Monday, February 04, 2008

Degré de torréfaction des oolongs

Il n'existe pas de nomenclature exacte pour calculer ou caractériser le degré de torréfaction d'un Oolong. On pourrait croire le contraire, car certains vendeurs utilisent des pourcentages ou bien une échelle de 1 à 10. Vous aurez remarquez que je préfère caractériser la torréfaction avec des mots: une torréfaction légère donne un goût de miel ou bien une torréfaction moyenne que j'appelle 'classique' en référnce au Dong Ding traditionnel. Vous avez été nombreux à me demander des précisions sur ce point. Comme nous sommes en plein hiver, la saison la plus propice à la dégustation de ce genre d'Oolong, voici un petit récapitulatif de mes Oolongs torréfiés. Je vais du plus léger au plus fortement torréfié:

Aucune torréfaction, juste un léger séchage:
- Si Ji Chun Oolong de Mingjian
- Baozhongs de Wenshan
- Les Oolongs 'frais' de haute montagne (Ali Shan, Shan Lin Shi, Li Shan, Da Yu Ling)

Torréfaction légère:
- Li Shan Oolong torréfié. Finesse, moelleux et légerté.
- Baozhong semi-sauvage de Wenshan torréfaction 'miel'. Baozhong ample et calme.
- Thé de la Concubine, Guei Fei Cha. Pour les Oolongs fortement oxidés, la torréfaction n'a pas de grand impact sur les fragrances, mais permettra de mieux stabiliser le thé pour une conservation plus longue.
- Oriental Beauty.

Torréfaction moyenne:
- Qizhong Oolong de Wenshan
- Dong Ding Oolong 'classique' de Feng Huang. Rustique et franc.
- Thé de la Concubine, Guei Fei Cha torréfiée.
- Dong Ding Oolong de Feng Huang de 1991. Odeurs enivrantes d'un Oolong qui a muri.
- Dong Ding Oolong des années 1980. Plus puissant, mais moins fin que celui de 1991.

Torréfaction forte:
- Shou Cha de Wenshan
- Dong Ding Oolong à haute torréfaction. Rond et moelleux avec légerté.
- Dong Ding Oolong à haute torréfaction 'pétrole' Tannique et concentré.
- Shan Lin Shi torréfié de 2004 Puissance de la montagne.
- Luanze Oolong de Nantou oxidé en thé rouge. Rond à volonté
- Baozhong des années mi-1970s
- Baozhong des années 1960s
- Tie Guan Yin torréfié de 2005 Les feuilles sentent le charbon, mais le thé les fruits caramélisés!

4 comments:

Sacha said...

Merci Stéphane de grader ainsi tes thés sur une échelle aussi bien commentée.
C'est vrai que l'hiver est un temps vraiment approprié pour ce type de oolong, je les redécouvre ces derniers temps et les apprécie de plus en plus.

pierre-antoine said...

[mode exigeant on]
pourrais-tu faire le même genre de rappel en ce qui concerne les degrés d'oxydation?
[mode super exigeant/limite pénible on]
à l'extrème, un rappel des deux paramètres pour chaque thé afin de bien comprendre les influences respectives et conjuguées de ces deux traitements...
prends ton temps! l'année(chinoise) prochaine?

Tom said...

It looks beautiful, even if I can't read a lick of French.

Steph said...

As always, your photos are gorgeous! Perhaps you can post tips for taking excellent photos of tea?