shui for a long time, is it necessary to do gentle re-roasting during the aging process or when one starts to drink the tea? Do you recommend sealing the container with wax?

Stephane said...

Merci pour vos commentaires d'anticipation. Je me réjouis déjà de lire les premiers compte-rendu...

No, it's not necessary to re-roast this Hung Shui Oolong. The only reason you would roast it, is if the tea had caught moisture during its storage. That's why it's important to make an air tight seal on your jar. Wax is a solution, but make sure that the wax you select is very hard and doesn't let air through.

Anonymous said...

Bonjour,

J'écris du Québec et je suis un peu désemparé, car il est difficile ici d'être bien ravitaillé. Ici, la culture est beaucoup plus orientée vers le café et la tisane.

Il y a à Montréal une boutique spécialisée qui envoient leurs experts dans les pays du thés pour selectionner eux-mêmes les thés qu'ils vendront, et ils sont bons! Cependant, dans la plupart de vos chroniques, vous parlez de thés qui malheureusement n'y sont pas disponibles, malgré que cette boutique soit probablement la plus spécialisée de tout le Québec. Existe-t-il un moyen de commander certains thés, une quantité disons individuelle, directement d'Asie en s'assurant de la qualité et d'un prix à peu près raisonnable?

J'ai peu d'espoir...

Merci pour les chroniques.

Alexis

Stephane said...

Alexis,
J'ai établi une sélection de thés et d'accessoires qu'il est possible de me commander. Envoie-moi un e-mail à stephane_erler@yahoo.com et je t'enverrai ma liste de prix.

A bientôt,

Stéphane

Matt said...

Stephane,

A wonderful tea.

Detailed tasting notes here:

http://mattchasblog.blogspot.com/2009/11/2009-fall-mid-sept-teamasters-hung-shui.html

Peace

Anonymous said...

je l'ai acheté sans savoir et je partage totalement les commentaires. Un régal

David said...

Une découverte et un moment fabuleux passé en compagnie de ce thé.

Je me retrouve dans ce que tu en dis Stéphane : un aspect moelleux très agréable avec une fin de bouche toute en fraicheur.

Merci du conseil.

++

rabten sanary said...

Bonjour Stéphane,

Tout d’abord merci pour la livraison hyper express que tu a posté lundi et que j’ai reçu jeudi, mais encore plus génial : le contenu !
Ce Hung Shui Oolong de Feng Huang de 2009 est extraordinaire, c’est dorénavant mon meilleur oolong !
Sa torréfaction est effectivement parfaite, les arômes « cacao » que j’aime tant dans les thés torréfiés offrent ici une palette de nuances et de subtilités infinies, avec une longueur en bouche constante à chaque infusion successive. Mais ça ne s’arête pas là car les notes végétales sont aussi bien présentes, celles que je préfèrent, celles que je trouve habituellement avez les dernières longues infusions de luanze, quand le coté fruit et fleur s’est estompé et que les arômes sont plus charnus, rappelant l’arbuste dans sa montagne !
Avec mes 5 autres oolongs torréfiés, ce coté végétal avait du mal à apparaitre, « recouvert » par la torréfaction, ou bien n’apparaissait que quand les arômes de torréfaction avait disparus.
Avec ce Hung Shui, on a les deux, dans une harmonie parfaite, et ce pendant un nombre étonnant d’infusion successives.
Excellent travail du producteur et excellente sélection, merci Stéphane.