Sunday, October 08, 2006

(Encore) un dimanche pas comme les autres

Teaparker a encore réussi à nous épater et à nous combler aujourd'hui. Et pourtant, la leçon avait mal commencé car il avait perdu la clé du studio et cela prit une bonne heure pour qu'il retourne chez lui la chercher. Mais cette attente avait probablement une cause plus profonde. Nous avions rendez-vous avec l'Histoire du thé, et cette attente testa notre motivation. Sommes-nous assez passionnés par ce breuvage pour endurer une heure dans la cage d'escalier? Oui, personne ne partit.

Teaparker était un peu énervé par cette histoire de clé, et nous lança que pour nous calmer, on allait boire du Da Hong Pao. Ou plutôt, LE Da Hong Pao! Je le fis répéter plusieurs fois, car je n'en croyais pas mes oreilles. Et oui! Aujourd'hui, il nous a fait partager du thé de ces 3 ou 4 vieux arbres qui poussent encore sur un rocher de la montagne de Wu Yi!

On lui a demandé comment il pouvait être certain que ce thé provient de ces arbres. "A son goût et sa beauté" nous répondit-il. Une de ses 'disciples' qui a fait le 'pélerinage' à Wu Yi et a vu ces 4 arbres de près nous dit que l'odeur de ces feuilles de thé sèches était la même que celle qui émanait de ces arbres. Or, les arbres à thé ne sentent pas d'odeur particulière d'habitude, mais ces arbres-là ont cette spécificité de sentir bon et fort.

Je vous présente donc la boite où Teaparker conserve ses quelques feuilles de Da Hong Pao:
puis l'étui en tissu:
qui contient la boite en plomb:
Et finalement ces feuilles, pas trop torréfiées
Teaparker utilisa une petite théière en argent, mit toutes ces feuilles dedans et laissa infuser 3 minutes. Opération 'Shock and Awe'! Quelle force à l'entrée! Mais elle s'estompe complètement en un rien de temps, comme si on buvait une eau limpide, puis la seconde claque: le bout de la langue est titillé par le cha qi et toute la bouche se met à saliver. La fragrance me fait penser à du nectar de pêche. Le yun, la longueur en bouche et la finesse sont remarquables. On pense que le thé est passé, mais le revoilà qui réapparait comme s'il venait par vagues successives. On commence à avoir chaud et à se sentir hyper relax. Certains ont même envie de dormir, alors que d'autres se mettent à roter (à cause du qi tellement puissant). Les effets de cette première tasse ont duré plus d'un quart d'heures.

On fit encore 2 infusions avec ces feuilles avant de passer au puerh sauvage, plus puissant, pour nous réveiller.

D'avoir fait l'expérience de ce thé mythique me fortifie dans ces quelques convictions:
- un bon thé sera bon quelque soit la durée et la concentration de l'infusion (grammage et minutage sont plus des questions de goût et de ce qu'on veut faire ressortir).
- le nez, l'odeur du thé dans la tasse joue un rôle secondaire. Celle-ci est éphémère comparée à sa longueur en bouche et aux effets sur la gorge, le ventre et la chaleur qui nous provient du cha qi.
- un bon thé est simple, franc, fin et limpide.

1 comment:

objectif-plume said...

J'ai eu l'occasion de boire un "grand manteau rouge" il y a qq temps. Mais dans de mauvaises conditions.
J'ai néanmoins un très bon souvenir de ce thé.
Mais cela me donne envie d'essayer à nouveau.
Merci